Articles on crimes contre l’humanité

Displaying 1 - 20 of 26 articles

Fatou Bensouda, procureure de la CPI et Robert H. Jackson, deux figures clefs de la justice pénale internationale, de Nuremberg à La Haye. AFP/Wikimedia

Pourquoi les États-Unis rejettent la justice pénale internationale : le précédent de Nuremberg

Aujourd’hui, les partisans de la justice pénale internationale, aux États-Unis comme à la CPI se réclament volontiers de « l’esprit de Nuremberg ». Ce geste rituel mérite cependant un examen critique.
A Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, le 26 février 2019: un homme tient la dépouille de sa fille tuée dans un bombardement des forces pro-Assad. Anas Al-Dyab / AFP

Débat : En Syrie, le silence ne doit pas recouvrir les crimes commis à Idlib

Renoncer signifie que nous accordons au régime d’Assad et à la Russie une victoire stratégique, mais aussi intellectuelle dont les conséquences seront incalculables en termes de sécurité mondiale.
Interrogatoire d'un prisonnier ‘Viet Cong’ par les forces spéciales A-109 à Thuong Duc, 23 janvier 1967. PFC David Epstein/US Army/Wikimedia

Quand les « héros » d’hier sont les criminels d’aujourd’hui

Au cours du XXᵉ siècle, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, des institutions ont permis de changer l’image des autocrates, longtemps perçus comme des héros.
Nadia Murad, co-récipiendaire du Prix Nobel de la Paix 2018, lors de la conférence de presse du National Press Club de Washington, D.C., le 8 octobre 2018. (AP Photos)

Le Canada doit engager des poursuites judiciaires contre les combattants de l’EI qui rentrent au pays

Si le Canada prend vraiment au sérieux les règles de justice internationale, les droits de la personne et l'ordre international, il doit poursuivre en justice ses citoyens qui ont combattu pour l'EI.
Un soldat syrien sur le site de l'une des cibles des frappes occidentales, près de Damas, le 14 avril 2018. Louai Beshara/AFP

Syrie : la couleur de la ligne rouge

Il faut imaginer des pistes pour l’après-Bachar, renouer le dialogue avec Moscou comme Téhéran, incontournables en Syrie, ou assumer le risque d’un engrenage possible engagé par Donald Trump.
Le président Emmanuel Macron, lors d'une visite le 20 juillet 2017, à la base aérienne 125 Istres-Le Tubé. Anne-Christine Poujoulat/AFP

La France et la Syrie : onze questions pour l’action

Que faire en Syrie ? Assad doit-il partir ? Une intervention militaire sans mandat de l’ONU serait-elle responsable ? Voici onze questions qui permettent de mieux appréhender la situation.
Le 8 juillet 2017, Donald Trump quittant sur le Sommet du G20. Saul Loeb/AFP

Trump, le Néron du climat

Dire que Trump a raté le train de l’histoire en sortant de l’Accord de Paris n’est malheureusement pas à la hauteur de l’urgence climatique.
La salle des victimes du nazisme au Mémorial de l’Alsace-Moselle, à Schirmeck. OLIVIER MORIN/AFP

Quand l’écriture mémorielle se heurte à un mur

Le projet de « Mur des noms » voué à honorer la mémoire des 52 000 civils et militaires alsaciens et mosellans victimes du nazisme entre 1939 et 1945 provoque une vive polémique.
À Damas, le 7 avril, quelques heures après le raid américain sur une base près de Homs. Louai Beshara/AFP

Le coup de force de Trump en Syrie : et maintenant ?

Donald Trump, s’il a réussi son coup à court terme – les frappes sont saluées par les alliés des États-Unis –, doit prouver qu’il dispose d’une vraie stratégie pour régler la question syrienne.
Emmanuel Macron lors d'une visite d'un cimetière à Alger, le 14 février 2017. AFP

La colonisation est-elle un crime contre l’humanité ?

En distinguant l’idéologie et le processus qui sous-tendent la colonisation, d’une part, et leurs conséquences pratiques, d’autre part, Emmanuel Macron aurait pu voir juste sur un plan juridique.
Le président Obama au Conseil de sécurité, en septembre 2009. Maison Blanche / Wikimedia

Les Etats-Unis et l’ONU, des relations tumultueuses

Alors que la Russie et la Chine viennent à nouveau de bloquer une résolution sur Alep au Conseil de sécurité, les États-Unis ne sont pas exempts de tout reproche dans leur comportement à l’ONU.
L'ancien vice-président du Congo démocratique, Jean-Pierre Bemba, jugé et condamné par la CPI en mars 2016. Jerry Lampen/AFP

L’Afrique et la Cour pénale internationale : chronique d’un divorce annoncé

Afrique du Sud, Burundi, Gambie : cet « Afrexit » est sans précédent dans l’histoire de la justice pénale internationale. Comment l’expliquer ? Et faut-il craindre un effet domino ?

Top contributors

More