Artikel-artikel mengenai Alternative pour l'Allemagne (AfD)

Menampilkan 1 - 20 dari 26 artikel

Björn Höcke (à gauche), tête de liste du parti d'extrême droite AfD en Thuringe, et Andreas Kalbitz (au centre), tête de liste de l'AfD dans le Land de Brandebourg, saluent leurs partisans réunis à Werder an der Havel, près de Potsdam, le 1er septembre 2019, au soir des élections régionales qui voient l'AfD obtenir 27,5 % des suffrages dans le Land de Saxe et 23,5 % dans celui de Brandebourg. Odd Andersen/AFP

Élections régionales en Allemagne de l’Est : les leçons de la poussée de l’extrême droite

Les élections régionales qui viennent de se tenir dans trois Länder d’Allemagne de l’Est, marquées par les scores élevés de l’extrême droite, ont reflété le désarroi des anciens « Ossies ».
Il quarto stato, huile sur toile de 293 × 545 cm. L'œuvre est centrée sur les luttes sociales dans le monde du travail, mouvements parfois perçus comme « populistes ». Giuseppe Pellizza/Wikimedia

Le « populisme » peut-il être un concept scientifique ?

De quoi parle-t-on exactement quand on parle du populisme ? Ce concept n’en dit-il pas davantage sur ceux qui l’emploient que sur ceux qu’ils désignent ?
Des manifestants portant des drapeaux allemands participent à un rassemblement organisé par le parti d'extrême droite allemand Alternative for Germany (AfD) le 1er mai 2019 à Chemnitz, dans l'est de l'Allemagne. Hendrik Schmidt/AFP

Quel est l’impact de l’immigration sur la montée nationaliste au sein de l’UE ?

Le nationalisme progresse en Europe, où de nombreux partis politiques sont hostiles à l’immigration. Mais quel rôle joue-t-elle dans leur succès ? La recherche met en évidence des nuances inattendues.
La première ministre néozélandaise Jacinda Ardern 72 heures après les attaques meurtrières dans deux mosquées de Christchurch. Appaloosa/Flickr

Christchurch.0 : quel espoir pour l’Internet de demain ?

Si l’appel de Christchurch marque une nécessaire prise de conscience des États et des entreprises, il semble ignorer un certain nombre de problèmes structurels inhérents au fonctionnement d'Internet.
A Münster, l'Union chrétienne-sociale (CSU), l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et le Parti populaire européen (PPE) lancent la campagne électorale européenne le 27 avril 2019. Au centre, Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU). Deuxième à partir de la gauche, Markus Soeder (CSU). A eux deux, Manfred Weber (PPE). Tobias Schwarz/AFP

Elections européennes : six pays vus par six experts

Comment l'Union européenne est-elle perçue, de Rome à Oslo, en passant par Berlin, Amsterdam, Stockholm et Prague ? A l'occasion du renouvellement du Parlement européen, six experts répondent.
Une jeune femme participant à la “Fête de l'Europe” organisée par l'ONG européenne Eurocircle le 9 mai 2014 à Marseille. Boris Horvat/AFP

Peut-on parler d’une identité européenne ?

Peut-on parler d’« identité européenne », thématique chère à de nombreux partis politiques européens ? Réponses et analyses de trois spécialistes de l’identité.
Manifestation pour soutenir les opérations de secours aux migrants en Méditerranée, le 2 septembre 2018, à Berlin. Kay Nietfeld/AFP

L’Allemagne, un pays d’immigration qui s’assume au-delà des tensions

L’Allemagne, qui se considère officiellement comme un pays d’immigration, a mis en œuvre une politique d’intégration, et tente d’organiser ses relations avec les responsables du culte musulman.
Horst Seehofer (ici en 2016), le leader de la CSU, allié de plus en plus encombrant d'Angela Merkel. Andreas Khol/Flickr

En Allemagne, une scène politique de plus en plus éparpillée

Le réveil de l’extrême droite en Saxe et Saxe-Anhalt confronte l’Allemagne à un phénomène minimisé depuis des années, celui de la radicalisation de l’extrême droite néonazie.
Rassemblement en faveur de l'ouverture de routes sécurisées pour les migrants, à Berlin, le 4 août 2018. David Gannon / AFP

En Bavière, les limites du discours radical de droite

À quelques semaines des élections en Bavière, la stratégie populiste contestée du parti conservateur risque de profiter davantage à l’extrême droite qu’au SPD.
Le Président autrichien Alexander Van der Bellen (à droite),aux côtés du nouveau chancelier conservateur Sebastian Kurz (au centre) et du vice-chancelier issu de l'extrême droite, Christian Strache, à Vienne, le 18 décembre. Roland Schlager / APA / AFP

Autriche : le retour de l'extrême droite au pouvoir dans un silence assourdissant

Le jeune chef du gouvernement, Sebastian Kurz (31 ans) a mis l'accent pendant la campagne sur la sécurité des Autrichiens, la refondation de l’Europe et la lutte contre l’immigration illégale.

Kontributor teratas

Lebih banyak