Comment le monde s’est plastifié

Le plastique, une invention humaine dont le succès s’est transformé en véritable casse-tête. Karina Tess/Unsplash, CC BY-NC-ND

Ce texte est extrait de la récente édition de « La revue de l’Institut Veolia – Facts Reports » consacrée aux plastiques.


C’est le chimiste américain d’origine belge Leo Hendrik Baekeland qui, semble-t-il, utilisa pour la première fois, vers 1909, le terme de « matières plastiques » pour désigner des produits à base de macromolécules (résines, élastomères, fibres artificielles). Deux ans plus tôt, il avait inventé le premier plastique synthétique, la bakélite, qui fut longtemps la matière première de nos vieux combinés téléphoniques.

Mais l’invention des plastiques est bien antérieure, le Français Henri Braconnot ayant conçu dès 1833 du nitrate de cellulose qui fut produit industriellement à partir de 1868 aux États-Unis par les frères Hyatt pour fabriquer des boules de billard : le plastique commençait sa longue carrière de « simili », ici de l’ivoire. Mais il était produit à partir de cellulose, nous n’étions pas encore dans l’univers du synthétique.

C’est de l’entre-deux-guerres que datent les principales inventions de l’univers des plastiques : après la cellophane en 1913, ce fut le polychlorure de vinyle en 1927, le polystyrène et le nylon en 1938, le polyéthylène en 1942… Un peu plus tard, le philosophe Roland Barthes trouvait que « malgré ses noms de berger grec, le plastique est essentiellement une substance alchimique ».


Read more: Vous reprendrez bien un peu de plastique ?


Explosion de la production

L’alchimie en question fut avant tout un enfant des « Trente Glorieuses ». Entre 1950 et 1970, la production fut multipliée par vingt pour dépasser 25 millions de tonnes. La production était alors concentrée dans les pays occidentaux : 8 millions de tonnes aux États-Unis, 4 au Japon comme en Angleterre, 1,3 au Royaume-Uni, en Italie et en France. L’URSS (qui était encore la deuxième économie mondiale) n’en produisait que 1,45 million de tonnes. C’est durant cette période heureuse pour un monde occidental qui avait tourné le dos à la Dépression et à la guerre que le plastique fit irruption dans les vies quotidiennes. Symbole de l’« American way of life », le « Tupperware » fit son apparition en 1946.

Au début des années cinquante, le chimiste italien Giulio Castelli – fondateur de la marque Kartell avec son épouse Anna – réalisa le moulage du premier égouttoir en plastique. Dix ans plus tard, Roland Barthes consacra une de ses Mythologies au plastique : « Le plastique en rabat, c’est une substance ménagère… le monde entier peut être plastifié ». Et il le fut rapidement, le plastique connaissant même son heure de gloire dans la haute couture (Courrèges) ou le mobilier branché des années soixante.

En 1968, apparaissent les premières bouteilles en plastique (Vittel en France). En 1980, le monde produisait 60 millions de tonnes de plastiques, 187 en 2000, 265 en 2010 et 348 millions de tonnes en 2017, soit une croissance moyenne de 8,5 % par an depuis 1950 et sa production de 1,5 million de tonnes.

Aujourd’hui, la Chine réalise le tiers de la production mondiale, une proportion plus faible que pour les autres industries de base, comme l’acier ou l’aluminium. Au total depuis 1950, ce sont 8,3 milliards de tonnes de plastiques qui ont été produites. L’Agence internationale de l’énergie, dans une étude de 2018, anticipe une production annuelle de l’ordre de 600 millions de tonnes au milieu du XXIe siècle.

Revue Facts Reports/Institut Veolia, CC BY-NC-ND

Trop de déchets

À l’exception encore marginale des bioplastiques, la production de plastique provient de la pétrochimie à partir du pétrole – raffiné en naphta – ou du gaz naturel. En 2016, la pétrochimie a utilisé l’équivalent de 17,4 millions de barils de pétrole par jour, soit un peu moins de 20 % de la consommation mondiale de pétrole. Les grands producteurs sont historiquement les groupes pétroliers (Shell, Aramco…) et les chimistes qui souvent ont séparé leurs activités de chimie lourde et de chimie fine.

