Articles sur santé mentale

Affichage de 1 à 20 de 48 articles

Le conducteur qui a foncé dans une pizzeria à Sept-Sors en Seine-et-Marne, causant la mort d'une fillette, présente des signes de troubles psychiatriques. Léonard Ortuso/communication Sdis 77

La place des malades psychiatriques est à l’hôpital, pas en prison

Les personnes présentant des troubles psychiatriques sont trop souvent incarcérées en cas d’acte grave. Cette problématique ressurgit avec les drames de Marseille et de Sept-Sorts.
Une mère tenant la main de son fils autiste. Dans certains pays, le port d'un bracelet est recommandé pour que ces enfants puissent recevoir de l'aide en cas de problème. Zahraa Saleh/Shutterstock

Dans l’autisme, le rôle de l’hérédité est prépondérant

Aucune étude scientifique ne permet d'incriminer les vaccins dans la survenue de l'autisme. Par contre les travaux récents montrent que les facteurs génétiques comptent pour 60 % au moins.
Daria Nepriakhina/Unsplash

Ces femmes autistes qui s’ignorent

Les signes de l’autisme sont souvent moins visibles chez les femmes que chez les hommes. Il se manifeste aussi de façon différente, entraînant chez elles un sous-diagnostic de cette condition.
Où est la différence entre le vrai et le faux ? Thomas Hawk

Cinquante nuances de faux

Les psychiatres n’ont pas attendu Donald Trump pour découvrir la notion de « faits alternatifs ». Chaque jour, ils entendent des patients soutenir des idées plus ou moins éloignées de la réalité.
Hélicoptère utilisé pour les urgences par le système de santé Intermountain Healthcare, basé à Salt Lake City dans l'Utah. Ben P L/Flickr

Sauver notre système de santé : et si l’exemple venait de l’Utah, aux États-Unis ?

Pour réinventer le système de santé français, à bout de souffle, il faut prendre exemple sur des pays qui font mieux pour moins cher. C’est le cas de l’Utah, un État de l’Ouest des États-Unis.
Bibliothécaires mobilisés pour les 30 ans de la de la médiathèque de Dourdan (Essonne), le 13 mai 2017. Ville de Dourdan/Flickr

Les fonctionnaires territoriaux, tous fainéants, vraiment ?

Dans les communes, les départements ou les régions, certains agents atteignent un niveau élevé de fatigue, qui peut entraîner un burn-out. Lequel n’est pas réservé au secteur privé.
Contrairement au psychiatre ou au psychologue, la montre connectée est disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Madison Bersuch/Unsplash

Et si demain, votre montre remplaçait votre psy ?

Les objets connectés proposent déjà des aides efficaces pour les personnes atteintes de troubles psychiques. Ils vont bientôt devenir un complément indispensable de la thérapie.
Le management de la performance individuelle crée-t-il de la violence dans les organisations ? Unsplash

Libérons les entreprises des violences au travail !

Les nouvelles formes de violences au travail ont donné lieu à l’émergence de la catégorie risques psychosociaux. Le « management » est souvent perçu comme le responsable de tous ces maux. Discussion.
Sculpture de Dominique Grentzinger, Nancy. Photo prise par Manuel Rebuschi

Peut-on comprendre la folie ?

La « normalité » des normes et des sociétés qui les portent est évidemment discutable, de même que le sont les traitements imposés aux « fous ».
Les chercheurs étudient si les micro-organismes peuplant notre intestin pourraient jouer un rôle dans la dépression. Nik Shuliahin/Unsplash

Le microbiote intestinal dicte-t-il notre humeur et nos comportements ?

De nombreuses études montrent un lien entre les micro-organismes présents dans l’intestin et des troubles psychiatriques comme l’anxiété ou la dépression. Une voie qui mérite d’être explorée.
L'actrice Katherine Langford incarne une jeune fille qui met fin à ses jours dans la série 13 Reasons Why. Beth Dubber/Netflix

13 reasons why… les antidépresseurs peuvent être un recours en cas d’idées suicidaires

Dans la série à succès de Netflix, une jeune fille met fin à ses jours. Voici 13 raisons pour lesquelles les médicaments antidépresseurs doivent être considérés comme une option en cas de détresse.
Un garçon de 8 ans, avec autisme. Dubova/Shutterstock

Peut-on parler d'une épidémie d’autisme ?

Si le nombre de personnes autistes augmente, c’est d’abord parce qu’on repère mieux ce trouble du développement. Et parce que les critères du diagnostic ont été élargis.
La Mad Pride, à Paris. La quatrième édition de ce défilé des personnes touchées par des troubles psychiques aura lieu le 10 juin. Juliette48

Evolution (ou révolution) dans la santé mentale : le pouvoir aux usagers

Les personnes touchées par des maladies psychiques comme le trouble bipolaire ou la dépression prennent en main leur destin de patient. Un phénomène « d’empowerment » de plus en plus flagrant.
Dans les espaces de convivialité informels de l'entreprise, comme la kitchenette ou la machine à café, la solitude est conjurée. Alejandro Escamilla/Unsplash

Coopérer entre collègues, la solution pour ne plus souffrir au travail

Les réorganisations affectent la santé des salariés, comme actuellement à la SNCF. Ce mal-être n'est pourtant pas une fatalité, si le management favorise la solidarité au sein de l'entreprise.
L'archéologie et l'histoire des origines de l'homme commencent seulement à prendre en compte le rôle important des personnes autistes. Shutterstock

Nos ancêtres autistes ont joué un rôle clé dans l’évolution

Voici pourquoi les gènes de l'autisme ont été conservés au cours de l'évolution. Un autre regard sur la préhistoire, à l'occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, le 2 avril.
Les professionnels de santé sont particulièrement exposés au burn-out. Mais les patients préfèrent les voir comme des super héros. Shutterstock

Prendre soin de ceux qui nous soignent… et puis quoi encore ?

Les patients ne sont pas disposés à entendre la fatigue ou la lassitude des professionnels de santé, particulièrement exposés au burn-out. C’est pourtant une condition à la qualité des soins.
Le syndrome d'épuisement au travail pourrait devenir la 99ᵉ maladie professionnelle, après la sciatique. Craig Garner/Unsplash

Le burn-out sera-t-il reconnu comme maladie professionnelle ?

Le syndrome d’épuisement dû au travail pourrait, demain, être indemnisé au titre de maladie professionnelle. Décryptage des enjeux à l’occasion des Semaines d’information sur la santé mentale.

Les contributeurs les plus fréquents

Plus