Let’s conf’… exploration d’un écosystème académique en pleine saison des conférences (2)

Le colloque annuel … Pixabay

Cette seconde partie est consacrée à la dimension institutionnelle de l’éco-système et en particulier aux rôles de à la Fnege et des associations académiques – ou sociétés savantes – qu’elle fédère depuis 50 années.

Approche institutionnelle (ministère, Fnege)

Sous l’angle institutionnel, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et la Fnege sont parmi les grands acteurs de cet écosystème. Ils en assurent concrètement la gouvernance et en partie la pérennité. Nous pouvons illustrer ci-dessous les acteurs de cet écosystème, ainsi que certaines de leurs relations, positionnées en fonction du couplage académique/institutionnel.

EcoSystFnege. Marc_Bidan

1. Le ministère et sa galaxie

Le ministère – et ses fameux bras armés technologiques que sont galaxie et tous ses exotiques satellites : electra, antares, helios, etc. – a en charge l’organisation opérationnelle et administrative du recrutement puis de la gestion des carrières des enseignants-chercheurs en poste à l’université. Il est assez peu présent concernant les programmes et les maquettes des diplômes qui, historiquement, sont de la responsabilité des universités. Elles sont parfois accompagnées par les associations académiques ou sociétés savantes via par exemple un processus de labellisation de leur master (AGRH, AIM…). Notons toutefois, à propos du processus de validation des diplômes, deux exceptions. Il s’agit des diplômes universitaires de technologies (DUT) au sein des IUT et les diplomes comptables supérieurs (DCG, DSCG et DEC) qui demeure pilotés et validés au niveau national par les services du ministère.

2. Le ministère et le Cnu

Le ministère peut donc s’appuyer sur les sessions plénières régulières du CNU ayant lieu en général en février, en mai et en septembre pour délibérer sur les qualifications préalables qui donneront alors le « top départ » aux concours de recrutement des EC qui seront ensuite organisés par les universités elles-mêmes. Pour ceux qui seront qualifiés, commence alors la course aux fameux comités de sélection (CS) eux-mêmes à l’origine, pour ceux qui seront auditionnés, des épiques « tour de France » des candidats et/ou des examinateurs que les uns raconteront plus tard et que les autres mélangeront…

Les uns – les candidats – raconteront leur épopée avec un entretien brillamment réussi (motivé !) tôt le matin à Lille et passablement raté (fatigué !) tard dans la même journée à Nantes – et s’en souviendront. Cette romanesque épopée en métropole et outre-mer détermine souvent – si tout se passe bien – le premier poste, la première affectation, la première université, les premiers amphis du matin assurés fébrilement après avoir pourtant triomphalement trouvé l’incontournable appariteur maître des clés… Ce tour de France signifie aussi concrètement pour une ou un jeune enseignant-chercheur sa titularisation après l’expérience d’un post-doc ou d’un poste d’ATER par exemple !

Les autres – les examinateurs – se souviendront plus ou moins clairement du plateau-repas sans alcool – car c’est contraire à la ferme position du nouveau président de l’université qui s’est d’ailleurs fendu d’une magnifique et explicite directive affichée salle du conseil – à la pause de midi, des bons candidats qu’ils auraient bien voulu voir candidater chez eux et du train qu’ils ont raté le soir après avoir flâné en ville avec un sympathique collègue ex-camarade de promotion Cefag ou ex-compétiteur à l’agrégation et bien sur… bêtement perdu de vue dans un monde pourtant devenu tout petit depuis 2004. D’ailleurs, ils se recroiseront peut-être durant l’autre tour de France – celui des jurys de thèse – de l’automne suivant…

3. Le ministère et l’agrégation

Justement, parlons de l’agrégation… Le ministère peut donc littéralement court-circuiter le CNU. Il lui faut pour cela ouvrir, tous les deux ans, le controversé mais romanesque concours national d’agrégation externe en sciences de gestion dont il fournit même les 24 pages de bibliographie indicative. L’agrégation interne est actuellement remisée aux oubliettes de l’histoire. Elle est peu ou prou remplacée par la procédure de qualification au titre de l’article 46.1 pilotée par le CNU (puis passage en CS). Notons également la procédure de qualification au titre de l’article 46.3 (qui n’exige pas la HDR) qui est inversée car elle est pilotée par les CS avant que les résultats des auditions ne soient validés (ou pas !) par le CNU.

