Le jardin des entreprenants

La mobilité ne vaut que si elle est partagée : Wimoov, l’autonomie pour tous

Wimoov photo plateforme.

Les succès de BlaBlaCar ou Uber pourraient laisser penser que les problèmes de mobilité ont désormais trouvé leur solution. Pourtant ces plates-formes sont loin de résoudre tous les besoins et d’autres acteurs méritent d’être connus.

Les nouvelles mobilités façonnent l’actualité : Uber et les taxis, BlaBlaCar et la SNCF, Tesla et les voitures autonomes. Les constructeurs automobiles et les plates-formes numériques s’activent pour redessiner le futur de la mobilité, dont les enjeux sont considérables. Mais les solutions proposées conservent à la voiture une place centrale, voire exclusive, qu’elle soit électrique, autonome ou partagée.

Wimoov, une plate-forme pas comme les autres

À l’écart de ce tumulte médiatique, un dispositif différent se peaufine depuis vingt ans, mobilisant toute la palette des moyens de déplacement possibles. Il répond à un besoin crucial : donner aux personnes en situation de fragilité accès à une mobilité réelle. Comment ? En élaborant avec elles des solutions adaptées à leurs usages et à leurs difficultés économique, sociale, culturelle, ou liée au handicap.

Wimoov constitue l’opposé des plates-formes de type Uber. Elle repose sur des plates-formes ultra-locales, là où Uber s’appuie sur une plate-forme planétaire, mobilisant réseaux numériques et intelligence logicielle. La valeur ajoutée de Wimoov est l’humain : son dispositif repose sur la compétence, l’écoute, la bienveillance et l’ingéniosité de conseillers en mobilité. Plongée dans une aventure entrepreneuriale d’un autre type…

Des besoins multiples liés aux spécificités de chacun

Les utilisateurs de voiture sont souvent focalisés sur une solution de mobilité « monomode » : ils ne veulent se déplacer qu’en voiture. D’autres usagers ont aujourd’hui intégré l’idée qu’il faut s’adapter à la situation, au moment, aux intempéries, aux contraintes des infrastructures publiques. Ils trouvent par eux-mêmes des solutions, mais parfois perdent beaucoup de temps dans les transports ou même renoncent à se déplacer. C’est sur ces cas que Wimoov concentre ses efforts et apporte un accompagnement unique.

Un conseiller en mobilité rencontre la personne pendant environ une heure pour faire un diagnostic de la manière dont elle se déplace, évaluer ses capacités physiques et psychologiques et ses difficultés : « J’ai eu un accident », « J’ai peur dans les transports. » L’association met à disposition une palette de solutions variées : vélos, scooters électriques, transports à la demande, covoiturage, autopartage, mais aussi réparation, location ou achat de véhicules à des tarifs sociaux.

remise en selle.

Elle forme les gens à l’usage de ces différents moyens de transport, par exemple, en aidant une personne n’osant pas aller à son travail en vélo à trouver un itinéraire la mettant en confiance, ou en apprenant comment lire les plans de bus. Les personnes malvoyantes ou handicapées peuvent être accompagnées, à l’occasion d’un changement de travail par exemple, afin de se sentir en sécurité lors de leur premier déplacement et de pouvoir ensuite être autonomes.

Une très longue route

C’est à l’automne 1995 que commence l’aventure. De grandes grèves des transports paralysent le pays et trois étudiants mettent en place à Paris X Nanterre un service de covoiturage qui rencontre un grand succès. Tout s’arrête à la fin des grèves, mais ils créent en 1998 l’association Voiture & Co pour relancer le covoiturage, toujours à Nanterre. Les résultats sont probants, mais les initiateurs sont face à une alternative :

Florence Gilbert (directrice générale de Wimoov) :

« Soit, forts de notre succès, nous ne faisions que du covoiturage, mais nous en voyions la limite. Soit, nous formions les gens à optimiser les différents modes de transport, et c’est cette voie que nous avons choisie. »

J.L. Avenir.

