À quoi ressemblera la langue anglaise dans 100 ans ?

Le langage évolue. Feng Yu/Shutterstock

Une façon de prédire l’avenir est de revenir sur le passé. Le rôle que joue l’anglais aujourd’hui travers le monde comme une franca de lingua – une langue utilisée comme un moyen de communication par des personnes de langues différentes – peut se comparer à l’usage du latin dans l’Europe pré-moderne.

Ayant été propagé par l’expansion de l’Empire romain, le latin classique a été maintenu comme le langage écrit dominant dans toute l’Europe longtemps après la chute de Rome. Mais le latin « vulgaire », utilisé à l’oral, n’a pas cessé d’évoluer, contribuant à former de nouveaux dialectes, qui ont ensuite donné lieu à la naissance des langues romanes modernes : le français, l’espagnol, le portugais, le roumain et l’italien.

Des évolutions similaires peuvent être remarquées aujourd’hui dans l’utilisation de l’anglais dans le monde entier, en particulier dans les pays où il fonctionne comme une deuxième langue. De nouveaux « langages mixtes » font leur apparition, dans lesquels les caractéristiques de l’anglais sont mêlées à ceux d’autres langues indigènes et à leurs prononciations.

Malgré les tentatives du gouvernement de Singapour par exemple de promouvoir l’utilisation de l’anglais britannique classique à travers son « Speak Good English Movement », la langue mixte connue sous le nom « Singlish » reste la langue parlée dans la rue et à la maison. Le « Spanglish », un mélange d’anglais et espagnol, est la langue maternelle de millions de personnes aux États-Unis, ce qui suggère que cette alternative est en train d’émerger comme une langue à part entière.

Dans le même temps, le développement de logiciels de traduction automatique, tels que Google Traduction, viennent remplacer l’anglais comme moyen privilégié de communication utilisé dans les conseils d’administration des entreprises internationales et des agences gouvernementales. Donc, l’avenir pour l’anglais est celui d’une langue multiple.

Si l’on observe le début du XXe siècle, c’est l’anglais de base utilisé en Angleterre, parlé avec l’accent reconnu comme ayant la prononciation correcte, qui était le plus apprécié. Mais aujourd’hui, la plus grande concentration d’anglophones est aux États-Unis, et l’influence de l’anglais américain peut être entendue à travers le monde : Can I get a cookie ?, I’m good, Did you eat ?, films, « schedule » plutôt que « planning ». À l’avenir, parler anglais signifiera parler l’anglais américain.

L’orthographe américaine comme program est déjà préférée à l’équivalent britannique programme en informatique. Et la prédominance de l’utilisation de l’anglais américain dans le monde numérique va conduire à une plus large acceptation de nouvelles variations américaines, telles que favorite, donut, dialog, center.

Que perdons-nous ?

Au XXe siècle, on a craint que les dialectes anglais ne meurent avec ceux qui les parlent. Des projets comme le Survey of English Dialects, (1950-1961) ont été lancés avec pour objectif de recueillir et de préserver des mots en voie de disparition avant qu’ils ne soient perdus à jamais. Une étude similaire menée par le Voices Project de la BBC en 2004 a produit un riche éventail d’accents locaux et de patois régionaux qui sont disponibles en ligne. Ce qui démontre la vitalité et la longévité du vocabulaire des patois locaux.

Mais, alors que de nombreux mots différents ont été recueillis pour désigner un « adolescent portant des vêtements à la mode et des bijoux bon marché » – pikey, charva, ned, scally – le mot chav a été identifié dans toute l’Angleterre, démontrant comment les caractéristiques de l’anglais parlé dans la région du Grand Londres et de l’estuaire de la Tamise s’imposent auprès de certains dialectes locaux, en particulier parmi les jeunes générations.

Le début du XXe siècle fut une période de réglementation et de fixation – les règles de « l’anglais standard » ont été établies et codifiées dans les livres de grammaire et dans le nouveau dictionnaire Oxford sur les principes historiques, publié en une série de volumes de 1884 à 1928. Aujourd’hui, nous assistons à un processus de déstandardisation, et à l’émergence de nouvelles normes pour de nouveaux usages.

Dans le monde de l’Internet, le rapport à la cohérence et à l’exactitude du langage est beaucoup plus détendu : les variantes orthographiques sont acceptées et les signes de ponctuation omis ou réutilisés pour transmettre une gamme d’émotions diverses. La recherche a montré que dans les échanges en ligne, les points d’exclamation peuvent signifier une vaste gamme de réactions : excuses, contestations, remerciements, acceptation et même preuve de solidarité.

Les lettres majuscules sont utilisées pour montrer de la colère, les fautes d’orthographe peuvent véhiculer de l’humour et établir l’identité d’un certain groupe. Quant aux smileys et aux émoticônes, ils expriment de nombreuses émotions.

Aller au plus court

Certains se demandent si le développement croissant et l’adoption des émoticônes, qui permettent à tous de communiquer sans la nécessité de passer par la langue, signifient que nous allons cesser de communiquer en anglais ? ;-)

Le monde des médias sociaux constamment en évolution est également responsable des fautes de frappe et de la diffusion de néologismes ou de « nouveaux mots ». Une mise à jour récente du dictionnaire Oxford peut nous donner une idée avec des mots comme : mansplaining (pour décrire des faits non avérés dans les textes sur le net), awesomesauce (la contraction de deux mots), rly, bants, TL ; DR (trop long ; n’a pas lu).

Comment le dictionnaire Oxford choisit ses nouveaux mots.

Les formes raccourcies, les acronymes, les abréviations, et les mélanges ont depuis longtemps abouti à la formation de mots en anglais (comme bus, smog et scuba), mais l’énorme augmentation de ces pratiques signifie qu’elles seront beaucoup plus importantes dans la langue anglaise de 2115.

Que vous 👍 ou GlaN ces mots, que vous pensiez que tout cela soit NBD (no big deal) ou que vous soyiez meh (indifférent), ils sont sans doute là pour rester.

This article was originally published in English