Aux origines de la mondialisation

Pays africain, fresque murale, quartier des Batignolles, Paris. Jeanne Menjouley/Flickr, CC BY-NC-ND

Cet article est publié dans le cadre de la Nuit Sciences et Lettres : « Les Origines », qui se tiendra le 7 juin 2019 à l’ENS, et dont The Conversation France est partenaire. Retrouvez le programme complet sur le site de l’événement.


Après l’Europe, la mondialisation nouveau bouc émissaire de tous les maux français. Ce titre d’un article récemment publié sur le site Atlantico résume bien l’une des idées à la mode en ces temps de crise majeure pour nos cadres politiques et sociaux.

La forme même de nos organisations politiques, qui reposent sur la « nation », sur sa mise en forme politique par l’État, sur son territoire et la solidarité qui unit ses habitants, risquerait d’être balayée par la force des flux mondiaux qui l’assaillent.

Mais cette mondialisation qu’on accable, qui brouillerait frontières et identités, qui ruinerait les solidarités et ancrages locaux en permettant circulations en tous sens de biens, de personnes, de capitaux et d’idées, est-elle une réalité si récente ?

Un récit des origines

Ce tableau du temps présent, qui fait de « la mondialisation » son grand événement, s’appuie toujours sur un récit des origines, remarquablement convergent dans ses grandes lignes.

Le tournant des années 1980-1990 est ainsi presque toujours désigné par les moments suivants : la disparition du bloc soviétique, la forte montée en puissance industrielle et technologique du Japon et les débuts de la réintégration de la Chine à l’économie internationale, le développement des réseaux numériques mais aussi le triomphe du libre-échangisme et de la supposée dérégulation « néo-libérale » auraient produit le saut dans la mondialisation.

Elle marquerait l’entrée dans un nouveau monde unifié par le marché, les circulations d’objets, de personnes, d’informations qui arasent les frontières et les différences et le réalignement à l’échelle mondiale des appartenances et des investissements politiques.

Forum social mondial de Porto Allegre, Brésil en 2003, un tournant pour les mouvements dits altermondialistes. LeonardoG/Wikimedia, CC BY

Ce récit implique bien sûr sa contrepartie logique. Si le présent est mondial, le passé était le temps des appartenances locales et nationales, de la puissance de l’État, lorsque les forces du marché étaient encore tenues en lisière par la politique nationale, et naturellement l’époque des cultures nationales qui donnaient sens à ces appartenances et fondaient les solidarités.

Un tournant global des sciences sociales

Ce « grand récit de la mondialisation » s’est imposé très largement, à partir des années 1990, dans le grand public grâce à des essayistes de talent comme Kenichi Ohmae ou Thomas Friedman, mais aussi dans le monde universitaire. Celui-ci emprunte un « tournant global » des sciences sociales, initié par Ulrich Beck, Anthony Giddens ou Saskia Sassen pour ne citer que quelques figures majeures. Il a contribué à redéfinir, dans le monde anglophone au moins, la manière d’enseigner et de pratiquer les sciences sociales.

Une conférence TEDx de Saskia Sassen, sociologue et professeure à Columbia, Nantes, 2011.

Il domine actuellement aussi dans l’espace public francophone, où il constitue le schème explicatif central pour les néo-conservateurs qui se lamentent sur le supposé déclin de l’identité nationale et la disparition des frontières.

C’est aussi un discours que l’on retrouve chez nombre de sociaux-démocrates et des penseurs de la gauche radicale – de Jürgen Habermas, à la fin des années 1990, jusqu’à Alain Supiot aujourd’hui – pour lesquels la mondialisation correspond au déploiement d’un programme néo-libéral qui, en dérégulant l’économie et en attaquant l’État social, met en péril l’État lui-même et avec lui la possibilité d’une communauté politique solidaire.

L’histoire de l’économie mondiale ruine le mythe

On peut pourtant contester, en historien, à peu près tous les points de ce « grand récit de la mondialisation ». Pour aucun de ses traits supposés, la mondialisation ne connaît vraiment, avec les années 1980-1990, une origine, ni au sens d’un commencement ni au sens d’une cause première.

À plus d’un titre, par exemple, les historiens de l’économie le montrent, la mondialisation actuelle, d’un point de vue économique, n’est pas réellement différente de celle qui a eu lieu à la fin du XIXe siècle, et jusqu’en 1914 ou 1930, selon les critères que l’on retient.

L’économie atlantique, et au-delà l’économie mondiale, était alors beaucoup plus intégrée que la nôtre du point de vue de la circulation des capitaux, traversée par des flux migratoires bien plus massifs, en proportion, et la convergence des prix des denrées, de la terre et de la main d’œuvre était une réalité à l’échelle atlantique dès 1910. La première économie mondiale en 1900, l’économie britannique, était incomparablement plus ouverte que les économies dominantes de notre temps, avec un taux d’extraversion de l’ordre de 40 %.