L’agrégation externe permet donc de recruter un certain nombre de professeurs des universités en sciences de gestion – 7 lauréats cette année – après trois épreuves. Il est certes toujours utile et opportun de bien lire le rapport du jury. Sommairement, nous pouvons rappeler les trois épreuves, une première épreuve basée sur les travaux et le background du candidat, une seconde épreuve basée sur ses connaissances en sciences de gestion en général et une dernière basée sur ses connaissances sur une spécialité de son choix. En général, à l’issue de chacune des trois épreuves, une partie des candidats est éliminée. Puis, les heureux lauréats se voient proposer une affectation en tant que professeurs des universités titulaires (cette titularisation sans passer par la case « stage » est rare dans la fonction publique) en cohérence avec son classement. Cette quatrième épreuve est la moins académique – et parfois cruelle – avec des projets de vie qui basculent au gré du tour de table piloté par la ou le président(e) du jury et ce, par rang décroissant de classement.

En règle général, soyons clair, plus le tour de table avance plus le choix numéro 1 un instant envisagé s’éloigne… mais là encore notre écosystème a tout prévu. En pratique, cette quatrième épreuve a lieu à Paris. Elle est placée sous la responsabilité du major du concours (félicitations) qui a pour mission que tout se passe bien _lors du tour de table. Celui-ci fait l’objet d’une note et a lieu en présence des lauréats, de la présidente ou du président du jury et de la représentante officielle des RH du MESR collectant les signatures des lauréats actant leur entrée dans le corps de professeurs des universités. Ce tour de table précède le _verre de l’amitié offert par la Fnege et qui marque la fin du concours et le début d’une autre aventure !

*4. La Fnege et ses 25 associations partenaires… *

La Fnege depuis son siège parisien a également ses bras armés que sont les 25 associations académiques affiliées à la fondation. Elles ont pour mission d’impulser, d’accompagner et de diffuser les travaux scientifiques des collègues au sein des institutions qui les accueillent.

À ce propos, le délégué général (M. Thevenet, successeur de PL. Dubois) et ses équipes sont justement en charge de ce travail d’information, de coordination, de proposition (nouvelle formule des prix de thèses, labellisation des ouvrages…) et parfois d’arbitrage. Il s’agit souvent de rassembler les troupes autour de projets communs afin d’assurer une certaine visibilité. Nous pouvons citer les deux contributions suivantes : (1) le classement des revues (gestion) qui se différencie de la liste de la section 37 du CNRS (économie et gestion) et (2) encore le test TAGE Post Bac mis à disposition des écoles de management pour la sélection des candidats.

Nous abordons donc ces fameuses associations académiques qui regroupent les collègues EC de toute provenance géographique et/ou institutionnelle. Elles sont non exclusives. Elles se positionnement par infradisciplines historiques comme, par exemple, les spécialités proposée à l’agrégation, (le marketing, la stratégie, la finance, la comptabilité, les ressources humaines, la gestion des systèmes d’information et de communication, la production et la logistique, la gestion juridique…) ou encore par infradisciplines transverses (le management du tourisme, l’histoire du management, le management international, la société française de management, etc.)

Pour des raisons diverses et variées dont certaines sont dues à l’attractivité de l’infradiscipline et à l’ouverture de nouveaux champs de recherche, ces associations académiques sont de plus en plus nombreuses. Outre l’évident intérêt romanesque (scission, trahison, recomposition, défrichage, peu (ou pas encore) de fusion/absorption…), cette fragmentation pose à chacune d’elle le problème de sa représentativité (et parfois même de son existence) et à la maison mère – la Fnege – le défi d’une juste coordination.

Les associations académiques partenaires via le cas de l’AIM

Toutefois, ces associations dont les plus massives en termes d’effectifs sont l’AGRH, l’AIMS, l’AFM ou l’AFFI montrent des caractéristiques communes et se standardisent. Elles proposent, pilotent ou détiennent selon les cas une ou plusieurs revues de références (RAM et DM pour l’AFM, SIM pour l’AIM, m@n@gement pour l’AIMS…), elles sont structurées en association loi 1901 avec un conseil d’administration et un bureau, leur président est membre de droit du conseil scientifique de la Fnege, elles existent et infusent sur les réseaux sociaux et sur le net, elles sont souvent le chapter français ou francophone d’associations ou de fédérations internationales.

