« Creative writing » en France : une formation universitaire en voie de légitimation

La passion de la création, une vision romantique - et dépassée - de l'écriture. Leonid Pasternak/Wikimedia

De Montréal, à Leipzig en passant par Oxford et Stanford, les programmes universitaires en creative writing (« écriture créative ») se sont multipliés sous l’impulsion de l’université d’Iowa qui fut dès 1936 la première institution à proposer un Master of Fine Arts (MFA) validant un diplôme de creative writing. Paradoxalement, comme le note Le Monde, la pratique de l’écriture créative reste marginale en France, où très peu d’établissements l’ont mise en place, alors que les universités canadiennes ou américaines l’ont institutionnalisée depuis 30 ans, à l’instar de l’Université du Québec à Montréal où fut crée la première chaire de professeur de création littéraire au Québec.

Ainsi, trente ans après les expérimentations innovantes et fondatrices d’Anne Roche, Professeur à l’université d’Aix-Marseille ou encore le colloque tenu à Cerisy sur les ateliers d’écriture en 2011, la question de la légitimité de la pratique scripturale créative reste problématique.

L’enseignement de la création privilégie en effet le dispositif de l’atelier d’écriture, cet espace-temps institutionnel dans lequel un public spécifique (étudiants), sous la conduite d’un « expert » (enseignant et/ou écrivain) produit des textes, en réfléchissant sur les pratiques et les théories qui organisent cette production, afin de renforcer les compétences lectorales et scripturales de chacun de ses membres. Mais dans le milieu scolaire ou universitaire, la création littéraire suscite toujours débats et polémiques.

Comment expliquer ce retard français ? Quelles en sont les raisons ? Quels intérêts présente cette formation en voie d’institutionnalisation ?

Peu à peu, l'université investit l'écriture contemporaine. Allociné

Création littéraire et polémiques hexagonales

L’enseignement de la création littéraire s’avère compliqué et la mise en place de masters dans le domaine des ateliers d’écriture et de la création suscite des réserves, des tensions ou moqueries.

Il existe en effet plusieurs zones de résistance liées aux systèmes de représentations associés à l'écriture. L’enseignement de l’écriture créative induit d’emblée une réflexion sur la figure de l’écrivain qui ramène, d’un point de vue idéologique et théorique, à deux postures différentes en fonction du modèle français et américain. Pour certains, le régime de l’écriture, issu d’une tradition romantique française, dépend avant tout d’un « don », d’un mythe de l’écrivain-génie et ne peut donc pas être enseigné.

Pour d’autres, la littérature, comme la danse ou la musique, semble être un art comme un autre qui nécessite, certes une prédisposition, mais surtout un apprentissage, une expérimentation des contraintes et qui induit une pratique professionnelle.

D’un point de vue axiologique, l’opposition à l’écriture créative est liée aussi à la question de la place de l’extrême contemporain au sein de l’institution. Pourquoi ? Cette large représentation de la littérature contemporaine dans les cursus de création bouscule les règles habituelles de la légitimité des auteurs et des œuvres fondées sur une temporalité longue, soit à peu près 20 ans entre la publication d'une œuvre et son étude académique. Au contraire, pour Dominique Viart, il est urgent que le système français favorise l’étude de la création contemporaine qui constitue un « véritable enjeu intellectuel », un moyen de mettre en exergue l'importance d'une oeuvre grâce à l'analyse scientifique, même si celle-ci n'est pas encore légitimée.

De même, il y a place, à l'Université, pour une étude de la création la plus récente. Il ne s'agit pas seulement de signaler ni d'évaluer une œuvre, mais de montrer comment elle s'insère dans un ensemble de questions qui lui sont - ou non - contemporaines, comment elle est conçue, par quel travail d'écriture sont obtenus les effets auxquels elle prétend, etc.

L’ultime forme de réticence dans les discours des enseignants ou des journalistes repose sur une défiance à l’égard du modèle américain et plus spécifiquement sur le risque d’un formatage littéraire par le biais d’un cursus de création prodiguant des « recettes ». On peut identifier ici la crainte d’une standardisation, d’une industrialisation de la littérature. Le master de création littéraire devenant ainsi « une forme d'annexion de la littérature à la communication ». Mais que proposent précisément ces cursus ?

Trois formations innovantes

Malgré les réticences observées, on note sur le territoire français la multiplication récente de formations consacrées à l’écriture créative (Toulouse, Le Havre, Paris 8, Cergy-Pontoise…) sous de multiples formes, du DU (diplôme d’université) au master.