Bateau à vapeur, Lac Champlain, arrivant au port, Québec, octobre 1911. Sabrina/Wikimedia

Le déclin de l’État : vraiment ?

L’idée d’un recul massif de l’État et de ses capacités d’intervention, causé par la mondialisation et le triomphe du marché à travers le néolibéralisme, depuis trente ans, ne résiste pas non plus à l’examen : dans tous les grands pays industrialisés, le poids de l’État, évalué par la proportion de la richesse prélevée sur la production nationale, par le nombre de fonctionnaires, par l’extension de ses domaines d’intervention et le nombre de ses normes, règlements et lois, n’a cessé de croître, à la seule exception du cas des États-Unis, et encore.

Et les nouvelles puissances industrielles, celles d’Asie, doivent une part décisive de leur montée en puissance et de leur intégration au marché mondial au renforcement de leur État et à l’élargissement de ses domaines d’action ainsi que l’a notamment établi la professeure de sciences politiques Linda Weiss.

Le ministre des mines et économiste guinéen Abdoulaye Magassouba visite une raffinerie d’aluminium du groupe Weiqiao en Chine, 2018. Nfaly Sylla/Wikimedia, CC BY-NC

Les « nouvelles » technologies bien présentes dès 1900

On a aussi beaucoup glosé, autre exemple, sur la transformation massive imposée par les « nouvelles technologies » de la communication, qui auraient comprimé radicalement l’espace-temps. Pourtant, dès 1900, il était possible de passer en direct un ordre d’achat entre la Bourse de Paris et la Bourse de Londres.

De ce point de vue, la transformation historique majeure ne date pas tant des années 1980 ou 1990, que des années 1860. Une nouvelle venue d’Inde, qui mettait trois semaines à parvenir à Londres en 1857, touchait la capitale britannique en quelques dizaines de minutes, dix ans plus tard, grâce au déploiement du réseau télégraphique mondial. C’est à ce moment, et dans les décennies qui suivirent, que s’est produite la compression décisive de l’espace-temps.

Récépissés et timbres sur télégraphe à destination d’Indore, en Inde, entre 1900 et 1904. Philafrenzy/Wikimedia

Des connexions mondiales anciennes et décisives

Prenons un autre exemple. La criminalité organisée à l’échelle intercontinentale ne date pas des années 1990 et de la dérégulation des flux économiques. En effet, le commerce atlantique du tabac, de la baie de Chesapeake jusqu’à l’Isère de Louis Mandrin, était déjà, au XVIIIe, un immense système de contrebande qui contribua directement à la délégitimation des pouvoirs coloniaux et contribua directement aux révolutions atlantiques.

Le brigand Louis Mandrin (1725-1755), contrebandier célèbre, s’attaquant aux Fermiers généraux. Gallica/Wikimedia

À l’époque de Philippe II d’Espagne, la couronne ibérique régnait sur un empire mondial, européen, asiatique, américain et africain ; l’or des Andes alimentait les fastes des aristocrates castillans, la prospérité des marchands hollandais et in fine stimulait l’industrie chinoise, vraie bénéficiaire des métaux du Potosi.

Au XIVe siècle, l’Islam et sa langue, l’arabe, liaient déjà étroitement entre elles l’Insulinde et l’Arabie, le Maghreb et l’Asie centrale, articulant une gigantesque aire culturelle bien plus forte que nombre des nôtres.

Dès cette époque (et même bien sûr depuis l’Antiquité, en fait), disposer d’objets lointains, exotiques, à sa table ou dans sa tombe, permettait de se distinguer du commun, ou des autres puissants, et si le commerce au long cours était bien moins massif que le nôtre, le rôle des circulations matérielles et personnelles était donc aussi beaucoup plus décisif pour les hiérarchies sociales.

Le « national », le « local » ont-ils jamais existé ?

À rebours, rien n’indique que notre temps soit dénationalisé, ni que le passé ait été bien national, ou étroitement localisé.

Le monde n’a jamais connu autant d’États nationaux que de nos jours, et le mouvement de leur création ne s’est pas récemment démenti. Plus de trente d’entre eux ont été inventés depuis le prétendu tournant global, et la création d’États nationaux paraît toujours à beaucoup la solution pour résoudre les crises politiques, comme en Catalogne, en Écosse ou au Kurdistan.

Drapeau catalan sur un enfant lors d’un rassemblement en France autour de la question de l’indépendance de la Catalogne. Vx-lentz/Flickr, CC BY

L’État national est lui-même foncièrement récent. Son principe fut énoncé au milieu du XVIIIᵉ siècle, et il était alors révolutionnaire, parce que le monde n’était à cette date en rien fait d’États nationaux issus d’une ethnicité commune, raciale ou culturellement construite, mais d’empires, petits ou grands, où les gouvernants et les gouvernés pouvaient ne partager aucune culture commune, à l’exception des langues véhiculaires.

