Mettre la sauvegarde des récifs coralliens à la portée des enfants

Atelier organisé en 2016 à Nouméa autour d’un jeu de cartes pour apprendre à connaître les récifs coralliens. Catherine Sabinot/IRD, Author provided

Les récifs coralliens sont les écosystèmes marins les plus riches et les plus productifs de la planète. Ils comptabilisent, en incluant les zones côtières auxquelles ils sont associés, plus de 25 % des espèces marines recensées pour moins de 0,1 % de la surface des océans – soit 600 000 km2, la taille de la France métropolitaine. Situés en zone intertropicale, 10 % d’entre eux se trouvent dans les outremers français.

À la base des récifs coralliens, on trouve le polype, animal de quelques millimètres qui a su édifier au fil des millénaires des constructions visibles de l’espace !

Les récifs coralliens jouent un rôle essentiel : d’un point de vue écologique, ils régulent les équilibres physico-chimiques du milieu marin, constituent les principaux puits de carbone des océans et protègent les côtes de l’érosion causée par les vagues. Sur le plan socio-économique, ils constituent à travers la pêche et le tourisme une source considérable de nourriture et de revenus.

L’inquiétante dégradation des récifs

Face à la dégradation des récifs coralliens ces dernières décennies, l’année 2018 a été déclarée « année internationale des récifs coralliens », afin d’interpeller sur l’un des écosystèmes les plus menacés de la planète.

Plusieurs grandes causes expliquent leurs dégradations à l’échelle mondiale, en particulier la croissance démographique et le développement socio-économique sur les zones littorales. Ces deux phénomènes s’accompagnent souvent de surpêche, de pollution marine ou encore de maladies coralliennes. Le développement urbain entraîne une fragilisation des sols, pouvant provoquer des arrivées massives de terre qui vont sédimenter sur les récifs. On peut également observer une eutrophisation des eaux récifales, c’est-à-dire leur enrichissement en sels nutritifs provenant des eaux usées, de l’agriculture ou de l’élevage.

Blanchissement du corail en Nouvelle-Calédonie (2016). Jean‑Michel Boré/IRD, Author provided

Ces perturbations anthropiques rendent ces zones beaucoup plus sensibles aux effets du changement climatique, à savoir le réchauffement et l’acidification des océans. L’ensemble de ces modifications a un impact significatif sur le bien-être et les moyens de subsistance de plus de 500 millions de personnes dans le monde. Les pays du Sud, principalement, dépendent directement de ces écosystèmes et des biens et services qu’ils fournissent.

Le récif corallien entre nos mains

La gestion des récifs coralliens est donc essentielle sur les plans écologique et social, notamment à travers la mise en place d’aires marines protégées et la sensibilisation des citoyens à l’impact de nos actions sur l’écosystème marin.

Pour cela, il est nécessaire de bien connaître ce milieu, complexe par sa nature : la bioconstruction que réalisent les coraux offre des habitats à de multiples organismes – vertébrés, invertébrés, faune et flore micro et macroscopique. Le récif corallien est par ailleurs en forte interaction avec l’espèce humaine. Des approches alliant sciences naturelles et sociales sont donc indispensables pour appréhender la complexité de ce socioécosystème.

Partant de ce constat, nous avons développé il y a une dizaine d’années la mallette pédagogique « Mareco » (« Le récif corallien entre nos mains »), avec l’aide d’une éducatrice, d’une artiste de la nature, d’une graphiste et d’une enseignante d’école primaire.

Le but de la mallette était de mettre les résultats de nos recherches au service de la sensibilisation et de l’éducation des jeunes générations à la biodiversité des récifs, à la perturbation des écosystèmes coralliens et à la nécessité d’une gestion concertée.

Polly le polype

Développée à la base en version bilingue français-anglais, cette mallette contient trois jeux pédagogiques adressés à des enfants de 5 à 11 ans, voire plus. Un album de collage-coloriage introduit Polly, le polype, qui emmène les enfants à la découverte de son milieu de vie. Le récif corallien est présenté sous différents aspects : sa richesse, sa fragilité, les perturbations qu’il subit et sa conservation.

Un jeu de sept familles permet de découvrir la biodiversité du récif corallien grâce à des groups amusants – Miam-miam, Patouche, Collé-serré, Tromoche… Les six membres de la famille sont les algues, les cnidaires – famille des méduses –, les échinodermes – famille des étoiles de mer –, les mollusques, les crustacés et les vertébrés : ils permettent de découvrir de façon ludique les espèces associées aux écosystèmes coralliens.

