Impact de notre consommation sur l’environnement, une vaste étude fait le point

Avez-vous vraiment besoin de cette nouvelle chemise ? Rawpixel/Unsplash

Les Français consomment depuis 50 ans davantage de biens chaque année. En plus de la multiplication des volumes, les postes de consommation ont changé, traduisant une mutation de la société et des modes de vie : baisse des dépenses dans l’habillement et l’alimentation, mais hausse dans la communication, la santé, les transports et les loisirs.

Si dans l’imaginaire collectif, on considère que les transports ou l’habitat sont les secteurs les plus impactants sur l’environnement – notamment en matière d’émissions de gaz à effet de serre –, les équipements de la maison peuvent représenter un enjeu aussi important que les autres postes (transport, habitat, alimentation) en termes d’émissions nationales et individuelles des Français (jusqu’à 25 % environ soit un quart des émissions par an). L’empreinte carbone par Français a été estimée en 2016 à 10,7 tonnes équivalent CO₂.

Or l’impact environnemental de ces biens de consommation est encore peu connu, notamment en raison du manque d’informations sur les impacts de leur fabrication, leur transport et leur distribution, beaucoup étant importés. Et bien souvent, les consommateurs eux-mêmes sous-estiment ce qu’ils possèdent : selon une étude Ipsos de 2016, les Français pensent posséder, en moyenne, 34 équipements électriques et électroniques par foyer quand ils en détiennent en réalité 99 !

Afin de mesurer ces impacts, à la fois en termes d’émissions de CO2 (encore appelé « poids carbone ») et de mobilisation de matières premières –, l’Ademe a réalisé une étude portant sur 45 catégories d’équipements à usages fréquents. Rendue publique ce 26 septembre 2018, y sont étudiés les appareils électriques à forte et à faible composante électronique, les textiles, habillement et chaussures, les meubles et les équipements de sport.

Le « poids carbone » rend compte des émissions de CO2 engendrées pour chaque produit sur l’ensemble de son cycle de vie (pour sa fabrication, son transport, sa distribution…). La « matière mobilisée » correspond aux matières premières nécessaires pour produire cet équipement. Par exemple, les tonnes de terres excavées pour quelques grammes de minerai dans les puces de nos smartphones ou le pétrole nécessaire à la fabrication des plastiques de nos équipements.

Évolution de la consommation chez les Français. Ministère de la Transition écologique et solidaire, CC BY-NC-ND

Des processus de production destructeurs

Nos choix de consommation ont un impact direct sur l’environnement, comme en témoigne la pression exercée sur les ressources naturelles. La finitude des ressources fossiles et minérales (non renouvelables comme le fer, les métaux rares, le pétrole…) ou énergétiques ainsi que l’épuisement des réserves naturelles en eau sont aujourd’hui incompatibles avec le rythme mondial et national de consommation.

Le prix à payer en termes de dégradation des écosystèmes est très élevé, le processus de production des biens et services dans le monde ayant pour conséquence la pollution de l’eau (composés azotés, phosphatés), de l’air (particules fines, SO2 NOx…), des mers (plastique…) et des sols (différents polluants).

Cette situation a également des répercussions néfastes au niveau de la santé, fragilisée par l’exposition aux polluants présents dans l’environnement (air, eau, sol…) et les substances nocives contenues dans les produits (biens d’équipements et alimentaires). Et aussi au niveau économique, les coûts de la pollution, de la gestion des déchets et le renchérissement des ressources en raison de leur raréfaction pesant de plus en plus lourd.

L’étude conduite par l’Ademe révèle ainsi que l’ensemble des équipements, meubles et électroménagers présents dans la maison pèse en moyenne 2,5 tonnes. Pour fabriquer ces équipements, 45 tonnes de matières premières auront dû être mobilisées ; sachant que le CO2 émis pendant tout le cycle de fabrication s’élève à 6 tonnes de CO2, soit l’équivalent de six allers-retours Paris-New York.

Le détail du poids carbone des différents biens de consommation étudiés dans l’étude est disponible dans un tableau.

Exemples tirés de l’étude 2018 de l’Ademe « Modélisation et évaluation du poids carbone de produits de consommation et biens d’équipement ». Ademe, CC BY-NC-ND

Des pistes pour consommer plus sobrement

Pour les consommateurs, prendre conscience de l’impact environnemental, sanitaire et économique de leurs achats passe notamment par l’adoption de nouvelles habitudes, réflexes.

On peut déjà éviter de se suréquiper, en questionnant son besoin avant tout achat. (En ai-je vraiment besoin ? Est-il possible de faire avec ce que je possède déjà ?). Si l’achat est toujours d’actualité, on pourra se renseigner sur l’acquisition de biens plus durables. L’Écolabel européen, qui apporte des garanties sur la prise en compte des conséquences environnementales ou l’étiquette énergie, pourra par exemple aider à comparer facilement les appareils électroménagers.

Une attention particulière pourra aussi concerner le sur-dimensionnement de certains équipements. Sur une même catégorie de produit, le recours à des produits plus grands (pour les télévisions, smartphones, tablettes ou écrans) entraîne en effet des poids carbone et matières plus élevées en proportion.

Ademe, CC BY-NC-ND
Ademe, CC BY-NC-ND

Si les incitations à acheter des équipements neufs sont nombreuses – 88 % des Français changent ainsi leur téléphone portable alors qu’il fonctionne encore –, résister au renouvellement trop fréquent de ses équipements aidera à réduire le poids carbone de sa consommation.

Dernière piste à explorer : l’augmentation de la durée de vie des produits. Cela implique, pour les fabricants, de concevoir des produits plus facilement réparables, plus adaptables aux évolutions technologiques et plus faciles à entretenir. Pour les consommateurs, d’entretenir ses biens, de respecter leurs conditions normales d’utilisation, de les réparer ou les faire réparer en cas de panne, ou encore de leur donner une seconde vie, en les donnant ou les revendant.

Become a friend of The Conversation with a tax-deductible contribution today.