Articles sur Parti socialiste

Affichage de 1 à 20 de 58 articles

Benoît Hamon, en meeting à Captieux (Sud-Ouest), le 16 avril. Mehdi Fedouach/AFP

Les audaces contrariées de Benoît Hamon

Le candidat de la « Belle alliance populaire », Benoît Hamon, n’est plus désormais crédité que de 7 à 8 % d’intentions de vote. Comment en est-il arrivé là ?
Le candidat du PS, Benoît Hamon, le patron du parti, Jean-Christophe Cambadélis (au second plan), le 25 mars, à Mont-de-Marsan. Georges Gobet/AFP

La résistible agonie du Parti socialiste

La liquidation du PS est-elle presque achevée ? Beaucoup se pressent pour y concourir, comme si le plus urgent était pour tous ceux-là de saboter la candidature de Benoît Hamon.
Benoît Hamon, le 21 février à la Mutualité. Lionel Bonaventure / AFP

Benoît Hamon, la « care » attitude

L’investiture de Benoit Hamon s'inscrit dans l’échec du quinquennat de François Hollande à définir idéologiquement ce que devrait être et faire une gauche de gouvernement.
Manuel Valls et Benoît Hamon, avec dans le rôle de l'arbitre Jean-Christophe Cambadélis. Eric Feferberg/AFP

Un parti (socialiste)… bien mal parti ?

Depuis la victoire de Benoît Hamon, la fronde a changé de camp. Les ex-frondeurs appellent à l’union alors que les ex-partisans de la gauche de gouvernement menacent de partir.
Le 29 janvier, au soir du second tour de la primaire de la gauche. Geoffroy Van Der Hasselt/AFP

La longue marche de Benoît Hamon

Ce résultat nous dit des choses importantes sur les perspectives de court et de long terme du PS et sur les perspectives de « reconstruction » de la gauche après la présidentielle.
Un candidat qui construit sa stature internationale à coup de déplacements à l'étranger. Anwar Amro/AFP

Emmanuel Macron, le candidat attrape-tout

L’acronyme du mouvement En marche fait écho aux initiales de sa propre personne : « EM dirige EM », le sommet de la pyramide est siglé par l’homme qui attrape-tout, le « catch-all man ».
Manuel Valls, arrivé second le 22 janvier 2017, au premier tour de la primaire de la gauche. Eric Feferberg/AFP

Au travail, Manuel Valls et Benoît Hamon !

Si les deux projets qui restent en lice à l’issue du premier tour de la primaire ne sont peut-être pas « irréconciliables », ils coexistent en tout cas très difficilement au sein du même parti.
La passation de pouvoirs entre Nicolas Sarkozy et François Fillon (ici le 13 février 2016) était annoncée par certains indicateurs sur les réseaux sociaux. Lionel Bonaventure/AFP

Le web et les réseaux sociaux, de bons thermomètres de l’opinion politique

Dans la primaire du Parti socialiste en cours, Benoît Hamon suscite le plus d’intérêt à la fois par le rang de son site et le nombre d’interactions suscitées sur les réseaux sociaux.
12 janvier 2017, premier des trois débats télévisés à gauche. Philippe Wojazer / POOL / AFP

Primaire à gauche : écoutez la différence !

Rassemblés dans leur rejet de la droite et de l’extrême droite, unis sur les valeurs républicaines, les candidats à la primaire de la gauche ont marqué leurs divergences sur le terrain économique.

Les contributeurs les plus fréquents

Plus