Cette chaleur insoutenable qui menace les régions tropicales

En Inde, les vagues de chaleur se sont intensifiées au cours des dernières années. En 2018, l'Etat de Madhya Pradesh, dans le centre du pays, a connu un important épisode de sécheresse. AFP

45,9 °C dans le Gard le 28 juin dernier, soit la température la plus chaude jamais mesurée en France, toutes saisons confondues… Le record précédent, en août 2003, n’était « que » de 44,1 °C.

Que le changement climatique entraîne une augmentation de la fréquence et de l’intensité des vagues de chaleur est presque devenu un lieu commun. Les températures observées durant les épisodes de fortes chaleurs estivales aujourd’hui considérés comme exceptionnels pourraient même devenir la norme d’ici quelques décennies. Pourtant, les implications futures à l’échelle mondiale ne sont pas toujours suffisamment prises en considération.

Les quelque 15 000 morts attribués à la canicule de 2003 en France peuvent apparaître comme un lointain mauvais souvenir. Après tout, avec une bonne hydratation et la climatisation, une canicule est un désagrément supportable, non ? Les pays tropicaux connaissent d’ailleurs régulièrement des températures bien supérieures et s’en accommodent… plus ou moins.

Si les pays des moyennes et hautes latitudes semblent disposer d’importantes marges d’adaptation pour faire face au réchauffement, qu’en est-il des pays des régions tropicales qui connaissent déjà des niveaux de chaleur relativement dangereux durant les mois les plus chauds ? Est-il bien réaliste de supposer qu’à l’avenir leurs populations s’adapteront, moyennant quelques investissements judicieux ?

Température au thermomètre-globe mouillé ( °C), moyenne des mois les plus chauds calculée sur la période 1980-2009, avec seuils de dangerosité ISO (1989). L’encadré montre la capacité de travail possible pour différents niveaux d’activité, pour des travailleurs jeunes et en pleine santé. IPCC 2014, CC BY-NC-SA

Humidité et chaleur ne font pas bon ménage

Rappelons que le corps humain évacue sa chaleur en excès par rayonnement infrarouge, conduction et évaporation de la transpiration. Si la dissipation de chaleur n’est pas assez efficace, la température du corps s’élève et peut atteindre un niveau intolérable pour l’organisme. On parle alors d’un état de stress thermique, potentiellement létal dans les cas extrêmes.

Or plus l’air est humide, moins l’évaporation de la transpiration est efficace et plus il est difficile de refroidir le corps par ce mécanisme. La seule température de l’air est donc parfois un mauvais indicateur des risques de stress thermique. Il faut également tenir compte, entre autres, de l’humidité de l’air.

Si l’on sait que de fortes chaleurs durant une période prolongée diminuent la capacité de travail et augmentent la mortalité, il est toutefois délicat d’établir des prédictions : le degré de tolérance à la chaleur dépend de l’âge, du sexe, de l’état de santé général, de l’habillement et du degré d’activité physique.

Des conditions potentiellement mortelles

Les projections des modèles climatiques globaux en cas de poursuite de fortes émissions de gaz à effet de serre (GES) montrent que, d’ici la fin du siècle, environ 70 % de la population mondiale (pour un scénario de croissance démographique menant à 12 milliards d’habitants en 2100) pourrait être exposée plus de 20 jours par an à des conditions de température et d’humidité potentiellement mortelles. De telles conditions pourraient même devenir la norme presque toute l’année dans les régions tropicales humides, et ce dès le milieu du siècle pour l’Afrique de l’Ouest, le Sud-Est asiatique ou encore le nord du Brésil.

Distribution géographique du nombre de jours par an avec des conditions de température et humidité potentiellement mortelles, en 1980 et pour les scénarios RCP4.5 (émissions moyennes de GES) et RCP8.5 (fortes émissions de GES) en 2050 et 2100. Les résultats correspondent à la moyenne des simulations de 20 modèles climatiques globaux. Université d’Hawai à Manoa, CC BY-NC-ND

Des projections réalisées avec des modèles climatiques régionaux pour le pourtour du golfe Persique, l’Asie du Sud et l’Est de la Chine montrent que la température humide pourrait régulièrement dépasser 30 °C, un niveau considéré comme extrêmement dangereux… voire parfois excéder 35 °C, le seuil maximal physiologiquement supportable par un être humain en bonne santé au repos à l’ombre.

En outre, ces projections pourraient être en deçà du possible. La sensibilité climatique, c’est-à-dire l’amplitude de l’augmentation de température globale en réponse aux émissions de gaz à effet de serre, pourrait en effet avoir été sous-estimée par les modèles, peut-être très fortement.

L’air conditionné, la fausse bonne idée

Face à cela, certains préconisent notamment le développement massif de l’air conditionné. Or la climatisation des bâtiments représente déjà environ 10 % de la consommation électrique globale. Du fait de la hausse du niveau de vie dans les pays en développement la demande d’énergie pour la climatisation pourrait plus que tripler à horizon 2050.

Satisfaire cette demande impliquerait une production additionnelle d’électricité équivalente à celle des États-Unis, de l’Union européenne et du Japon réunis… sans même tenir compte de l’extension des zones et des périodes de l’année où la climatisation serait nécessaire, de l’augmentation de la consommation énergétique des appareils avec la hausse des températures et de l’impact négatif du changement climatique sur la production électrique.

Par ailleurs, compte tenu du mix énergétique mondial actuel, très largement dominé par l’usage des combustibles fossiles, la généralisation massive de la climatisation risque fort de renforcer les émissions de gaz à effet de serre, et donc le réchauffement. Sans oublier que les fluides frigorigènes (CFC, HCFC, HFC) utilisés par la majorité des climatiseurs actuels sont eux-mêmes des GES extrêmement puissants…

Aujourd’hui, plus de 90 % des foyers aux États-Unis et au Japon sont équipés de l’air conditionné, contre seulement 8 % des 2,8 milliards de personnes vivant dans les régions les plus chaudes du monde. Cependant, la généralisation de la climatisation à tous les lieux de vie en zone tropicale, pour des centaines de millions de personnes, semble donc assez peu réaliste en pratique : les besoins en énergie seraient colossaux, les coûts probablement prohibitifs, et cela ne résoudrait pas la question du travail en extérieur. Par ailleurs, tenter de générer de la fraîcheur pour les seuls êtres humains n’empêchera pas les animaux d’élevage, les cultures et plus largement la faune et la flore d’être également durement touchés par les chaleurs extrêmes.

En cas de poursuite de fortes émissions, les régions tropicales actuellement densément peuplées deviendraient donc extrêmement inhospitalières d’ici la fin du siècle, ou même dès le milieu du siècle pour le Sud-Est asiatique et le pourtour du golfe de Guinée par exemple. Il existe un risque non négligeable que les conditions climatiques à venir dans ces régions dépassent les capacités d’adaptation, avec les conséquences que l’on peut imaginer, tant sur les plans économique que sanitaire.

Une perspective sans commune mesure avec certaines estimations d’un coût global du changement climatique somme toute très limité (à peine quelques points de pourcentage du PIB mondial) et qui souligne la nécessité absolue de parvenir à limiter drastiquement les émissions.