La croissance de l’industrie mondiale du vin s’appuie aussi sur des collaborations scientifiques

En Californie : une équipe de chercheurs de l’UC Davis College of Engineering, spécialistes de l'œnologie. UC Davis/Flickr, CC BY

Cet article est publié dans le cadre du partenariat avec la Paris School of Economics–École d’Économie de Paris.


Les tendances mondiales de la production et du commerce du vin ont changé de manière fondamentale depuis les années 80. Les pays de l’Ancien Monde (AM) et en particulier la France et l’Italie, avaient jusqu’alors dominé le marché international du vin. À partir du début des années 90, leur suprématie a commencé à être remise en cause par de nouveaux acteurs internationaux qui ont enregistré des performances spectaculaires en termes de volumes et de valeurs exportés.

Parmi ces producteurs du Nouveau Monde (NM), on compte des pays riches relativement nouveaux dans le secteur du vin, tels que les États-Unis et l’Australie, et des pays émergents, tels que le Chili, l’Argentine et l’Afrique du Sud. Bien que les producteurs « historiques » restent leaders pour ce qui est de la production, de l’exportation et de la consommation de vin, les « nouveaux entrants » gagnent des parts de marché auprès des consommateurs du monde entier, et sont également de plus en plus reconnus dans les segments haut de gamme.

Cette expansion prend racine dans une forte capacité d’adaptation mais également dans l’influence que ces pays exercent sur la définition d’un nouveau paradigme fondé sur une approche scientifique de la production du vin.

Un modèle pour comparer des centaines de publications scientifiques sur le vin

Des analyses récentes suggèrent que les pays émergents rattrapent rapidement leur retard en termes de production de connaissances, comme l’atteste par exemple la part croissante au niveau mondial de leurs publications scientifiques relatives au vin. Ce rattrapage dans l’activité scientifique est un des aspects du processus de modernisation technologique qui a été stimulé par des investissements constants dans la recherche de nouveaux producteurs et par le soutien offert aux nouveaux instituts de recherche spécialisés.

Dans une étude récente, nous avons analysé les collaborations scientifiques entre les principaux pays producteurs de vin, ainsi que les facteurs pouvant entraver ou faciliter ces interactions. L’analyse est basée sur des milliers de données bibliographiques couvrant la période 1992-2004, et les publications scientifiques relatives au vin et sujets connexes ont été sélectionnés via l’utilisation d’un critère lexicographique. Nous avons ensuite travaillé sur un modèle permettant d’expliquer les collaborations scientifiques entre deux pays en considérant leurs similarités géographiques, culturelles, commerciales, technologiques et institutionnelles.

Produire de la connaissance pour produire du meilleur vin, et vice-versa

Les résultats obtenus montrent comment les pays appartenant au même groupe, soit « l’ancien monde » soit « le nouveau monde », ont une plus grande intensité de collaborations scientifiques bilatérales. Les acteurs traditionnels de l’industrie du vin (AM) ont tendance à collaborer davantage avec leurs pairs, tandis que les nouveaux acteurs (NM) ont des interactions plus fréquentes entre eux. Par ailleurs – et cela est surprenant – les collaborations entre AM et NM ne sont pas significatives.

Ces résultats confirment ceux d’une analyse précédente, où nous montrions que deux pays, visant le même marché final, sont confrontés à des problèmes techniques analogues et doivent satisfaire des goûts de consommations similaires. Ces pays collaborent alors davantage ensemble, notamment pour ce qui concerne la recherche.

La similitude dans la structure des échanges aurait donc un impact positif sur les collaborations scientifiques internationales. Par ailleurs, cette relation ne serait pas unidirectionnelle : il y aurait une forte interdépendance entre la science et le commerce international.

L’ensemble de nos études de l’industrie mondiale du vin montre comment l’évolution des réseaux commerciaux et des collaborations scientifiques, se développe de plus en plus fréquemment conjointement. Loin d’être indépendantes, la mondialisation économique des échanges commerciaux et la mondialisation des connaissances sont deux processus qui s’influencent mutuellement.

Help combat alt-facts and fake news and donate to independent journalism. Tax deductible.