Les études de masculinités, un champ délaissé

Non, tous les hommes ne s'identifient pas à John Wayne (Ici avec Gail Russell dans Angel and the Bad Guy, 1947). Pixabay

Dans le champ des études de genre, le questionnement des masculinités a souvent été et reste encore un objet, au mieux oublié et méconnu, au pire instrumentalisé, en tous cas sous-traité et maltraité.

Une réflexion sur les masculinités doit prendre en compte deux réalités d’ordre sociologique : d’une part, le relatif désintérêt et la relative méconnaissance (de la part des hommes et des femmes) du champ du genre, voire l’hostilité au changement du système traditionnel des rapports de genre ancrée dans une sorte d’équilibre de la domination – par analogie au concept « d’équilibre de la pauvreté » dont parlait John Galbraith, qui renvoie à l’idée que sortir de la pauvreté représente un risque plus important que le maintien du statu quo – et d’autre part, des résistances et des réactions encore très majoritairement et très fortement négatives de la part des hommes à l’encontre de la thématique des masculinités.

Les études de genre délégitimées

La question biaisée qui est souvent posée sur la différence entre les deux notions de masculinité et de masculinisme débouche très souvent sur un jugement définitif posant l’équivalence de ces deux notions et donc, sur l’accusation d’une position antiféministe supposée.

De plus, récemment en France, les études de genre ont souffert d’une réduction et surtout d’une instrumentalisation idéologique qui en ont fait une soi-disant théorie, afin de les délégitimiser et leur retirer leur caractère simplement opératoire d’outils d’une analyse scientifique. Il s’agit donc d’éviter des polémiques de même nature à propos d’une des composantes des études de genre : l’étude des masculinités.

Il n’est pas question ici de retracer l’historique de ces deux concepts, mais plutôt d’aborder ce que leur rapprochement abusif dit du caractère encore peu fixé, voire tabou, des études de masculinités dans le champ du genre.

Masculinisme et masculinités : des notions bien distinctes

Lorsqu’on évoque le masculinisme, ce qui vient spontanément à l’esprit, c’est l’apparition, très souvent surmédiatisée, des mouvements et des groupements d’hommes qui, sur le continent nord-américain, ont porté des revendications pour un retour à une certaine forme de virilité que les vagues féministes successives auraient affaiblie jusqu’à remettre en question l’identité naturelle des hommes.

Un tweet de l’association canadienne pour l’égalité, un organisme masculiniste.

Le cœur des dispositifs argumentatifs des masculinistes qui se sont alors déployés un peu partout, dans le monde occidental tout au moins, repose sur la figure à la fois rhétorique et conceptuelle du renversement des discriminations et des oppressions : en investissant les lieux de pouvoir – en particulier institutionnels – les féministes seraient parvenues en fait, selon eux, à discriminer les hommes en les rabaissant et les excluant.

Citons deux exemples récents : en France, les secteurs hautement féminisés de la justice et de l’éducation nationale pénaliseraient respectivement les pères en cas de divorce (pensions alimentaires et droits de garde) mais aussi les hommes en cas de violences sexistes d’une part, et les garçons dans leur apprentissage et leur développement scolaire, d’autre part.

Face à ces mouvements masculinistes, se sont constituées, au sein des programmes de genres des universités nord-américaines et plus largement anglo-saxonnes, les fameuses « men’s studies ». Une des représentantes de cet axe de recherche, la sociologue australienne Raewynn Connell auteure de _Masculinités, enjeux sociaux de l’hégémonie _, a permis de questionner en profondeur le concept très essentialiste de masculinité au singulier. En passant au registre du pluriel des masculinités, R. Connell précise le concept de masculinité hégémonique : « ce concept vise à analyser les processus de hiérarchisation, de normalisation et de marginalisation des masculinités, par lesquels certaines catégories d’hommes imposent, à travers un travail sur eux-mêmes et sur les autres, leur domination aux femmes, mais également à d’autres catégories d’hommes ».

Plus loin, Raewyn Connell précise que « les masculinités sont diverses et historiquement changeantes… et les hommes ne profitent pas en bloc des dividendes générés par un ordre du genre patriarcal. Il y a des niveaux de profit très différents et certains groupes d’hommes payent en réalité un prix fort (en pauvreté, en violence, en dépression) pour le maintien de l’ordre du genre en vigueur ».

