Les mondes de la science-fiction sont autant d'outils pour la prospective. Pixabay, CC BY-SA

L’univers de la science-fiction en un clin d’œil

La science-fiction a une trajectoire des plus étonnantes dans l’histoire de l’art. C’est sûrement ce qui fait qu’il n’est pas simple, pour le néophyte, de se plonger dans cet univers, en essayant de partir à la découverte d’autre chose que les « blockbusters » !

Le genre est né sous la forme de fables philosophiques avec, par exemple, l’Utopia de Thomas More. Elle a été popularisée par un Jules Verne, au moment de la révolution industrielle. Dénigrée suite à sa traversée de l’Atlantique où on l’a vue dans les pages de mauvais papier des « pulp fictions », elle renaît de ses cendres à la fin de la Seconde Guerre mondiale, portée par des auteurs tels qu’Isaac Asimov.

Dans les années 20, la science-fiction acquiert ses premières lettres de noblesse avec des œuvres telles que la pièce de théâtre R.U.R de Karel Capek, inventeur (avec son frère Josef) du mot robot, dérivé de robota, la corvée en tchèque (en ancien slave, rob signifie esclave) ou avec le film Métropolis de Fritz Lang, malgré les polémiques sur les orientations politiques de sa scénariste et compagne de l’époque, Théa von Harbou, qui fut membre du NSDAP. On peut aussi rappeler le « coup médiatique » d’Orson Welles en 1938, quand il adapta à la radio le roman de H.G. Wells et provoqua des scènes de panique chez ses auditeurs qui, pour certains, crurent que la fiction était réalité !

Aujourd’hui, genre littéraire, cinématographique ou de bande dessinée à part entière, la science-fiction a su coloniser les jeux vidéo sous toutes leurs formes. La science-fiction, au travers de la créativité et la rigueur conceptuelle que s’imposent toute une armée d’auteurs qui ne sont plus majoritairement anglophones (la Chine, par exemple, compte des talents tels que Liu Cixin), est devenue un genre majeur qui ne cesse d’étonner aussi bien les passionnés que ses détracteurs.

Science-fiction et prospective

Pour mémoire, la science-fiction a longtemps été considérée comme un sous-genre, avec une forte connotation péjorative, sûrement due au fait qu’à son arrivée en France le nom « science-fiction » a été compris comme un genre dans lequel la science était fictionnelle alors que pour les Américains, inventeurs du terme, il signifie : fictions dans lesquelles interviennent les sciences.

La science-fiction a aussi longtemps été affaire de connaisseurs (avec une notion quasi initiatique), affaire d’experts, de fans, d’aficionados… Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. D’autant moins que, le corpus d’œuvres fournissant un fond d’étude des plus consistants et en perpétuelle évolution, la science-fiction est désormais lue et relue telle une source d’éclairages pour les temps à venir. Cette démarche peut prendre la forme d’un « rétro-futurisme » qui cherche à comprendre comment ces récits racontent les fantasmes qu’une époque projette sur son propre avenir tout en étant, au travers de chaque proposition qu’est une œuvre, une tentative de l’auteur d’anticiper une branche de l’avenir.

Ainsi, nombre de textes de science-fiction sont relus, aujourd’hui, en leur prêtant une valeur quasi prophétique (peut-être à tort…). On peut penser à 1984 de George Orwell, Minority Report de Philip K. Dick ou bien encore à la Servante Écarlate de Margaret Atwood, trois œuvres qui sont retombées sous les feux de l’actualité à l’occasion de l’élection du président Donal Trump, en 2016.

La science-fiction donne surtout de la consistance à une discipline dont on parle de plus en plus fréquemment : la prospective. Elle consiste à projeter dans des avenirs spéculatifs une problématique contemporaine en assujettissant la construction de ces écosystèmes hypothétiques à des postulats ancrés dans la réalité. Arrivé dans ces avenirs, on peut s’attarder à une observation des diverses conséquences issues de ces constructions arbitraires, dans une forme d’expérience de pensée (démarche qui a fait ses preuves dans l’histoire des sciences : Albert Einstein a utilisé cette démarche à de nombreuses reprises). Les postulats de départ peuvent être des faits scientifiques, économiques, sociaux, comportementaux… la prospective devient alors une aide à la décision, au sein des organisations.

Pour la petite histoire, Robert Heinlein, célèbre auteur de SF américain a été conseiller de Ronald Reagan, du temps de la « guerre des étoiles », le projet américain de défense anti-missile (Strategic Defense Initiative). Aujourd’hui, nombre d’entreprises intègrent cette approche de la complexité dans leurs démarches stratégiques. Mais elle peut être autre chose qu’une discipline experte : la prospective devient alors une posture intellectuelle qui oblige à sortir des ornières du présent : une démarche accessible à tout un chacun.

Une tentative de mise en image

Alors, afin de nourrir son imaginaire et sa réflexion, on peut se plonger dans les œuvres de science-fiction produites au cours des siècles (même si la majorité des œuvres de SF ont moins de 100 ans) et ressentir un léger étourdissement ! Car dans l’univers SF, il y a nombre de planètes. On peut ainsi distinguer l’anticipation de l’heroic fantasy, le space opera de la dystopie, le voyage dans le temps des uchronies, en y ajoutant les sous-genres nés des esprits fertiles des auteurs de science-fiction. Autant le dire : il n’est pas simple de s’y retrouver !

Arborescence simplifiée des thèmes de la science-fiction. Olivier Parent/Wikipédia, Author provided

Cette image représente une arborescence simplifiée des thèmes de la science-fiction. Il s’agit d’une démarche qui consiste à organiser le long d’une dizaine de branches d’arbre des œuvres issues de toutes les formes d’expression qui ont « adopté » la science-fiction : romans, films, séries télé, théâtre, bande dessinée, comics et manga et, pour finir, jeux vidéo (bien que cette forme d’expression demande encore un travail plus approfondi).

Cette démarche est sûrement vaine car une telle arborescence ne pourra jamais recenser toutes les œuvres produites – elle est aussi présomptueuse car elle cherche à organiser chronologiquement ces œuvres les unes par rapport aux autres.

Enfin, elle est aussi la projection de la culture de son auteur initial, qui n’est qu’humain. Trois postulats de travail qui, à n’en pas douter, feront des mécontents. Cependant, cette arborescence est aussi un travail collectif : depuis plus de deux ans qu’elle existe, elle a été mise à disposition des internautes et elle s’est nourrie de suggestions en provenance des réseaux sociaux. En deux ans, elle a vu tripler le nombre d’œuvres qu’elle cherche à répertorier, sans pour autant tendre vers la moindre exhaustivité.

Il ne reste alors qu’à se laisser aller à la sérendipité, à parcourir les branches de cet arbre pour y découvrir des œuvres étonnantes. C’est l’occasion de regarder le monde à la lumière de ces univers qui, repoussant les limites du réel, lèvent le voile sur les avenirs que chaque humain construit au travers de ses actes, de ses choix quotidiens.

Alors, bons voyages !


L’Arborescence est accessible sous licence libre sans modification des mentions. À télécharger en PDF ici.