Attention à la composition des produits de soin pour nouveau-nés

Attention aux argumentaires marketing qui empruntent au vocabulaire médical! Pexels

Tout récemment, une pharmacienne est venue nous porter un échantillon d’un produit dénommé NovaBaume, afin de recueillir notre avis sur cette crème multiusage. La caution scientifique de ce produit est bien là : c’est un pharmacien breton qui, à Carantec, dans le Finistère, a mis au point une formule qui doit convenir aussi bien aux mains des pêcheurs qu’aux fesses des nourrissons.

Pharmacie à Paris. "Paris Pharmacy Cross" by Pat Guiney , CC BY

Ce baume n’est pas un médicament : il ne possède pas d’AMM. Il s’agit donc d’un cosmétique indiqué « pour tous les petits bobos de la vie quotidienne de la famille ». « Vous souffrez de : crevasses, éraflures, écorchures, fesses irritées, coupures, brûlures, coups de soleil, démangeaisons, muqueuses irritées, échauffements, ou encore de piqûres d’insectes… », NovaBaume est là, à vos côtés.

Le souci, avec ce produit, c’est que l’argumentaire marketing fait référence à un vocabulaire médical. Jugez-en plutôt :

« Formule inspirée par de nombreuses années de pratique pharmaceutique, NovaBaume contient seulement cinq ingrédients, sans conservateur, sans paraben. Dès sa première application, NovaBaume apaise immédiatement sans effets secondaires, ni risques d’allergies ni intolérances. Des études cliniques ont été réalisées pour la réparation de coupures, crevasses, brûlures, coups de soleil, escarres, frottement des cuisses. Ces études ont confirmé l’efficacité et la rapidité d’action de NovaBaume. NovaBaume est fabriqué par un laboratoire français en France en conformité avec les exigences législatives et réglementaires et notamment les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF). »

On pensera peut-être que cela n’est pas bien grave. Mais il y a plus préoccupant pour ce cosmétique « sans paraben, sans conservateur ». L’appellation « sans conservateur » est pour nous trompeuse dans la mesure où l’acide salicylique qui figure dans la liste des ingrédients est un conservateur figurant à l’Annexe V du Règlement (CE) N°1223/2009 au n° d’ordre 3.

Donnons ici la liste des ingrédients de NovaBaume :

« Composition Novabaume (convient à toute la famille même aux nourrissons) : Paraffinum liquidum, lanolin, zinc oxide, salicylic acid, lavandula angustifolia oil, linalon, limonene. »

Passons rapidement sur le mot « linalon »… qui n’existe pas. Il faut lire : « linalool ».

Plus embêtant : l’acide salicylique est « interdit dans les produits destinés aux enfants âgés de moins de 3 ans, à l’exception des shampooings ». Il n’est donc pas possible d’argumenter en faveur d’un emploi chez le nourrisson (« NovaBaume forme un excellent écran de protection contre tout contact avec l’urine ou les matières fécales » précise le site de la marque).

Ce produit NovaBaume existe peut-être depuis 50 ans, mais il est temps de passer à autre chose et en tout premier lieu de respecter la réglementation en vigueur. Une expertise dans le domaine cosmétique s’impose pour toute personne souhaitant mettre un produit de ce type sur le marché. La connaissance de la réglementation et son respect par les entreprises sont les prérequis nécessaires et indispensables pour garantir la sécurité du consommateur. On ne peut pas oublier le fait que la réglementation cosmétique est née suite à la dramatique affaire du talc Morhange, cet empoisonnement de nourrissons par du talc durant les années 1970 qui a coûté la vie à 36 enfants. Ne prenons pas le risque de voir survenir dans notre pays qui a été moteur en matière de réglementation des accidents de ce type.

Interrogée par The Conversation France, la société fabricante du NovaBaume nous a fait parvenir la mise au point suivante :

« Concernant l’acide salicylique, les restrictions ont évolué en 2018. Les études toxicologiques de NovaBaume ont été faites en 2017 par la société RCMA. »

Il est imposé une limite de concentration en tant que conservateur à 0,5 % dans les cosmétiques sauf les cosmétiques pour les enfants de moins de 3 ans où cet ingrédient est interdit (excepté pour les shampoings).

L’usage non conservatif est par contre autorisé jusqu’à concurrence de 2 % y compris pour les produits pour enfants pourvu qu’il soit rincé. Il y a cependant pas de données claires concernant les autres usages cosmétiques sur les produits non rincés quant à l’interdiction de l’acide salicylique. L’article LCCS/1601/18 du LCCS/1601/18 met cependant en exergue l’innocuité de l’acide salicylique en cosmétique jusqu’à 0,5 % (tout en les invalidant pour les produits bucco-dentaires) pour tous ces usages, préconisant même un plafond de 3 % dans les produits capillaires à rincer et 2 % pour tous les autres dans un usage non conservatif.

L’acide salicylique dans NovaBaume est à usage non conservatif, est en dessous de 0,5 % et conforme à l’article LCCS/1601/18.