Articles on pollution de l’air

Displaying 1 - 20 of 69 articles

C'est en Angleterre que se généralise au XVIIIᵉ siècle l'utilisation du charbon : commence alors un peu partout en Europe puis dans le monde une exploitation industrielle de ses mines. Ministry of Information/Wikimedia

Le XIXᵉ siècle, premier moment de l’ère des pollutions

Si la pollution est devenue un enjeu conscient il y a quelques décennies seulement, ses conséquences sur les villes étaient déjà perçues pendant la révolution industrielle.
L’exemple du diesel montre que les bons choix d’hier peuvent demain s’avérer mauvais, et grever le budget des ménages. Oatz stocker / Shutterstock

Transports : où chercher la vérité des prix ?

En matière de mobilité, chaque mesure a ses gagnants et ses perdants. La prise en compte de ces externalités complique la recherche de politiques perçues comme justes.
L’exposition de long terme à la pollution de l’air peut jouer un rôle dans le déclin cognitif. Tao55/ Shutterstock

La pollution de l’air va-t-elle nous rendre bêtes ?

La pollution de l’air nuit à la santé de notre cœur et de nos poumons. Une nouvelle étude suggère qu’elle affecterait aussi la santé du cerveau.
Sur le toit d’AgroParisTech. AgroParisTech

Non, tout ce qui pousse en ville n’est pas pollué

Est-il possible de produire sainement en zone urbaine ? C’est la question à laquelle un ensemble de travaux de recherche tente de répondre depuis 2012.
En démocratie, la solution qui s’impose n’est pas toujours la plus efficace, mais la plus acceptable du point de vue collectif. Ken Felepchuk / Shutterstock

Péages urbains : quand la théorie économique se heurte au principe de réalité

Les travaux d’A.C. Pigou sur les externalités valident complètement la pénalisation de la circulation en ville. Mais le contexte social et fiscal va obliger l’exécutif à composer minutieusement.
La lumière et la température de l'air influencent les performances des élèves. Shutterstock

Qualité de l’air et luminosité : quels enjeux pour la classe du futur ?

On considère assez peu les salles de classe sous l’angle de leurs qualités environnementales. Or celles-ci sont essentielles pour la réussite et la santé des élèves.
Dans le parc André-Citroën (Paris), un ballon réalise des mesures de la pollution de l’air. Bertrand Guay/AFP

Le concours du plus mauvais polluant de l’air

Le nombre de substances émises dans l’atmosphère est très important mais certaines sont plus particulièrement nocives pour la santé et font l’objet d’une surveillance accrue.
À Lyon. P.Desmazes/AFP

Air toxique : un cocktail de molécules encore largement méconnu

En aval de la pollution directement émise dans l’atmosphère, se développe celle que l’on appelle « secondaire ». Résultat de réactions chimiques multiples, elle est très complexe à appréhender.
Dans les zones fortement urbanisées, le transport contribue pour une large part aux émissions de particules fines. Marco Bertorello/AFP

Pollution de l’air : diesel, essence ou électrique, tous les véhicules émettent des particules fines

Combustion du carburant, abrasion des pneumatiques et des freins ou encore manière de conduire… De nombreux aspects entrent en jeu dans les émissions de particules fines.
À Tokyo. Ben Blennerhassett/Unsplash

Villes et émissions de CO₂ : pourquoi il nous faut des données plus fiables

Avec une urbanisation mondiale galopante, la mesure précise des émissions de CO₂ des villes devient un enjeu majeur. Or il existe de forts contrastes dans la manière dont sont effectués ces relevés.
Vue aérienne de Paris depuis l’Arc de triomphe en août 2016. L’aspect minéral domine la ville. Pascal Weiland/Unsplash

Les « forêts urbaines », essentielles aux villes de demain

Que ce soit pour des raisons climatiques, sanitaires ou simplement pour le plaisir des yeux, les arbres sont essentiels aux citadins. Nombre de métropoles l’ont déjà compris.
Le riz, l’un des aliments de base le plus répandu en Asie, est directement affecté par la pollution à l’ozone. Avel Chuklanov/Unsplash

La pollution à l’ozone menace aussi nos assiettes

Si les pics de pollution à l’ozone sont bien connus des citadins, la menace que fait peser cette pollution sur les rendements agricoles l’est moins. Les scientifiques tentent de mieux l’évaluer.
Les conditions difficiles dans les transports en commun provoquent un stress intense et prolongé pour les usagers. Avec des risques pour leur santé. Shutterstock

Stress in the city : quand les transports en commun usent la santé

Limiter la pollution en diminuant la circulation automobile dans les grandes villes est bon pour la santé. Mais pas le stress engendré par des transports en commun saturés.

Top contributors

More