En septembre 2005, ils créent une plate-forme de mobilité durable, la Maison des transports, qui devient vite un acteur local de la mobilité inclusive. Cependant, les collectivités n’ont pas de budget dédié à la mobilité inclusive et les usagers ne sont pas prêts à payer pour changer de mode de transport. Pour trouver un modèle économique viable, l’association se tourne vers les aides de retour à l’emploi : tous les organismes d’accompagnement sont confrontés aux problèmes de mobilité dans la reprise d’un emploi et leurs solutions sont partielles et disséminées.

Débloquer les retours à l’emploi

L’association vise la création de plates-formes d’accompagnement à la mobilité de publics en insertion. Une première expérience est lancée à La Ciotat, avec un appui de la DIRECCTE. En deux ans, 1 200 personnes sont accompagnées avec un taux de retour à l’emploi de 68 %. L’association crée ensuite avec succès une plate-forme sur un territoire rural, dans le Gers, et une autre en zone urbaine, dans les Yvelines.

En 2007, pour passer à l’échelle supérieure, elle entre dans le Groupe SOS, se renomme Wimoov et cherche des partenariats avec de grandes entreprises. Le premier est conclu avec Renault, qui investit dans la structure et permet d’inventer un nouveau service : l’accès des bénéficiaires de Wimoov à des concessionnaires solidaires proposant des prestations à prix réduits. Puis avec Total, elle cofonde le Laboratoire de la Mobilité inclusive afin de faire reconnaître l’ampleur de l’exclusion de la mobilité et les solutions qui existent. Les problématiques quotidiennes de mobilité pour l’accès au soin, à l’emploi, au lien social concernent 7 millions d’actifs et 5 millions de seniors. La Caisse des Dépôts investit également, et des collectivités territoriales, enfin dotées de financements pour la mobilité durable, sollicitent Wimoov.

Vers un service public associatif

Aujourd’hui, Wimoov comprend 27 plates-formes agissant sur 43 zones d’emplois sur l’ensemble du territoire, gérées par 130 professionnels. En 2018, elle a aidé 11 500 personnes en insertion et 520 personnes âgées à mobilité réduite ; 2 000 ont bénéficié d’un coaching mobilité ; 770 ont été accompagnées dans leurs démarches financières ; 550 ont bénéficié d’une mise à disposition d’un véhicule. Son projet est maintenant de former à la mobilité inclusive les autres opérateurs.

Afin d’accompagner toujours plus de publics, Wimoov vient de créer, grâce à la signature d’un contrat à impact social, un test mobilité numérique qui permet d’adapter l’accompagnement des différents bénéficiaires à leur besoin, de l’accompagnement physique seul à l’accompagnement numérique pour les plus à l’aise, en passant par l’aide à l’utilisation de l’outil numérique, qui permet de traiter deux problèmes à la fois : celui de la fracture numérique et celui de la mobilité.

C’est un véritable service public, capable de traiter à grande échelle des cas singuliers, qui a été inventé pas à pas. On peut douter qu’un service aussi complet, souple et économe aurait pu être mis sur pieds dans une démarche partant du haut.

Cependant, pour répondre à l’ampleur du phénomène, il faudrait installer 322 plates-formes (sur les 322 zones d’emploi). L’enjeu de la transition vers une mobilité durable pour tous est le grand défi de Wimoov et des acteurs qui l’accompagnent. Ce service public n’est pas un simple amortisseur social mais un développeur de l’économie. Résoudre le problème de mobilité d’un chômeur c’est permettre à celui-ci de prendre un emploi auquel il n’aurait pas eu accès. Avoir rendu une telle entreprise solvable fait sens, crée de la richesse et rend la fierté d’une mobilité retrouvée. Elle a mobilisé une ingéniosité qui n’a rien à envier à l’entrepreneuriat classique.


Pour en savoir plus voir : « Wimoov, Inventer la mobilité pour tous ».

Je remercie Christophe Deshayes pour son aide précieuse dans la mise au point de ce texte.