La neutralisation de l’info : enquête chez les trolls russes

Les trolls russes sont les maîtres de la « neutrollisation » de l'info. Soumil Kumar/pexels

Les « usines à troll » en Russie font régulièrement la Une des journaux. Et sont suspectées d'être derrière de nombreuses campagnes de désinformation, comme l'a souligné Facebook ce mardi.

Elles ont tout d’abord surnommé les « gardiennes digitales » du Kremlin dans la blogosphère russe puis perçues comme de véritables cyber-légions subversives capables de perturber les élections américaines.

Au-delà du sensationalisme et des discussions passionnées au sujet de ces trolls plus ou moins impersonnels, des enquêtes ont également été menées avec eux, voire grâce à eux. En effet plusieurs de ces (ex) trolls russes ont souhaité témoigner et expliquer leurs agissements.

Nous savons désormais que certains d’entre eux n’ont pas pris leurs tâches – assurer une certaine propagande politique – très au sérieux, et nous connaissons, grâce à eux, le fonctionnement et l’organisation interne de la « ferme à trolls » nommée l’Internet Research Agency, un lieu où ont aussi travaillé de nombreux individus devenus ensuite lanceurs d’alerte.

Rencontre avec un ex-troll.

En plus d’employer un large nombre de commentateurs et blogueurs dont le discours a été pré-construit et orienté, l’agence a également recruté des « reporters » et chercheurs qualifiés, souvent polyglottes afin de mener un véritable travail d’enquête.

Plusieurs analyses statistiques sur un échantillon de posts de trolls ont par ailleurs montré que le trolling politique et institutionel et l’utilisation de bots appartiennent désormais à une pratique très généralisée, affectant l’espace public virtuel.

Ce qui est resté obscur jusqu’à présent est l’institutionnalisation politique des trolls au quotidien.

Nous manquons de recul et de connaissances quant à leur impact sur la relation entre état et société en général ainsi que sur les processus de sécurité en particulier.

Neutraliser les trolls

Lors de nos dernières recherches, nous voulions comprendre ce que font les trolls pro-Kremlin et comment ils évoluent dans la blogosphère russe.

Nous avons analysé comment les journalistes d’investigation sur les trolls se font troller, et avons remonté la piste des trolls encore chaude juste après l’assassinat du leader officieux de l’opposition Boris Nemtsov. Nous avons également interviewé d’anciens employés de l’Internet Research Agency par chats.

Connectés mais pas ensembles. Map Design/Shutterstock

Durant cette recherche nous avons trouvé un phénomène particulier que nous avons appelé « neutrollisation ». Cette pratique autoritaire fonctionne sur la co-optation, en puisant dans les discours de trolls anti-establishment et les retournant au profit du régime.

La neutrollisation empêche la société civile d’exposer le régime comme étant une menace puisqu’elle parvient à montrer que toute mobilisation politique est absurde.

Et tout engagement politique ne pourra que « nourrir le troll », c’est-à-dire, être aspirer par la spirale de trolls qui contribuent ainsi à atténuer toute velléité politique dans la sphère publique.

Trolls en actions

Contrairement à des opérations plus classiques de propagande, la neutrollisation ne pousse pas un agenda politique plus qu’un autre.

Les trolls pro-Kremlin font tellement de « bruit » en ligne qu’ils semblent porter la voix de tous les citoyens.

Ils propagent différentes rumeurs conspirationnistes et créent un espace public quasi-politique, mais vide, rempli uniquement de diverses opinions préfabriquées qui brouillent la toile.

C’est exactement ce qui s’est passé lors du meurtre de Boris Nemtsov. En mars 2015, les journaux Moy Rayon et Novaya Gazeta ont publié la liste de plus de 500 comptes appartenant à des trolls, ainsi que les instructions qui avaient été données ces trolls afin de gérer l’événement.

Ces sites ont également publié la liste des mots-clefs que les trolls devaient utiliser afin de faciliter la présence de leurs discours via les moteurs de recherches.

Ces instructions avaient pour but de propager l’idée selon laquelle le meurtre de Nemtsov avait été une provocation en aucun cas bénéficiant aux autorités officielles. Les trolls devaient également mettre en avant le fait que la mort de Nemtsov était en réalité une opération de communication destinée à soutenir ses camarades de l’opposition et montrer par ailleurs que des Ukrainiens étaient impliqués dans l’assassinat.

De plus, il leur était demandé de critiquer les « interférences » occidentales dans les affaires internes russes et de suggérer que l’assassinat était un prétexte afin d’exercer plus de pression sur la Fédération russe.

L’objectif n’était ainsi pas de blâmer une opposition politique concrète ou de trouver le commanditaire mais de générer de telles contradictions dans les informations diffusées et leur logique que tout usager lambda serait dégoûté et ne pourrait plus rien prendre au sérieux.

En brouillant ainsi les facultés cognitives critiques du citoyens – l’attirant dans un flux d’informations et le confondre – la neutrollisation va bien plus loin que la censure. Le processus n’a pas pour but de cacher la vérité ou d’imposer ses propres idées. Mais bien d’exploiter les limites de la libre expression et de l’action militante en conduisant les citoyens à se retirer d’eux-mêmes de la vie politique.

Contrairement à des formes plus classiques de propagande – où les médias encouragent l’opinion à prendre position – la neutrollisation encourage le cynisme.

Pendant ce temps, les trolls préservent un semblant de sincérité et d’authenticité en suivant les instructions données. Ils ne peuvent par ailleurs pas être « convaincus » car leurs tâches sont de faire imploser toute conversation importante.

Cette position rend quasiment impossible le travail de lanceurs d’alerte sur les trolls. Et les exposer comme « professionnels » du nihilisme est tout aussi insuffisant. Leur force est la précarité de leur travail utilisée au sein d’une puissante stratégie politique.

La neutrollisation n’est d’ailleurs pas limitée à la Russie et s’internationalise.

Le déploiement de bots destinés à interrompre le dialogue politique montre l’ampleur du phénomène. Certes l’impact sera peut-être moins fort qu’une opération de trolling menée avec le soutien d’un gouvernement, mais cette stratégie créée tout autant panique et désillusion.

This article was originally published in English

Make a donation right now and it will be doubled by the NewsMatch Challenge!