Artikel-artikel mengenai Bachar Al-Assad

Menampilkan semua artikel

Évacuation de la Ghouta, dans les faubourgs de Damas, le 3 avril 2018. Louai Beshara/AFP

Syrie : penser après Homs, Alep, Idlib, la Ghouta…

La faculté qui est désormais donnée d’accomplir le crime en le donnant à voir de manière immédiate, comme en Syrie depuis 2011, corrompt notre faculté de penser.
L'homme d'affaires Mohammed Mohiedin Anis. 70 ans, fume sa pipe, assis dans sa chambre et écoutant un vinyle. La photo, prise en 2013 à Alep, dans l'ancien quartier rebel al-Shaar, a fait le tour du monde. Joseph Eid/AFP

Syrie : quelle reconstruction possible sous le régime Assad ?

Le maintien du régime de Bachar Al-Assad semble plus assuré que jamais, utilisant les projets de reconstruction du pays à ses propres fins.
Le président Emmanuel Macron, lors d'une visite le 20 juillet 2017, à la base aérienne 125 Istres-Le Tubé. Anne-Christine Poujoulat/AFP

La France et la Syrie : onze questions pour l’action

Que faire en Syrie ? Assad doit-il partir ? Une intervention militaire sans mandat de l’ONU serait-elle responsable ? Voici onze questions qui permettent de mieux appréhender la situation.
Le président syrien Bachar El-Assad (à gauche) et le président turc, Recep Tayyip Edorgan (à droite), en juin 2010, à Istanbul. Osman Orsal/AFP

L'économie comme realpolitik : la Turquie, premier partenaire commercial de la Syrie

La Turquie, qui voulait renverser le président syrien, a de bonnes relations commerciales avec Damas. Elle est le premier exportateur vers la Syrie et parmi les premiers importateurs de biens syriens.
Emmanuel Macron et Vladimir Poutine au G20 de Hambourg, le 9 juillet 2017. Kremlin.ru/Wikimedias

Macron, la Syrie et Poutine : enjeux et doubles-fonds

La toile de fond des déclarations du Président Macron demeure éminemment libérale : défense du multilatéralisme, de l’Europe, d’agendas de sécurité humaine ou du libre-échange.
Une vue sur Alep, le 9 décembre 2016. George Ourfalian/AFP

Les impasses occidentales en Syrie

La débâcle est là. Les vieilles puissances se retrouvent au rang de spectateurs impuissants, badauds diplomatiques d’une des crises les plus aiguës de la scène internationale d’après-guerre.
Ruines du village de Teir Maalah, au nord de Homs, le 20 avril 2016. Mahmoud Taha/AFP

Résoudre le chaos syrien

Aucune réunion internationale ne résoudra, à elle seule, le problème syrien. La solution viendra de l’intérieur, en s’appuyant sur la base locale.
Bachar al-Assad reçu au Kremlin par Vladimir Poutine le 20 octobre 2015. Alexeï Druzhinin/AFP

L’intervention russe en Syrie : mission accomplie ?

L’annonce du retrait (partiel) des troupes russes de Syrie a pris par surprise les observateurs. L’heure d’une première évaluation d’une action militaire aux objectifs multiples.

Kontributor teratas

Lebih banyak