Enfin, un jeu de plateau met en scène quatre usagers du récif corallien : le pêcheur, le touriste, le gestionnaire et le riverain. Tous ont pour but d’atteindre l’île centrale sans détruire le récif corallien ; les joueurs doivent s’entraider et prendre conscience qu’une gestion efficace reste basée sur la concertation entre les différents acteurs.

La mallette Mareco se compose de trois jeux destinés aux enfants de 5 à 11 ans et d’un livret pédagogique pour les enseignants. IRD, Author provided
Les enfants apprennent à coopérer entre joueurs pour préserver le récif corallien (Thio, Nouvelle-Calédonie, 2016). Catherine Sabinot/IRD, Author provided
Chez les enfants, les représentations du milieu marin varient en fonction des expériences directes ou indirectes liées aux récifs. Stéphanie Carrière/IRD, Author provided

Dessine-moi le récif

La sensibilisation aux récifs coralliens n’est pas la mission première du chercheur : bien que la valorisation des produits de la recherche soit un aspect important de son métier, nous tenions à ce que ces investissements scientifiques revêtent une utilité sociale et l’acquisition de nouvelles connaissances. Nous avons donc incorporé la mallette comme outil de recherche dans un programme scientifique.

En 2014, nous avons lancé de nouvelles actions de recherche en sciences naturelles et sociales sur les questions relatives aux représentations des récifs coralliens, dont le programme Reso-Ecorail, basé sur une équipe interdisciplinaire composée de biologistes, d’une ethnoécologiste, d’une biostatisticienne et d’anthropologues de l’environnement.

Il combinait une campagne de sensibilisation utilisant notre boîte à outils, et une approche basée sur des dessins d’enfants pour documenter les connaissances écologiques des enfants, avant et après usage de la mallette. Les enfants devaient réaliser des dessins selon les consignes « Dessine-moi la mer » et « Dessine-moi le récif corallien » – cette dernière étape étant répétée après deux mois d’utilisation de la mallette pédagogique.

Ces actions ont été menées dans différents territoires français – Nouvelle-Calédonie, Réunion, Mayotte, sud de la France – et étrangers (principalement Madagascar). Ils ciblaient des écoles primaires aux contextes sociaux et culturels contrastés – urbain, rural et côtier.

Analysés à l’aide de méthodes statistiques, les dessins ont révélé une diversité de représentations chez les enfants issus de milieux socioculturels et d’écoles différents. Leur relation avec la nature et le milieu marin varie également en fonction des expériences directes et indirectes liées aux récifs. À Madagascar, par exemple, les enfants des villages en milieu côtier révèlent une grande connaissance des ressources marines exploitées, vendues ou consommées par les populations locales.

Rapprocher science et éducation

En comparant les dessins des enfants avant et après l’utilisation de Mareco, nous avons observé que leurs représentations des récifs coralliens avaient significativement évolué. Leur connaissance de la biodiversité des récifs et de leur connexion avec l’environnement, en particulier, avait nettement progressé.

D’après ce constat, l’outil ludique peut donner des résultats très convaincants dans le transfert de connaissances scientifiques aux enfants. Les actions menées sur le terrain ont permis de sensibiliser plus de 500 enfants en milieu scolaire. Elles auront révélé les savoirs et méconnaissances des enfants sur les écosystèmes marins côtiers, pourtant proches de leurs lieux de vie.

Un impact indirect des interventions dans les écoles, mais non le moindre, aura été le rapprochement entre monde scientifique et monde éducatif. Le degré d’investissement et d’appropriation de la mallette par des professeurs des écoles a également joué un rôle primordial.

Un enfant dessine une seiche sur le sable à Anakao (Madagascar) en 2015. Georgeta Stoica/IRD, Author provided

D’autres questions de recherche ont depuis émergé et de nouvelles collaborations se dessinent avec des spécialistes des sciences de l’éducation. Nous souhaiterions travailler sur des approches pédagogiques en lien avec les représentations de la nature chez les enfants, mais aussi sur la formation des maîtres à ces thématiques.

Au-delà de la recherche, une prise de conscience par les jeunes générations des défis environnementaux de demain est essentielle pour l’avenir des récifs coralliens. Dans cette optique, les processus d’apprentissage amusants, rigoureux, orientés vers l’action et socialement responsables, contribuent à former les enfants à devenir des citoyens éclairés, engagés dans la durabilité de leur environnement.