Aix-Marseille : La pionnière

Dès 1968, l’Université d'Aix-Marseille, à l’initiative d’Anne Roche, a été la première à créer des ateliers universitaires, puis le premier DU de « Formation à l'Animation d'Ateliers d'Écriture » (1994) qui articule lecture et écriture, tout en privilégiant le terrain, les interactions avec les institutions associatives et culturelles, le lien social et les médiations autour de la création littéraire. Sur le modèle québécois, il est aussi possible depuis 2012 de réaliser un doctorat comportant un volet créatif, en étant encadré à la fois par un universitaire et un écrivain (mention « Pratique et théorie de la création artistique et littéraire »).

Le Havre : une expérimentation institutionnelle originale

En 2012, l’école supérieure d’art du Havre et l’université du Havre mettent en place dans le cadre d’un partenariat original, combinant pratique et théorie, un master « Lettres et Création littéraire ». Cette formation collaborative offre un parcours « Création littéraire contemporaine » qui s’articule autour d’une réflexion sur les formes de l’écriture dans le champ des arts plastiques et d’un questionnement sur la relation aux publics, sur le modèle américain du Master of Fine Arts.

Paris 8 : un laboratoire

Cette formation vise à mesurer les « défis intellectuels et pratiques » qu’engagent les métiers de la création. Véritable « laboratoire » de recherche sur la création littéraire contemporaine associant des enseignants qui sont aussi chercheurs, écrivains et éditeurs, ce master privilégie également la connaissance des réseaux littéraires par le biais de nombreuses rencontres avec des professionnels du livre (écrivains, éditeurs, traducteurs, critiques, organisateurs d’événements littéraires) et assure une formation sur les réseaux de publication, de diffusion et de distribution de la littérature contemporaine.

Une voie vers l’emploi ?

Le premier intérêt de ces cursus repose sur la confrontation avec l’auteur et constitue un moyen efficace de lutter contre les clichés associés à la figure de l’écrivain, comme en témoigne D. Viart :

La rencontre de l'écrivain et des étudiants - quand bien même, ce qui de fait n'est guère le cas, elle n'apporterait rien ou pas grand chose sur le plan de la connaissance critique - permet encore de corriger bien des représentations. Or il n'est pas bon qu'un texte soit abordé au travers d'une médiation aussi inhibante que le mythe de l'écrivain-génie.

Ensuite, on constate que ces formations dispensent une expérimentation littéraire qui s’appuie sur un autre modèle éducatif. Les connaissances se construisent grâce à un travail coopératif, aux relations interpersonnelles qui se nouent. En effet, la spécificité structurelle de l’atelier permet d’inverser le processus éducatif habituel, le mode de transmission descendant des savoirs.

Il s’agit d’une démarche relevant de la praxéologie soit « une science de l’action efficace », une dynamique interactive.

Enfin, comme dans le modèle québécois, ces divers cursus offrent une professionnalisation grâce à une multiplicité de débouchés possibles. Outre les métiers de la création (écrivain, scénariste, traducteur), d’autres domaines se profilent comme la communication (animateur d’événements littéraires, chargé de relations publiques), la publicité (assistant chef de publicité, concepteur-rédacteur), le journalisme (chargé de rédaction, critique, rédacteur rewriter), l’édition (assistant éditorial, correcteur) ou encore la culture (animateur d’atelier d’écriture dans divers secteurs : bibliothèques, centres culturels, galeries d’art, écoles, maisons de retraite, milieu hospitalier).

Une classe de « creative writing » à Vancouver, en 2010. vancouver Film School/Flickr, CC BY

Finalement, on constate que l’université française crée son propre modèle de creative writing, grâce à la mise en place de masters en création littéraire qui produisent une approche sensible de la littérature et renouvellent certaines catégorisations théoriques, tout en assurant des débouchés. Sociologiquement, il convient de rappeler qu’une des manières de professionnaliser le champ littéraire consiste précisément à organiser des formations, à développer des filières littéraires créatives permettant, en autres, à des « professionnels reconnus de l’écriture » d’intervenir à l’Université.

Ne serait-il donc pas urgent, en pleine mutation numérique, d'ouvrir un chantier de recherches universitaires pluridisciplinaires portant sur la création littéraire contemporaine et ses enjeux sociétaux ?

Found this article useful? A tax-deductible gift of $30/month helps deliver knowledge-based, ethical journalism.