Hip Hop Management

Gestion, économie, sociologie, droit – il fallait tout repenser : Conversation avec Armand Hatchuel

Armand Hatchuel, “Les sciences de gestion face a la rationalité et à la responsabilité”, dans l'émission Fenêtres Ouvertes sur la Gestion.

Publiée dans Le Monde, la tribune de Jean Tirole a naturellement marqué les esprits : « L’Homo economicus a vécu », donc. Il s’ensuit un appel de l’auteur à davantage de transversalité et de dialogues entre sciences du social. Un débat qui n’est pas sans faire écho au conflit qui avait opposé le même Jean Tirole aux économistes dits « hétérodoxes », parmi lesquels André Orléan et Olivier Favereau. Un débat vif qui a aussi alimenté les pages de la Revue Française de Gestion quant à la pertinence des travaux du Professeur Jean Tirole pour instruire de manière scientifiquement rigoureuse les problèmes « organisationnels ».

Il s’éclaire sous un jour nouveau si l’on s’accorde avec Armand Hatchuel pour considérer que les sciences de gestion ne procèdent pas du domaine des sciences dites « appliquées », mais bien de celui des « sciences fondamentales ». Une série exceptionnelle d’émissions permettra d’évaluer plus avant les motifs comme les conséquences de cette proposition.

Et c’est ainsi qu’en synthèse d’un long chemin, c’est bien l’ensemble des contenus et des façons d’enseigner les Sciences de gestion, les Sciences économiques, la Sociologie et même le Droit qui mériterait sans doute désormais d’être mis en débat. Scientifique mais aussi démocratique.

Pour conclure, l’Homo economicus a vécu, et même plutôt bien puisqu’il a apporté son lot de prix de la Banque de Suède à la mémoire d’Alfred Nobel. Son oraison funèbre peut maintenant être prononcée. Les sujets qui s’annoncent sont autrement plus importants pour la reconnaissance de la qualité de la recherche de langue française « à l’international » qu’une montée ou une descente de places dans le classement de Shanghai.

Rappelons en effet que l’intention scientifique est d’abord faite de mise à l’épreuve du temps long des « postulats » et des théories. Et que l’histoire des sciences enseigne que c’est ainsi que, parfois, une planète qu’on croyait plate finit par se révéler ronde.

L’interview d’Armand Hatchuel

Présentation d’Armand Hatchuel

Armand Hatchuel est Professeur en Sciences de Gestion – i3 à Mines ParisTech où il a développé plusieurs cursus. En 2009, il a créé avec Benoît Weil la Chaire de « Théorie et méthodes de la conception innovante » avec le soutien de onze entreprises. Il a conduit d’abord de nombreux travaux sur l’optimisation des systèmes de production. Il a été ensuite pionnier dans l’étude des dynamiques créatrices de l’action collective. Il construit une axiomatique dite « savoirs-relations » et propose une épistémologie « fondationniste » des sciences de gestion.

Par ailleurs, ses travaux sur la théorie de l’entreprise avec Blanche Ségrestin en lien avec le Collège des Bernadins ont inspiré les modifications récentes du statut social des entreprises et la création des sociétés à mission prévues par la Loi Pacte. De part ses travaux, il est devenu un chercheur de renommée internationale qui outre la Légion d’honneur qui lui a été remise le 3 juillet 2017, a reçu plusieurs distinctions scientifiques.

Il est aussi membre de l’Académie des Technologies, fellow de la Design Society et vice-président du Conseil d’administration du Centre Culturel de Cerisy-la-Salle, chroniqueur au journal Le Monde cahier eco-entreprise et membre du Conseil économique et social du Maroc depuis 2011.

Give now and double the power of your support. Dollar for dollar doubled by NewsMatch.