Tg3rftxn 1484471469

« Fifty Shades » versus « Sex in the Kitchen » : quand la France snobe sa propre production littéraire

Dans une librairie parisienne. Actualitté/Flickr, CC BY-SA

« Fifty Shades » versus « Sex in the Kitchen » : quand la France snobe sa propre production littéraire

Dans une librairie parisienne. Actualitté/Flickr, CC BY-SA

Alors que les médias français évoquent actuellement la sortie d’une nouvelle série de romans érotico-romantiques américains, Calendar Girl, et qu’ils annoncent déjà un succès à la Fifty Shades of Grey, on ne peut que s’interroger sur leur silence quant aux productions françaises du genre, qui peinent à faire parler d’elles, alors que leur fond comme leur forme sont généralement de très bonne facture. Ne serait-ce qu’une question d’investissements ? Où sont les défenseurs du « made in France » pour nos produits culturels ? Quid du rôle des chroniqueurs média ?

Calendar Girl, ou le succès annoncé d’une production américaine. France Loisirs

Il y a quelques années, la France, comme la plupart des pays occidentaux, a été submergée par le tsunami Fifty Shades of Grey, ce roman que l’on pourrait qualifier de « soft SM, érotico-romantique », et qui s’est écoulé en trois jours à plus de 80 000 exemplaires. Ce succès phénoménal – qui ne peut être imputé ni à l’histoire en elle-même ni à la plume de son auteure, l’américaine E.L. James – laissait supposer que la littérature érotique renaissait de ses cendres.

Naturellement, nous, les passionnés de littérature contemporaine, attendions de voir de jeunes auteurs français émerger grâce à ce regain d’intérêt populaire, car après tout, notre pays possède une tradition en la matière qui le rend unique. Mais rien. Rien, en tout cas, dans les médias. N’y avait-il donc aucune production française digne d’être lue et commentée… voire recommandée ?

Pour répondre à cette question, il fallait s’y intéresser soi-même de plus près. Plusieurs blogs littéraires conseillaient le premier roman d’Octavie Delvaux, Sex in the Kitchen, c’est donc naturellement cet ouvrage qui retint mon attention.

Sex in the Kitchen

En fait, mis à part le genre littéraire, tout oppose Sex in the Kitchen au fameux Fifty Shades. Quand ce dernier met en scène une jeune étudiante, (forcément) innocente et naïve, qui tombe amoureuse d’un businessman (obligatoirement) beau et riche au point d’en devenir « sa soumise », Sex in the Kitchen fait dans la légèreté et nous présente un vrai nuancier de parcours érotico-amoureux sur la base de trois copines trentenaires, maîtresses de leur destin. Point de lourdeur dans le style ni de caricature ici : l’intrigue est vive, et les personnages franchement attachants ; bref, il se lit d’une traite et laisse un sourire sur le visage de son lecteur.

La production française de romans érotiques, grande absente des médias . Author provided

Or, pour se vendre, Sex in the Kitchen n’a pu compter que sur le bouche-à-oreille et sur les efforts d’autopromotion de son auteure, omniprésente sur les réseaux sociaux. Certes, cela a fonctionné, puisque tout support confondu, il a dépassé la barre des 30 000 exemplaires achetés alors que dans sa maison d’édition, une bonne vente en la matière se situe aux alentours des 1 500 copies écoulées. Mais qu’en aurait-il été si quelques journalistes en avaient parlé dans de grands médias ?

Une affaire de budget

Interrogée sur cette question, l’auteure Octavie Delvaux nous livre son point de vue :

« Mon éditeur, La Musardine, étant une maison d’édition indépendante de taille modeste qui, de surcroît, publie une littérature “de niche” – c’était du moins le cas avant l’arrivée de la vague “50 nuances de Grey” –, a l’habitude d’avoir une stratégie en grande partie basée sur les médias que sont la presse et la radio. Le service de presse dispose d’une liste de contacts dans ces médias à qu’il a envoyé un communiqué de presse, souvent assorti du roman lui-même. Pour certains envois, j’avais moi-même dédicacé des ouvrages. Ensuite, libre aux journalistes qui les reçoivent de parler du livre dans leur rubrique ou pas. La Musardine ne paye jamais d’encart publicitaire dans les magazines, car elle juge cela trop onéreux – compter 2 000 ou 3 000 euros selon les magazines. Concernant la télé, l’attaché de presse y a relativement peu de contacts – c’est la principale difficulté – mais certains journalistes ont tout de même reçu des communiqués : sans résultat ».

Questionnée sur son ressenti face à la couverture médiatique dont a bénéficié Fifty Shades of Grey, Octavie Delvaux ne cache pas sa déception :

« J’éprouve un certain sentiment d’injustice même s’il est évident que c’est uniquement une histoire de moyens. La maison d’édition qui a décroché les droits de “50 nuances” a déboursé énormément pour les avoir et donc, se devait de débourser autant pour sa promotion, d’où le résultat. On aurait pu espérer, toutefois, que les médias français s’intéresseraient un chouia plus, par ricochet ou esprit « patriotique », à ce qui se faisait en France, mais rares ont été ceux qui l’ont fait. La plupart a choisi la facilité. Je me souviens même que mon attaché de presse et moi avions pris l’initiative amusante d’écrire à Arnaud Montebourg qui était alors ministre du redressement productif et industriel. Nous l’informions avec humour que la France avait une très bonne production en littérature érotique et, en ma personne une possible concurrente de E.L James. Cette lettre est restée sans réponse ».

Quid du rôle des chroniqueurs littéraires ?

Octavie Delvaux fait une lecture de Sex in the kitchen. Octavie Delvaux

Tout cela, naturellement, n’est pas sans soulever de nombreuses questions. En premier lieu, sur le chroniqueur : si, finalement, ses propos se limitent à évoquer les grosses productions, quelle crédibilité alors accorder à ses propos ? Son rôle initial n’est-il pas d’informer, de faire découvrir et, pourquoi pas, de se faire le relais des petites productions culturelles, celles justement qui n’ont pas les moyens d’investir dans la promotion de leurs produits ? En tant que consommateurs, devrons-nous partir à la chasse sur Internet pour sortir du mainstream imposé ? Et par ailleurs, quel message cela envoie-t-il aux jeunes auteurs ? Que sans gros moyens, point d’espoir de vivre de leur production faute de n’avoir été évoqués auprès d’un public potentiel ?

Il y a beaucoup de défenseurs du « made in France » pour ce qui concerne les produits manufacturés – tant mieux – mais il serait bon également de ne pas oublier nos jeunes auteurs, car dans ce registre aussi il y a de nombreux emplois en jeu et la perte possible d’une force créatrice tuée dans l’œuf faute de relais médiatique.