L’emballage reste le principal secteur d’utilisation des plastiques (150 millions de tonnes) devant le bâtiment (60 millions de tonnes, 40 % des utilisations dans l’Union européenne et 46 % en France), les textiles (55 millions de tonnes), les biens de consommation, les transports, l’électronique. En réalité, les plastiques font partie intégrante de notre vie quotidienne.

Un rapport de l’ONU estimait que 500 milliards de sacs en plastique étaient utilisés chaque année, soit 10 millions à la minute ! La consommation de plastique par habitant frôle les 100 kg (en 2015) en Corée, au Canada ; elle est de 80 kg aux États-Unis, de 60 kg en Europe de l’Ouest, de 45 kg en Chine mais seulement de 10 kg en Inde et de 5 kg en Afrique.

Mais une des caractéristiques du plastique, notamment dans le secteur de l’emballage, est que sa durée d’utilisation peut être fort courte. Les plastiques sont en général utilisés une fois, puis jetés pour un éventuel recyclage. Roland Geyer de l’université de Californie a calculé que sur les 8,3 milliards de tonnes de plastiques produites depuis 1950, 5,8 avaient été jetées et que là-dessus, 500 000 tonnes avaient été recyclées et 700 000 tonnes incinérées. Cela laisse 4,6 milliards de tonnes quelque part dans la nature et notamment dans les océans.

Une étude récente de la Banque mondiale estime que sur 2 milliards de tonnes de déchets produits dans le monde en 2016 (un chiffre qui ne comptabilise que les déchets ménagers), 242 millions de tonnes sont des plastiques, 57 millions de tonnes provenant d’Asie, 45 millions de tonnes d’Europe au sens le plus large et 35 millions de tonnes d’Amérique du Nord. Ramené à la production mondiale de 336 millions de tonnes, cela veut dire que l’équivalent de 70 % serait rejeté chaque année.

On trouve là bien entendu un point sensible : à côté du papier, des ferrailles ou du verre, le taux de récupération des plastiques reste faible, puisqu’il est directement lié au taux de collecte des déchets auquel ils se trouvent la plupart du temps mélangés.

La collecte, un maillon faible

Si la collecte des déchets, notamment ménagers, a atteint un incontestable niveau de maturité dans les pays avancés, avec une collecte de plus en plus sélective, tel n’est pas le cas du reste du monde qui a représenté, l’axe essentiel de la croissance de la demande de plastiques des trente dernières années.

Une étude allemande publiée en 2017 estimait que dix fleuves dans le monde (huit en Asie et deux en Afrique) représentaient 90 % des rejets de plastiques dans les océans, le Yangtsé rejetant 15 millions de tonnes chaque année. Le problème est là moins celui des plastiques que celui des systèmes de collecte des déchets, que ceux-ci soient officiels ou informels.

Et comme le montrent les montagnes de déchets des décharges sauvages hantées par des chiffonniers et « cartoneros », ceux-ci sont moins efficaces pour des plastiques, parfois légers comme le vent. Même dans les pays avancés, le recyclage reste fort limité alors que l’incinération n’a pas très bonne presse.

L’Union européenne qui consomme 49 millions de tonnes de plastiques a un taux d’utilisation de matières recyclées de l’ordre de 6 %, soit un peu moins de 3 millions de tonnes. La Commission européenne estime que l’Europe génère près de 26 millions de tonnes de déchets plastiques : 31 % sont recyclés (en Europe ou ailleurs, comme en Chine, qui importait des déchets jusqu’à 2017), 42 % sont incinérés et 27 % finissent dans des décharges.

En réalité, le plastique vierge demeure largement incontournable même si certaines de ses utilisations doivent être limitées.