Chez Connell, la masculinité hégémonique n’est pas uniquement définie par des traits spécifiques (force, assurance, position de pouvoir, dispositifs de domination, etc.) mais comme « une configuration des pratiques de genre qui incarne la réponse socialement acceptée à un moment donné au problème de la légitimité du patriarcat et qui garantit (ou qui est utilisée pour garantir) la position dominante des hommes et la subordination des femmes ».

Rendre visible la diversité des expériences masculines

Les études féministes (« women’studies ») avaient permis de rendre visibles les expériences, les situations et les positions des femmes ainsi que les représentations et les stéréotypes qui y étaient attachés. Dans la poursuite de leurs efforts de visibilisation, les études de genre allaient inévitablement (à un rythme différent et avec des résistances diverses) faire également apparaître la spécificité et très souvent aussi la non-visibilité des expériences masculines, mettant au jour l’inconsistance et l’illusion de leur prétention à être, ou à se percevoir comme l’étalon (dans tous les sens du terme et sans mauvais jeu de mots) de mesure des normes générales et universelles.

Le duel, un concours de virilité.

Ce que Connell analyse, ce sont les rapports entre hommes : il s’agit de « saisir les différences de genre au sein des catégories générales de genre ». En effet, parmi les autres formes de masculinités, R. Connell en distingue trois :

  1. Les masculinités « complices » qui participent d’une masculinité hégémonique par bien des aspects, mais sans y contribuer pleinement, ni sans bénéficier de tous ses privilèges. Ce sont des masculinités aussi diverses que les masculinités ouvrières, celles des colonisateurs, celles du management…

  2. Les masculinités « marginalisées » qui sont exclues, a priori, des masculinités hégémoniques sur des critères bien définis de race ou de handicap par exemple, et qui n’adviennent, qui ne sont tolérées, officialisées ou promues dans l’espace public que par l’autorisation donnée par la masculinité du groupe dominant (tels les boxeurs, les basketteurs et les rappeurs noirs)

  3. Enfin, les masculinités « subordonnées » qui servent de contre-modèles marginalisés (mais non éliminés) car elles véhiculent des valeurs et des caractéristiques autres que celles des masculinités hégémoniques (elle cite en premier les homosexuels puis d’autres formes « dévirilisées » que sont les intellectuels, les artistes…)

Oscar Wilde, une masculinité « subordonnée » ? Wikimédia

Comment en est-on parvenu à ce que, malgré le caractère réactif, outrancier, mais somme toute encore assez peu revendiqué des revendications masculinistes, ces dernières aient pu infuser au point d’être assimilées aux travaux des chercheur(e)s en sciences humaines tel(les) que Connell et bien d’autres ?

Les raisons d’une confusion

Deux hypothèses permettent d’alimenter la réflexion en la matière. Première hypothèse : la réduction de l’une à l’autre des notions correspond au goût de ranger les concepts dans des catégories qui permettent, par facilité, de « bricoler », de s’arranger avec la complexité des injonctions contradictoires, des enchevêtrements de dualismes et d’oppositions binaires qui pèsent sur les femmes et les hommes et qui, non seulement structurent le système entre les genres, mais aussi à l’intérieur même des genres.

Deuxième hypothèse : cette entreprise de réduction correspond aussi aux tentations toujours grandes d’essentialisation du masculin (mais aussi du féminin) comme biais opératoire et pratique dans le cadre des luttes politiques historiques, y compris les luttes féministes. Or, comme il n’y a pas une seule dimension du féminin, il n’y a pas non plus un seul schéma de masculinité disponible. On pourrait paraphraser Simone de Beauvoir en disant qu’on « ne naît pas homme, on le devient ».

Une histoire politique du mot montre que selon les périodes, les pays, les langues, le terme de masculinismea pu être revendiqué par des hommes pro-féministes critiques des antiféministes (comme une sorte de pendant au mot féminisme) et, à l’opposé par des hommes antiféministes au nom d’un « ressac » viriliste revanchard. Il n’est dès lors pas surprenant que les femmes, féministes ou non, aient une conception et une utilisation opérationnelle contradictoires de ce terme.

Comme on le voit, le mot prête le flanc à une utilisation idéologique et politique protéiforme qu’il convient d’écarter au profit d’une réflexion et d’un engagement concret dans le champ des masculinités. Cette réflexion et cet engagement ne sont pas sans connexion avec un réel effort de pédagogie à mener dès la socialisation des enfants.

Help combat alt-facts and fake news and donate to independent journalism. Tax deductible.