Financer l’éducation en Afrique subsaharienne : les idées reçues à l’épreuve des chiffres

Des élèves de Guinée. Pierre Borghi, CC BY-NC

Cet article est publié dans le cadre de la Fête de la Science 2018 dont The Conversation France est partenaire.

Retrouvez tous les débats et les événements de votre région sur le site Fetedelascience.fr


Alors que le 2 février prochain à Dakar, le Sénégal et la France co-président la Conférence internationale de financement du Partenariat mondial pour l’Éducation, il est essentiel de remettre en question un certain nombre d’idées reçues qui parasitent les débats sur le financement de l’éducation en Afrique subsaharienne.

Idée reçue numéro 1 : Les gouvernements africains ne financent pas assez leurs systèmes éducatifs

Les données de l’Unesco permettent des comparaisons assez fines dans le temps et entre les pays sur la part des dépenses publiques des États consacrée à l’éducation. En Afrique subsaharienne (ASS), la médiane se situe à 16,9 % contre 11,8 % en Europe et Amérique du Nord et 14,1 % au niveau mondial. L’ASS est donc une des régions du monde où les gouvernements dépensent la plus grande part de leur budget pour leur système éducatif. De tous les pays d’ASS, seuls le Libéria et le Sud-Soudan ont dépensé moins de 10 % de leur budget pour l’éducation et 7 pays ont dépensé 20 %. Un effort important et continu a été consenti par les pays d’ASS puisqu’en 1999, la part des dépenses publiques consacrée à l’éducation était de 14,8 %.

« L’éducation en Afrique subsaharienne : idees reçues » (AFD, 2018). https://www.afd.fr/fr/leducation-en-afrique-subsaharienne-idees-recues

Le problème de l’ASS est donc moins l’implication budgétaire de ses gouvernements que la faiblesse des niveaux de PIB, de la base fiscale et de la capacité des États à collecter les impôts en relation avec le nombre important et croissant d’enfants à scolariser. Ainsi la dépense publique moyenne pour un élève au primaire en ASS en 2015 n’est que de 246 dollars US (en parité de pouvoir d’achat constant de 2014) contre 488 en Asie du Sud, 1 288 en Asie du Sud-est, 1 585 en Amérique latine et 8 186 en Europe et Amérique du Nord.

Idée reçue numéro 2 : Les ménages africains ne participent pas assez à l’éducation de leurs enfants

Sur la base d’un travail du Pôle de Dakar (Unesco-BREDA) en 2012 qui a consolidé des données de dépenses éducatives des ménages dans 15 pays d’Afrique subsaharienne, les dépenses des ménages représentent 46 % des dépenses faites par les États. En France en 2015, les dépenses des ménages sont estimées à 7,8 % du total des dépenses et représentent 9,3 % des dépenses de l’État (incluant les collectivités territoriales et autres administrations publiques). Par rapport aux dépenses d’éducation de leurs gouvernements, les ménages africains contribuent donc en moyenne près de cinq fois plus que les ménages français.

« L’éducation en Afrique subsaharienne : idees reçues » (AFD, 2018). https://www.afd.fr/fr/leducation-en-afrique-subsaharienne-idees-recues

Idée reçue numéro 3 : L’aide internationale à l’éducation est massive

L’éducation ne représente en 2015 que 6,9 % du total de l’APD alors que cette part était de 10 % en 2010. Le montant total de l’aide publique au développement (APD) allouée à l’éducation collectée par le CAD-OCDE a représenté 12 milliards de dollars US dont 5,2 pour l’éducation de base et 2,2 pour l’éducation secondaire. De plus, l’Afrique subsaharienne (ASS), qui est largement la région la plus en retard en termes d’éducation, ne reçoit que 26 % de l’aide à l’éducation de base. Finalement, l’ASS ne reçoit au total que 1,35 milliard de dollars US (soit le prix de 3 Airbus A380 !).

Cela signifie une aide d’environ 5 dollars US par an et par enfant. À titre de comparaison pour la même année, la dépense de l’État français était de 125 milliards de dollars US pour le premier et second degré. L’ensemble de l’aide internationale à l’éducation de base en ASS ne représente ainsi qu’une infime fraction de ce qu’un État comme la France investit pour ses propres élèves.

« L’éducation en Afrique subsaharienne : idees reçues » (AFD, 2018). https://www.afd.fr/fr/leducation-en-afrique-subsaharienne-idees-recues

Idée reçue numéro 4 : L’aide internationale à l’éducation n’a pas d’effets sur l’éducation

La littérature sur l’efficacité de l’aide dans le domaine de l’éducation est encore assez récente, mais un nombre important d’articles de recherche a déjà été publié. Ces travaux arrivent à un consensus assez clair : un impact positif et significatif de l’aide à l’éducation de base sur le nombre moyen d’années de scolarité, sur les taux de scolarisation et l’équité de genre, sur la qualité et sur l’achèvement du cycle primaire. Finalement, au niveau des recherches actuelles, la question n’est plus de savoir si l’aide internationale a un effet sur l’éducation, mais bien de mieux comprendre les conditions de son efficacité.

En guise de conclusion :

L’Afrique est à un moment charnière du développement de ses systèmes éducatifs. La croissance démographique fait qu’il y a un nombre de plus en plus considérable d’enfants à prendre en charge, tandis que l’essentiel de l’effort de financement de l’éducation provient des États et des ménages africains. Si rien n’est fait pour appuyer leurs efforts considérables, il est très probable que les États comme les ménages africains arriveront à leurs limites budgétaires et financières et que la capacité d’investissement pour un élève diminuera. Et ce alors même que l’enjeu de la qualité de l’éducation, de la réduction des inégalités et de l’allongement des scolarités de tous les enfants, notamment les filles, jusqu’en fin de premier niveau de secondaire n’a jamais été aussi décisif afin d’assurer un développement inclusif des sociétés africaines. Loin du pessimisme ambiant, il est essentiel de reconnaître l’ampleur du chemin accompli jusqu’ici par les pays africains et de mobiliser l’ensemble des partenaires pour soutenir ces politiques publiques essentielles à la cohésion sociale.


Ce texte s’appuie sur le document « L’éducation en Afrique subsaharienne : idées reçues » (AFD, 2018), co-rédigé avec Audrey Martinenq Duplessis et Vanessa Sy, chefs de projet à la division Education-Formation-Emploi de l’Agence française de développement.