Hip Hop Management

Le paradoxe des business schools : conversation avec Hamid Bouchikhi

Hamid Bouchikhi dans l'émission Fenêtres Ouvertes sur la Gestion. Xerfi Canal, Author provided

Un texte publié dans The Guardian fait actuellement grand bruit : « Why we should bulldoze the business school ». Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’auteur, Martin Parker, n’y va pas par quatre chemins :

« Having taught in business schools for 20 years, I have come to believe that the best solution to these problems is to shut down business schools altogether. »

Quant à la conclusion de l’auteur, elle est tout aussi nette que l’ensemble du texte :

« So if we are going to move away from business as usual, then we also need to radically reimagine the business school as usual. And this means more than pious murmurings about corporate social responsibility. It means doing away with what we have, and starting again. »

Le débat s’est très rapidement exporté. Il n’est pas sans rappeler ce qui a été évoqué à maintes reprises dans ces chroniques. Quant au Pr. Hamid Bouchikhi, il verse dans l’entretien qui suit une nouvelle pièce maîtresse : non seulement les business schools sont la proie du conservatisme et d’un mimétisme auto-destructeur, mais beaucoup plus simplement encore les chercheurs et leurs institutions, et ceci quel que soit le ranking ou le H-Index, s’auto-condamnent à être… malheureux.

Une jolie façon de «starting again» dans ces conditions : relire vraiment ce Gilles Deleuze qu’on nous envie tant « à l’international », et préférer les passions joyeuses du débat et de l’échange vivifiant aux passions tristes de la course à la publication et autres pistes aux étoiles de fêtes foraines pour décorer son CV tel un sapin de Noël ! Façon Hip-Hop ou Rock’n Roll, selon les goûts.

En d’autres termes, que le « publish or perish » périsse, désormais. On ne regrettera pas la disparition de cette technologie de dopage académique dépassée. Mieux, on accepte volontiers de lui offrir son cercueil. Avec de joyeuses futures Fenêtres Ouvertes sur la Gestion comme autant de clous, plantés et partagés à la vitesse de la lumière pour illuminer à la première place les auteurs francophones. Plutôt que de continuer à singer la façon des producteurs d’Hollywood, dont l’affaire dite Weinstein a montré qu’elle autorisait aussi l’expression de quelques vices cachés…

Alors, puisque « c’est bandant d’être indépendant » (Booba), un dernier conseil : Clique x Dr Dre & Jimmy Iovine à méditer… après avoir écouté le Pr. Bouchikhi.

Présentation d’Hamid Bouchikhi

Hamid Bouchikhi est professeur à l’ESSEC Business School. Il est aussi un chercheur reconnu au niveau européen dans le domaine de la théorie des organisations, l’entrepreneuriat et l’innovation managériale. Hamid est également le fondateur et le directeur académique de l’ESSEC Entrepreneurship Center, dédié à la formation, au coaching et à l’aide matérielle et financière des étudiants entrepreneurs. Hamid a été professeur invité à l’Université Keio à Tokyo, à la Malaysia Graduate School of Management de l’Université de Putra et à la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie. Hamid est docteur en méthodes scientifiques de gestion de l’Université Paris Dauphine.

L’interview d’Hamid Bouchikhi

Give now and double the power of your support. Dollar for dollar doubled by NewsMatch.