Le président Donald Trump s'adresse à la nation depuis la Maison Blanche, le 8 janvier, sur la frappe de missiles balistiques que l'Iran a lancée contre les bases aériennes irakiennes abritant des troupes américaines, sous le regard du vice-président Mike Pence. Ce dernier est proche de la mouvance évangélique, qui interprète le conflit irano-américain à la lumière de la Bible. AP Photo/ Evan Vucci, File

Attaque contre Soleimani : un signe de « la fin des temps », selon des évangéliques américains

Le 3 janvier 2020, le Président Trump a ordonné l’assassinat du général iranien Ghassem Soleimani au moyen d’une frappe par drone à l’aéroport de Bagdad. L’annonce de cette nouvelle a eu des répercussions dans la communauté internationale, en Iran même, mais a aussi créé une onde de choc parmi certains croyants de confession évangélique aux États-Unis.

Il s’agit, pour certains d’entre eux, d’un signe de « la fin des temps », en vue du second avènement du Christ sur terre.

En effet, certains évangéliques s’adonnent au décryptage des « signes des temps » au moyen d’une « exégèse de l’actualité », où les événements actuels sont interprétés à la lumière de certains textes bibliques tels que Matthieu 24, Luc 21 et Marc 13, comme des prophéties concernant la « fin des temps ».

Mon travail consiste à faire l’analyse des sources primaires et des discours provenant des milieux évangéliques, et de signaler leur impact sur la société et la politique.

L’avènement du Millénium

Une bonne proportion de chrétiens évangéliques américains trouve un intérêt marqué pour l’eschatologie, soit l’étude de la fin du monde. Parmi les interprétations eschatologiques en vogue, le dispensationalisme prémillénariste, où le second retour du Christ est attendu avant l’établissement d’un règne millénaire de paix et de justice sur terre appelé le « Millénium », jouit d’une certaine popularité.

Mais selon certains tenants de cette mouvance eschatologique, une telle ère idyllique sera précédée d’un événement qu’ils appellent « l’enlèvement de l’Église », où les véritables croyants dits « nés de nouveaux » seront enlevés au ciel.

« Car lui-même, le Seigneur, au signal donné, à la voix de l’archange et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel : alors les morts en Christ ressusciteront d’abord ; ensuite nous, les vivants, qui serons restés, nous serons enlevés avec eux sur les nuées, à la rencontre du Seigneur, dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » (1 Thessaloniciens 4,16-17)

Selon une certaine interprétation de la Bible, « l’enlèvement de l’Église » sera suivi de la « Grande Tribulation », une période de sept ans où les Juifs reconstruiront à nouveau leur temple sacré, qu’une série de jugements divins s’abattront sur terre, qu’un personnage politique nommé l’Antéchrist fera son apparition, et que les humains se livreront à une guerre finale appelée « Harmaguedôn ». Suivant la guerre d’Harmaguedôn, le Christ instaurera son règne millénaire à Jérusalem, et les nations du monde entier se soumettront à sa volonté.

Iran-États-Unis : un conflit… eschatologique

Pour certains chrétiens évangéliques, le conflit entre l’Iran et les États-Unis est donc interprété à la lumière de ce paradigme eschatologique. En effet, l’Iran (anciennement appelé la Perse) est une des nations qui, selon une interprétation futuriste de la guerre de « Gog et Magog » des chapitres 38 et 39 du livre d’Ézéchiel, fera partie d’une coalition menée par la Russie qui s’attaquera à l’État d’Israël dans les derniers jours. Selon le récit biblique, avant même que cette coalition puisse entreprendre leur attaque contre Israël, Dieu détruira « Gog et Magog » et les nations à sa suite par un feu venant du ciel. Il protège ainsi le peuple juif contre ceux qui veulent sa perte.

Or, certains eschatologues évangéliques perçoivent l’assassinat de Soleimani et la prise de position des États-Unis en faveur d’Israël contre la menace iranienne, comme des événements menant à cette coalition future de « Gog et Magog » contre l’État Juif.

« C’est pourquoi, prononce un oracle, fils d’homme ; tu diras à Gog : Ainsi parle le Seigneur Dieu : Le jour où mon peuple d’Israël résidera en sécurité, n’auras-tu pas la connaissance ? Tu viendras de ton pays, de l’extrême nord, toi et de nombreux peuples avec toi ; tous montés sur des chevaux, vous formerez une grande assemblée, une immense armée. Tu monteras contre mon peuple d’Israël, au point de recouvrir le pays comme une nuée. Cela se passera à la fin des temps ; je te ferai venir contre mon pays, afin que les nations me connaissent quand, sous leurs yeux, ô Gog, j’aurai montré ma sainteté à tes dépens. » (Ézékiel 38,14-16)

Une guerre entre le bien et le mal

Mais ce conflit entre l’Iran et les États-Unis est aussi interprété différemment par d’autres évangéliques américains. Pour eux, ce bouleversement géopolitique au Moyen-Orient résulte d’une guerre spirituelle entre certaines forces surnaturelles, des « esprits territoriaux » invisibles, ayant l’emprise sur des régions géographiques et des populations toutes entières.

La frappe américaine contre le général iranien est une indication que le « chef du royaume de Perse » (Daniel 10,12-21), « l’esprit territorial » au-dessus de l’Iran, se trouve déstabilisé par les forces divines à l’œuvre.

Que ce soit dans une perspective d’eschatologie dispensationaliste ou celle du combat spirituel entre les forces invisibles du bien et du mal, une certaine frange des chrétiens évangéliques aux États-Unis interprète le conflit irano-américain à la lumière de la Bible. Mais ce qu’il y a de plus inquiétant, c’est que des politiciens tels que le secrétaire d’État Mike Pompeo et le Vice-Président Mike Pence partagent une telle vision eschatologique ; ils ont tous deux incité Trump à autoriser l’assassinat de Soleimani.

On peut se demander si ceux qui s’adonnent à de telles croyances au sein du pouvoir politique américain cherchent en quelque sorte à précipiter le retour du Christ sur terre… De plus, une certaine frange d’évangéliques accorde toujours son appui inconditionnel à Trump en cette année électorale aux États-Unis. C’est d’ailleurs la raison pourquoi il a récemment crée une coalition d’évangéliques en faveur de sa réélection.

Nous devrions nous inquiéter que la politique internationale aux États-Unis soit entre les mains de tels individus, et que Trump soit influencé par de tels conseillers aux visées eschatologiques.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 99,700 academics and researchers from 3,195 institutions.

Register now