L’illusion du zéro plastique

Si le plastique est aujourd’hui devenu un problème de société, le condamner de manière radicale est absurde. Dans certaines de ses utilisations, il a fait preuve de sa compétitivité, non seulement économique mais aussi environnementale (en

termes de trace carbone). Il a l’avantage incontestable de la légèreté, de sa capacité à remplacer des produits certes plus « naturels » (bois, papier, métaux) mais en général, plus coûteux et dont la trace carbone est souvent tout aussi marquée.

Plusieurs produits en plastique ont fait l’objet d’attaques, voire de réglementations. Il s’agit en général des produits à usage unique et donc jetables après leur utilisation. Au premier rang, on trouve bien sûr les sacs désormais interdits en France mais aussi au Bangladesh ou au Rwanda. Il y a aussi les bouteilles de PET sur lesquelles de grandes entreprises comme Coca-Cola ont pris des engagements encore bien limités.

Enfin, les pailles en plastique font l’objet d’une attention grandissante. Cette utilisation peut sembler marginale, mais chaque jour, dans un pays comme la France, il s’en jette 8,8 millions ! L’Union européenne envisage d’interdire à partir de 2021 dix produits à usage unique comme les pailles, les couverts et les assiettes en plastique, les cotons-tiges… En France, on a aussi parlé d’interdire les portes et fenêtres en PVC dans la construction.

Mais au-delà de la réduction de la consommation de plastiques, qui laisse beaucoup d’observateurs sceptiques (le consultant Wood MacKenzie anticipe quand même un pic d’utilisation des plastiques à usage unique dans les années 2020 et BP parle d’une baisse de la demande mondiale de plastiques de 2 % vers 2040), l’autre stratégie consiste à mieux les collecter et en valoriser les déchets.

En janvier 2018, la Commission européenne a publié sa « stratégie sur les matières plastiques ». L’objectif est celui de l’incorporation de 10 millions de tonnes de plastiques recyclés dans les produits neufs à l’horizon – fort court – de 2025. Cela revient à multiplier par trois au moins le niveau d’incorporation actuel, en tenant toutefois compte du fait que d’ici là la production aura probablement encore augmenté.

Revue Facts Reports/Institut Veolia, CC BY-NC-ND

Recycler mais surtout moins consommer

L’équilibre du marché européen des « vieux plastiques » est aujourd’hui assez subtil, et faute de demande suffisante, il dépend assez souvent des flux d’exportation. Le débouché chinois étant presque fermé (les importations chinoises sont passées de 7,3 millions de tonnes en 2016 à 1,5 million de tonnes en 2018), on a vu en 2018 quelques flux vers la Turquie… mais les déchets plastiques ont désormais un cours négatif.

En France, l’objectif de la feuille de route de l’économie circulaire vise « 100 % de plastiques recyclés » en 2025, ce qui paraît d’une folle ambition quand on sait que l’Hexagone ne recycle que 22 % de ses déchets plastiques. Il n’est pas certain que cet objectif soit d’une parfaite « cohérence carbone » si l’on tient compte des contraintes logistiques, et du fait que pour certains plastiques, la valorisation énergétique (l’incinération) peut être une solution optimale.

Quelques voix se font cependant entendre pour relativiser les nuisances du plastique, notamment par rapport à d’autres pollutions ou enjeux globaux tels que le changement climatique. La société d’analyse Trucost chiffre à 139 milliards de dollars par an le coût environnemental des plastiques, pour moitié du fait des émissions de gaz à effet de serre liées à leur production, et pour moitié des autres effets (santé, pollution) et en raison du coût du recyclage. Le montant est important mais il relativise la pollution liée aux plastiques dans l’ordre des priorités, même si du point de vue médiatique il s’agit d’un thème porteur.

Quoi qu’il en soit, le problème de la gestion des « plastiques secondaires » reste entier, de la collecte à la valorisation ultime. Comme le souligne la Banque mondiale, il commence au niveau des ménages et des individus.


Tous les numéros de « La revue de l’Institut Veolia – Facts Reports » sont disponibles sur le site dédié.