Articles sur populisme

Affichage de 1 à 20 de 155 articles

Pins vendus durant une manifestation à l'Université de Californie, Berkeley, 24 septembre 2017. Josh Edelson/AFP

Après Charlottesville : repenser l’antiracisme à l’américaine

Les événements de Charlottesville présentent deux dimensions qui remettent fondamentalement en question l’approche américaine de la lutte contre les propos et rassemblements racistes.
Jean-Luc Mélenchon, le 23 septembre 2017, Place de la République, à Paris. Geoffroy Van Der Hasselt / AFP

Le peuple qui vote Mélenchon est-il le peuple ?

Le décalage entre l’offre et la demande politique, notamment des catégories populaires, n’a pas disparu et ne semble guère propice à une homogénéisation des populismes.
Journée de l'Europe à Strasbourg, le 9 mai 2009. Francois Schnell/Wikimedia

Demandez la citoyenneté européenne !

Ouvrir la citoyenneté européenne à l’adhésion individuelle protégerait les droits des Européens qui souhaitent garder leur liberté de circulation.
Emmanuel Macron et Jean-Claude Juncker le 25 mai à Bruxelles. Aurore Belot / AFP

En marche vers une nouvelle Union européenne ?

L’Europe, qui est en ordre de bataille pour redevenir une ardente obligation, ne doit plus pouvoir servir d’exutoire aux populistes. Après l’élection d’Emmanuel Macron, l’heure est à la refondation.
Affichage sauvage, le 23 avril 2017. Thierry Teclercq/Flickr

Deux populismes valent mieux qu’un !

Macron l’a emporté parce qu’il avait face à lui deux versions inconciliables du souverainisme populiste, là où le Royaume-Uni du Brexit et les États-Unis de Trump n’en ont eu qu’une.
Le jour d'après, cérémonie à l'Arc de triomphe le 8 mai. François Mori/AFP

Longitude 20’17, le Président du jour d’après

Sur cette pyramide de plus de vingt millions de voix, Emmanuel Macron est venu, il a vu, il a vaincu. Mais il n’a pas encore convaincu pleinement.
François Fillon et Laurent Wauquiez au pied de la statue de la Vierge au Puy-en-Velay, en avril 2017. Thierry Zoccolan/AFP

Un catholicisme otage de la campagne présidentielle

Depuis le premier tour, le débat sur le report des voix fait rage au sein du catholicisme français dont les lignes de fractures se multiplient. « Le » vote catholique n’est-il pas une chimère ?
Le 1er mai, Jean-Luc Mélenchon participe à la cérémonie à la mémoire de Brahim Bouarram, qui avait été poussé dans la Seine par des militants d'extrême-droite après une manifestation du Front National. Thomas SAMSON / AFP

L’in(sou)tenable légèreté de l’Insoumis

À la veille du second tour de l’élection présidentielle, Jean‑Luc Mélenchon adopte une position ambiguë vis-à-vis du Front national. Une stratégie dangereuse pour lui comme pour son mouvement.

Les contributeurs les plus fréquents

Plus