Notre temps n’est pas plus unifié culturellement qu’il ne l’était au temps des empires. Ainsi les communautés rurales qui composaient 80 % des populations eurasiennes se ressemblaient alors beaucoup par leurs économies agraires, la faiblesse de leur alphabétisation, leur capacité de résistance passive ou active aux pouvoirs centraux, leurs pratiques communautaires, leur alimentation dominée par les céréales ; elles partageaient même souvent cultes et rituels religieux à très grande échelle, bien au-delà des frontières politiques. Le monde « d’avant » n’était, pour l’essentiel de la population, pas très divers, et le localisme des existences n’assurait nullement une ineffable et authentique poésie de la diversité.

La « nation », une invention du XIXe siècle

Au contraire, le XIXe siècle et le XXe siècles ont vu se multiplier les entreprises de nationalisation des populations, par l’école, par la langue, par les arts et par le droit, au point de produire une véritable balkanisation culturelle de l’Europe, et un recul massif du multilinguisme ordinaire.

La notion même de culture nationale, si liée à l’affirmation de l’authenticité de l’État national comme forme politique d’un peuple, est une invention politique récente, elle aussi datée du XVIIIe siècle, et qui a eu besoin d’un soutien institutionnel et économique massif pour commencer à prendre consistance dans la vie quotidienne des populations.

Dans bien des parties du monde, ce processus est encore en cours, et il contribue à la formation – apparemment paradoxale – d’une mondialisation de la diversité culturelle par les cultures nationales (c’est l’un des fondements logiques et politiques de l’Unesco).

Et l’on pourrait dire au fond la même chose de l’État national lui-même : il constitue la forme politique légitime dans l’ordre politique mondial depuis 1945, et son universalisation est en fait l’une des formes principales de la mondialisation.

Le tournant de la Guerre de Sept Ans

L’origine de la mondialisation serait alors la même que celle de la nationalisation, l’un et l’autre s’entretenant depuis le milieu du XVIIIe siècle, notamment depuis cette « première guerre mondiale » que fut la guerre de Sept Ans, la première qui eut été menée en même temps en Europe, en Asie et en Amérique, et sur les grands océans du globe.

Mais il faut aussitôt, alors, ajouter une nuance, de taille : cette mondialisation, cette extension du commerce, des mobilités, des connexions à l’échelle mondiale, médiatisée par la montée en puissance de l’État national, n’est qu’une des formes de mondialisation qui ont existé dans l’histoire humaine.

Le pélerinage de la Mecque attire des millions d’individus du monde entier depuis des siècles. adliwahid/Pixabay, CC BY

Ce sont bien plusieurs formes de mondialisation qui ont eu lieu, depuis fort longtemps, et qui, loin de s’annuler, se sont concaténées les unes aux autres, les logiques de la suivante s’appuyant sur la précédente, souvent d’ailleurs en la redynamisant par d’autres voies.

L’extension mondiale des pèlerinages à la Mecque, par exemple, doit ainsi à la fois aux mondialisations archaïques, du temps de l’extension de l’Islam ; à la mondialisation « moderne », celle notamment des grands mouvements religieux du XVIIIe, qui a vu naître le wahhabisme ; à la géopolitique mondiale de la péninsule arabique depuis 1915 et aux dynamiques des émigrations arabes liées aux empires coloniaux. Et ce système mondial du pélerinage à la Mecque s’articule aussi bien avec la dynamique du tourisme actuel.


Read more: Les sociétés « isolées », un fantasme de touriste


Déconstruire les notions anhistoriques

De la même manière, le système économique mondial actuel ne peut être réduit à la notion anhistorique de « capitalisme », et daté seulement de l’effondrement de l’alternative communiste, pas plus que de la conquête des Amériques.

Il est l’héritier à la fois des réseaux marchands eurasiatiques terrestres du Moyen-Age, de l’expansion du commerce maritime européen à tous les océans à partir de 1480, mais aussi de l’incroyable dynamique de l’industrialisation atlantique à partir du début du XIXe siècle et son jumeau institutionnel, l’État libéral.

La mondialisation a donc connu plusieurs formes, de nombreux reculs, mais aussi une accumulation progressive de ses acquis et un approfondissement de ses logiques.

La mondialisation en cours, la plus profonde à ce jour, dans l’histoire humaine, parce qu’elle enveloppe dans son mouvement toujours plus d’humains et toujours plus de localités, n’est pas la première ; mais, contrairement aux précédentes, et elle en tire une part décisive de sa puissance, elle repose sur la double dynamique de l’extension des fonctionnements économiques et de l’étatisation. Notre mondialisation, c’est celle de l’État national.