Articles sur Iran

Affichage de 1 à 20 de 54 articles

Le représentant de l'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Kazem Gharib Abad, lors d'une conférence à Vienne (Autriche), le 22 novembre 2018. Joe Klamar / AFP

L’ambition régionale contrariée de l’Iran

La politique interventionniste du régime de Téhéran dans la région, qui ne constitue pas une cause nationale pour la population iranienne, se heurte à plusieurs freins structurels.
Un combattant pro-gouvernemental dans les faubourgs d'Hodeïda, le 15 novembre 2018. Stringer/AFP

Les guerres du Yémen

Il est illusoire d’élaborer un plan de paix sans prendre en considération la pluralité des acteurs du conflit yéménite et des enjeux locaux, régionaux et internationaux qui s’y superposent.
Des supportrices iraniennes dans un stade de Téhéran, lors du match amical contre la Bolivie, le 16 octobre 2018. Stringer/AFP

L’Iran face au terrorisme : un sursaut nationaliste salutaire… et risqué

Le nationalisme est un outil efficace en Iran pour unir face à un ennemi commun. Mais il peut aussi empêcher une remise en question pourtant nécessaire de certaines orientations politiques récentes.
A Ahvaz, le 24 septembre 2018, lors des funérailles des victimes de l'attentat commis deux jours auparavant. Atta Kenare / AFP

L’Iran face au terrorisme : un sentiment d’encerclement

Entre menace séparatiste et hostilité extérieure, l’attentat d’Ahvaz, commis le 22 septembre 2018, est perçu en Iran comme un facteur sérieux de déstabilisation du Golfe.
Rare photo des talibans, prise lors d'un éphémère cessez-le-feu, le 16 juin 2018, à Jalalabad (Afghanistan). Noorullah Shirzada/AFP

Afghanistan : comment expliquer la résilience des talibans

La guerre dure depuis maintenant quarante ans en Afghanistan, et les talibans sont prêts à la prolonger. Une résilience qui s’explique aussi par les erreurs des Occidentaux.
Le Président iranien Rouhani lors d'une visite à Vienne, le 4 juillet 2018. Georg Hochmuth/AFP

Demain, la guerre contre l’Iran ?

Encouragée par l’Arabie saoudite et Israël, l’administration Trump cherche à étouffer économiquement un Iran qui se sent assiégé. Une stratégie risquée qui pourrait à terme dégénérer en guerre ouverte.
Dans le port d'Hodeida, au Yémen, un combattant d'une brigade soutenue par l'Arabie saoudite pointe son fusil sur un poster à l'effigie du leader des Houtis. Saleh Al-Obeidi / AFP

Yémen : stratégie de l’urgence, l’urgence d’une stratégie

Il y a urgence humanitaire absolue à obtenir le plus rapidement possible un cessez-le-feu. Mais une conférence purement humanitaire, comme à Paris ce 27 juin, a peu de chance d’aboutir à un règlement.
Le tracé du gazoduc Turkish Stream qui doit relier la Turquie à la Russie via la mer Noire. DR

Ankara-Téhéran-Moscou, axe énergétique et géopolitique

Carrefour d’oléoducs et de gazoducs, la Turquie, dont la dépendance énergétique à l’égard de l’Iran et de la Russie va croissant, s’oriente vers une alliance géopolitique avec ses grands voisins.
Sur les murs de la vieille ville de Jérusalem, le 14 mai 2018, jour de l'inauguration de la nouvelle ambassade des États-Unis. Ahmad Gharabali/AFP

Retour sur Jérusalem

En opposant au tabou palestinien du retour en Palestine la brutalité d’un soutien total à l’Etat hébreu, Washington joue sur un registre dangereux.
Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, à Versailles, le 29 mai 2017. Stéphane de Sakutin / AFP

Débat : Comment parler avec la Russie de Poutine

Pourquoi il importe qu’à Saint-Pétersbourg, plus encore qu’à Versailles il y a un an, Emmanuel Macron renforce son discours sans compromis vis-à-vis de Vladimir Poutine.
Tableau de Jean-Baptiste Huysmans représentant le chef algérien l'émir Abd-el-Kader, protégeant les chrétiens à Damas en 1860, lors des massacres commis par les Druzes. Gros et Delettrez, catalogue de vente publique Orientalisme et Art islamique,/Wikimedia

Les minorités musulmanes et issues de l’islam : histoire d’une non-reconnaissance

Le sort des minorités musulmanes ou issues de l’islam ajoute une source de conflits à celui généré par des États à la légitimité souvent fragile, notamment en ce qui concerne les États arabes.
Un soldat syrien sur le site de l'une des cibles des frappes occidentales, près de Damas, le 14 avril 2018. Louai Beshara/AFP

Syrie : la couleur de la ligne rouge

Il faut imaginer des pistes pour l’après-Bachar, renouer le dialogue avec Moscou comme Téhéran, incontournables en Syrie, ou assumer le risque d’un engrenage possible engagé par Donald Trump.
Évacuation de la Ghouta, dans les faubourgs de Damas, le 3 avril 2018. Louai Beshara/AFP

Syrie : penser après Homs, Alep, Idlib, la Ghouta…

La faculté qui est désormais donnée d’accomplir le crime en le donnant à voir de manière immédiate, comme en Syrie depuis 2011, corrompt notre faculté de penser.
Une jeune iranienne soutient le mouvement spontané « My stealthy freedom » (ma liberté furtive) aussi appelé « mercredi blanc ». My Stealthy Freedom

Iran : bas les voiles !

De plus en plus d’Iraniennes défient le gouvernement, brandissant leurs foulards dans les lieux publics. En solidarité, chaque mercredi dans le monde, d’autres femmes portent un voile blanc.
Devant l'hôtel Intercontinental de Kaboul, le 22 janvier 2018, au lendemain d'une attaque terroriste. Shah Marai/AFP

Afghanistan 2018, le chaos et les Taliban

Le gouvernement légal afghan ne tient véritablement que 30 % du pays face à des Taliban qui profitent surtout des faiblesses et des erreurs de Kaboul, mais aussi de Washington.
Manifestation pro-gouvernementale à Téhéran, le 30 décembre 2017. Hamed Malekpour/AFP

Macron et l’Iran : les défis de la diplomatie de l’exigence

L’UE et la France, acteurs économiques majeurs en Iran, ont les moyens de mettre en œuvre une diplomatie originale mêlant exigence sur les droits humains et coopérations économiques.
Déjeuner de travail à l'Elysée pour Nicolas Sarkozy, son épouse Carla Bruni-Sarkozy, le conseiller Claude Gueant et le président syrien Bachar el-Assad (à gauche) et son épouse Asma le 9 décembre 2010. Franck Fife/AFP

Les apprentis-sorciers de la « realpolitik » au Moyen-Orient

Il manque aux apprentis sorciers de la « realpolitik » une dimension essentielle pour ancrer leur approche dans la réalité régionale : la prise en compte des peuples du Moyen-Orient et de leurs aspirations légitimes.

Les contributeurs les plus fréquents

Plus