Les rêves lucides lèvent le voile sur les mystères de la conscience

Olivier Bataille/Flickr, CC BY-NC-ND

Nous passons environ six années de notre vie en train de rêver – soit 2 190 jours ou 52 560 heures. Bien que nous pouvons percevoir les sensations et émotions qui traversent nos rêves, nous ne sommes pas conscients de la même façon que pendant l’éveil. Ceci explique pourquoi nous ne savons pas que nous sommes en plein rêve et que nous prenons souvent ses récits bizarres pour la réalité.

Mais certaines personnes – les rêveurs lucides – ont la capacité de ressentir une sorte de prescience pendant leurs rêves en « réveillant » certains aspects de leur conscience éveillée. Ils peuvent même prendre le contrôle et agir avec une intention dans le monde des songes (pensez à Leonardo DiCaprio dans le film Inception).

Le rêve lucide est encore un sujet peu étudié, mais de récentes recherches suggèrent qu’il s’agit d’un état hybride de conscience éveillée et de sommeil.

Paralysie du sommeil. Mon rêve, mon mauvais rêve, 1915. Fritz Schwimbeck/wikimedia

Le rêve lucide est l’une des nombreuses « anomalies » qui peuvent survenir pendant que nous dormons. La paralysie du sommeil, par exemple, on l’on se réveille terrifié et paralysé alors que l’on est plongé dans un stade de sommeil. On peut aussi expérimenter de faux réveils, où l’on croit que l’on s’est réveillé alors que l’on est en train de rêver. Tout comme les rêves lucides, ces expériences reflètent une hausse de la conscience subjective pendant le sommeil. Pour en savoir plus au sujet des phases de transitions entre ces états – et nous l’espérons, sur la conscience elle-même – nous avons lancé un questionnaire en ligne à large diffusion sur le sommeil pour examiner les relations entre ces différents états de conscience hybride.

Le cerveau, rêveur lucide

Environ la moitié d’entre nous expérimenterons au moins une fois dans leur vie un rêve lucide. Et cela pourrait être intéressant à examiner de près parce qu’il permet à chacun de simuler des scénarios désirés, par exemple rencontrer l’amour de sa vie ou gagner une bataille au Moyen-Age. Il y a des indices qui indiquent que le rêve lucide peut être volontairement lancé, et un grand nombre de communautés en ligne se sont créées où les utilisateurs s’échangent des tuyaux pour arriver à être le plus lucide possible pendant leurs rêves (par exemple, avoir des « totems » de rêve, objets familiers du monde éveillé qui peuvent aider à déterminer si l’on est dans un rêve, ou bien servir de pivot pour empêcher la lucidité de s’envoler).

Une étude récente où l’on a demandé aux participants de rapporter en détail leurs rêves les plus récents a montré que, comparé aux rêves non lucides, ceux qui l’étaient étaient caractérisés par une conscience beaucoup plus forte du fait que le dormeur était en train de rêver. Les personnes de l’étude qui ont expérimenté des rêves lucides ont également indiqué qu’elles avaient un plus grand contrôle sur leurs pensées et actions dans le rêve, la capacité de penser logiquement, et étaient même plus à même de se remémorer des faits réels de leur vie éveillée.

Une autre étude examinant la capacité de personnes à prendre des décisions conscientes à l’éveil tout aussi bien que pendant les rêves, lucides ou non, a montré qu’il y avait un recouvrement entre les capacités de volonté pendant que nous sommes réveillés et pendant que nous rêvons lucides. Cependant, la capacité de planifier est bien moins forte pendant le rêve lucide, comparée à la vie active.

Les rêves lucides et non lucides sont ressentis différemment et cela suggérerait qu’ils sont associés à différents modèles d’activité cérébrale. Mais confirmer cette hypothèse n’est pas si facile. Les participants étudiés doivent être placés toute la nuit dans un scanner et les chercheurs doivent détecter le moment où le rêve lucide se déclenche pour pouvoir comparer l’activité cérébrale pendant cette phase et pendant un rêve ordinaire.

Des études bien conçues qui s’intéressent à ce point précis ont imaginé un code de communication entre rêveurs lucides et chercheurs pendant la phase de sommeil dite paradoxal ou REM (caractérisée par des mouvements rapides des yeux, une période-clé pour les rêves). Avant de s’endormir, le cobaye et le scientifique s’accordent sur un mouvement spécifique de l’œil (par exemple deux coups d’œil à gauche puis deux à droite) qui est accompli pour signifier que la personne est lucide.

Cortex préfrontal. Natalie M. Zahr, Ph.D., and Edith V. Sullivan, Ph.D. -- Natalie M. Zahr, Ph.D., and Edith V. Sullivan, Ph.D.

En utilisant cette approche, des expérimentations ont montré que le passage d’un sommeil REM non lucide à lucide était associé à une activité accrue des zones frontales du cerveau. De façon significative, ces aires sont associées à des fonctions cognitives « supérieures » comme le raisonnement logique et le comportement volontaire qui sont classiquement observés uniquement en état d’éveil. Le type d’activité cérébrale enregistrée, des ondes gamma, est connu pour signaler différents aspects de l’expérience humaine ; les sensations, émotions, pensées et mémoires sont “liées” ensemble dans la perception d’une conscience intégrée. Une étude de suivi a indiqué qu’une stimulation électrique de ces zones provoquait une augmentation du degré de lucidité vécu pendant un rêve.

Le précuneus, situé sur la face interne du lobe pariétal du cortex. Geoff B Hall/wikimedia

Une autre étude a plus spécialement examiné les régions du cerveau impliquées dans les rêves lucides, et a montré une activité accrue dans des régions comme le cortex préfrontal et le précunéus (face interne du lobe pariétal, dans le cortex). Ces zones sont associées, là encore, à des savoir-faire cognitifs dits supérieurs comme le traitement des pensées autoréférentielles, faisant supposer que le rêve lucide est un stade hybride de la conscience.

A la découverte de la conscience

Comment la conscience émerge dans le cerveau est l’une des questions les plus mystérieuses des neurosciences. Mais il a été suggéré que l’étude des rêves lucides pourrait conduire à de nouvelles découvertes dans le domaine de la conscience.

Cela parce que le sommeil paradoxal lucide et ordinaire sont deux états où l’expérience consciente est nettement différente, alors que l’état global cérébral reste le même (nous sommes dans le sommeil paradoxal dans les deux cas, souvent en train de rêver). En comparant les différences spécifiques de l’activité du cerveau en train d’avoir les deux types de rêves, on pourrait examiner les éléments qui faciliteraient cette conscience augmentée que les rêveurs lucides expérimentent.

De plus, en utilisant les signaux des yeux comme un marqueur de rêve lucide chez un dormeur, il est possible d’étudier l’activité neurobiologique pour comprendre, non seulement ce qui caractérise et maintient cette conscience augmentée, mais comment émerge-t-elle au tout début.

This article was originally published in English

We produce knowledge-based, ethical journalism. Please donate and help us thrive. Tax deductible.