Université Sidi Mohammed Ben Abdellah

Par Dahir n° 2.75.662 du 11 Chaoual 1395 (17 Octobre 1975) et conformément aux directives Royales visant d’une part à rapprocher les établissements de l’enseignement supérieur des chercheurs et des étudiants et, d’autres part, à intégrer l’université dans son environnement propre et à promouvoir la recherche pour le développement et le bien-être régional et national, a été crée l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah à Fès. Avant la création de l’université, existaient déjà à Fès des établissement annexe des Facultés des Lettres et des Sciences Humaines et des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Rabat ainsi qu’une cité universitaire.

Et depuis sa création, l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah a connu une expansion importante tant au niveau de la structure et du nombre d’établissement qu’à celui des effectifs des enseignants chercheurs, cadres administratifs et étudiants.

Tout ceci lui confère une place de choix dans la carte universitaire du Royaume. Elle avait pour mission d’assurer l’enseignement et la recherche scientifique dans les domaines des sciences, des techniques, des sciences économiques, sociales, juridiques et humaines.l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah a su, dés sa création, accompagné du développement socio-économique de la région centre du Nord par la formation de cadres et de techniciens qualifiés et spécialisés. Aujourd’hui, l’Université est engagée dans un vaste programme de réforme qui lui permet de s’ouvrir sur des champs disciplinaires et des formations nouvelles plus diversifiées, créant ainsi de nouvelles perspectives de formation académiques et professionnelles conformément aux recommandations de la Charte Nationale d’Education et de Formation et aux dispositions de la Loi 01.00 portant organisation de l’enseignement supérieur.

Links

Displaying all articles

Des femmes marocaines regardent des photographies de jeunes mariées lors d'une exposition au théâtre Mohammed V à Rabat. Fadel Senna/Afp

Le mariage des mineurs en Afrique du Nord : il reste encore beaucoup à faire

Le mariage des mineurs viole les droits des enfants et les expose à des conséquences graves à long terme. En Afrique du Nord, il y a des signes encourageants même s’il reste encore beaucoup à faire.
Morocco reformed its family law in 2004 to increase the legal age of marriage to 18. Shutterstock

Child marriage in North Africa: still a lot to be done

The region has made progress but efforts must continue to end a harmful practice rooted in poverty and tradition.
Marocains et Marocaines marchent pour les droits de la femme, ici le 8 mars 2015 à Rabat. Fadel Senna/AFP

Les Marocaines bientôt égales devant l’héritage ?

Au Maroc, intellectuels et militants dénoncent un code de la famille toujours inégalitaire en matière d’héritage, un point de crispation au sein du royaume.

Authors

More Authors