Nous avons reproduit ci-dessous l’écosystème particulier de l’AIM. Cette jeune association, crée notamment à l’initiative de F. Rowe, P. Eyrignoux et R. Reix est le chapter français de l’AIS. Elle regroupe les collègues francophones (France, Canada, Suisse, Afrique…) travaillant sur la gestion des systèmes d’information et de communication selon le libellé qualifiant l’épreuve de spécialité (3e leçon en loge) à l’agrégation

EcoSystAim. Marc_Bidan

Enfin, elles ont pour mission d’assurer le « vivre ensemble » des collègues – du doctorant facétieux au président d’université surbooké (ou l’inverse) – au sein de leur communauté de rattachement. Le CA de l’association a la responsabilité de choisir l’équipe et de suivre l’organisation de la rituelle conférence (ou congres ou conférence ou symposium peu importe le flacon, pourvu…) annuelle.

Le rituel de la conférence annuelle

À ce propos, les réjouissances ont lieu au printemps c’est-à-dire en ce moment c’est au en ce moment même. L’institution – mais que diable allait elle faire dans cette galère ? – qui organisera ce rendez-vous annuel, sous le regard anxieux du trésorier de l’association, aura à proposer et à déployer un comité d’organisation et un comité scientifique (souvent étoffé d’un comité de lecture qu’il ne faudra pas oublier de remercier lors du gala !).

Le premier se battra avec le traiteur, le second avec les relecteurs. Le premier aura peur qu’il pleuve sur le pont supérieur du fameux trois mats loué pour le social event du jeudi soir (ou que la houle soit forte si une aventureuse sortie en mer est envisagée !) et le second aura peur que le guest speaker contacté et invité de haute lutte se perde entre Roissy et Orly.

Le premier aura peur d’une grève des trains, alors que le second craindra une grève des princes.

Le colloque annuel est le rendez-vous que le jeune doctorant en quête de futur poste ou que le rédacteur en chef en quête du futur best paper ne doivent pas rater. Le colloque annuel est aussi en général le lieu où sont distribués – ou annoncés si la Fnege assure la cérémonie de remise comme dans le cas de prix de thèses – les différents prix tel justement le prix de la meilleure thèse ou du meilleur article de l’année.

Le colloque annuel est aussi le lieu du dernier CA de la mandature, le lieu de l’assemblée générale – avec le rituel dernier mel à 22H45 la veille de l’opening reception « merci de penser à nous réserver un amphi le vendredi matin svp » –, le lieu de l’élection du nouveau CA et de son bureau. Et du débat sur les statuts de l’association autour du « pas plus de “une procuration” par électeur à jour de cotisation ! »

Ainsi, tout le monde sera présent, et les absents auront le tort qu’ont en général les absents… À côté des colloques de spécialité organisés par leurs associations de rattachement, certains colloques sont transversaux et ciblent toutes les sous-disciplines. Citons bien sûr, en France, les états généraux du management (EGM) ou la semaine du management (SdM) pilotés par la Fnege, en Europe les colloques généralistes EURAM en juin (Glasgow 2017) ou EGOS en juillet (Copenhagen 2017) et enfin un colloque comme AOM de l’autre côté de l’atlantique (Atlanta 2017).

Et de nombreuses institutions satellites

Il existe aussi diverses institutions connexes qui ont des responsabilités dans l’accompagnement de notre communauté, de ses acteurs et de ses projets. Nous pouvons citer le conseil supérieur de l’ordre des experts comptables (CSOEC) qui organisent en partenariat avec la division des concours et examens du ministère et un jury national d’enseignants-chercheurs présidé par Pr E. Lande (Poitiers) l’importante et tubulaire filière de l’expertise comptable et des métiers de la comptabilité, du contrôle et de l’audit (DCG, DSCG et DEC).

Nous pouvons citer également la commission des titres d’ingénieurs (CTI) qui organise la diplomation des ingénieurs en France avec toutes les disciplines scientifiques et techniques. Toutefois, elle impacte de plus en plus les sciences humaines et sociales en général et les sciences de gestion en particulier au sein des désormais fameuses « humanités » à l’image des 20 % d’heures orientées SHS au sein des 13 polytech du réseau des écoles universitaires d’ingénieurs.

Enfin, nous citerons les ministères de l’agriculture (vétérinaire, oniris…) ou de l’industrie (institut mines télécom) qui emploie de plus en plus d’enseignants chercheurs orientés management et bien sur la conférence des grandes écoles (CGE) qui pilotent notamment les business school accueillant bon nombre de nos collègues doctorants, docteurs, professeurs habilités (ou non) à diriger des recherches en sciences de gestion

Les besoins en formation et en recherche en sciences de gestion sont importants et divers, cet écosystème doit veiller à y répondre !

Found this article useful? A tax-deductible gift of $30/month helps deliver knowledge-based, ethical journalism.