Institut de recherche pour le développement (IRD)

L’Institut de recherche pour le développement (IRD) est un organisme de recherche français qui répond, avec ses partenaires des Suds, aux enjeux internationaux du développement . Améliorer les conditions sanitaires, comprendre l’évolution des sociétés, préserver l’environnement et les ressources constituent les piliers de son action dans la perspective d’atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement.

Établissement public français à caractère scientifique et technologique, l’IRD est placé sous la tutelle conjointe des ministères chargés de la Recherche et des Affaires étrangères . Il déploie ses activités à l’international depuis son siège, à Marseille, et ses deux centres métropolitains de Montpellier et de Bondy.

Grâce à son action de recherche, de formation et d’innovation en partenariat, il rayonne dans plus d’une cinquantaine de pays, en Afrique, sur le pourtour méditerranéen, en Asie, en Amérique latine et en outre-mer. Fondés sur l’interdisciplinarité, les projets menés conjointement traitent de questions cruciales pour les Suds : maladies tropicales et de civilisation, relations entre santé et environnement, changements climatiques, ressources en eau, sécurité alimentaire, écosystèmes tropicaux et méditerranéens, risques naturels, pauvreté, vulnérabilité et inégalités sociales, migrations, évolution du marché du travail…

Links

Displaying all articles

Des spéléologues de l’expédition « Lengguru 2014 » en quête de grottes à visiter. Jean-Marc Porte/IRD

En Papouasie, l’exploration d’un paradis de la biodiversité comme si vous y étiez

Un étonnant documentaire diffusé ce samedi 25 juin à 20h50 sur Arte fait vivre au plus près l’expédition scientifique « Lengguru 2014 » conduite dans les confins de la Papouasie.
Avec sa nageoire caudale triangulaire et son beau chant mélancolique, le dugong serait à l’origine du mythe des sirènes conté par Homère dans l’« Odyssée ». Matthieu Juncker

Sauver le dugong de Nouvelle-Calédonie, mission possible !

Seul un millier de ces « vaches marines » broute aujourd’hui les fonds marins de l’archipel calédonien. Une série d’actions cherche à sauver l’espèce.
Observation de l’activité sismique après le tremblement de terre en Equateur. Ñan

Après le séisme du 16 avril en Equateur, les scientifiques traquent la sismicité

Capteurs géophysiques, sismomètres sur terre et en mer, cartographie des mouvements du sol… Les experts explorent toutes les traces laissées par le séisme pour mieux prévenir les futurs accidents.
Image en 3D du virus MERS. Scinceside/Wikipédia

MERS : comment ce virus a émergé et ce que l’on peut faire

L’émergence de nouveaux virus obsède, à bon droit, les autorités sanitaires. Mais comment un pathogène devient-il une menace mondiale ? L’exemple du MERS, un coronavirus venu du Moyen-Orient.
Vue aérienne d’un récif frangeant côtier (Pointe de Nouville). Les colonies blanchies sont très visibles de part et d’autre de la pointe sur l’ensemble des récifs peu profonds illustrant l’étendue du blanchissement. Francesca Benzoni/IRD/UMR ENTROPIE

Le corail sous haute surveillance en Nouvelle-Calédonie

Face à l’épisode de blanchissement intense qui touche les récifs coralliens, les chercheurs s’emploient à documenter au plus près les réactions des écosystèmes marins.
Accroître les réservoirs de carbone organique, un des enjeux pour l’agriculture, grande émettrice de gaz à effet de serre. Matthias Ripp/Flickr

L’initiative « 4 pour 1 000 », qu’est-ce que c’est ?

Augmenter la capacité de stockage en carbone des sols, une piste prometteuse pour lutter contre le changement climatique.
Une Nigérienne trie le mil. Cette céréale montre des capacités d’adaptation au changement climatique, notamment à la sécheresse. Reuters

« Atténuation, adaptation »

Si l’atténuation cherche à freiner l’augmentation de la concentration de GES dans l’atmosphère, l’adaptation vise, elle, à optimiser la gestion des conséquences du changement climatique.
Le goujon asiatique, une espèce invasive introduite en Europe dans les années 1960.

Ce petit poisson qui menace nos assiettes

Introduit dans les années 1960 en Europe, le goujon asiatique est le porteur sain d’une terrible mycose qui décime les autres poissons, faisant craindre le pire pour les bars de Méditerranée.

Research and Expert Database

Authors

More Authors