Municipales : quels projets pour les villes moyennes ?

Des villes comme Saint-Étienne peuvent développer des atouts locaux, comme ici le design, pour faire valoir leur potentiel économique et politique. Cité du design, 3 octobre 2009. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Les villes moyennes, cibles de toutes les campagnes ? Yannick Jadot, personnalité influente du mouvement Europe Ecologie Les Verts (EELV) annonçait clairement son objectif de campagne pour les municipales : « Montrer que nos espaces de conquête ne sont pas que les métropoles où les gens vivent bien ».

Il rejoignait ainsi certains mouvements de gauche qui voient dans les villes moyennes des bastions à prendre pour réaffirmer un projet social et équitable pour tous. Même ambition du côté du Rassemblement national qui a compris que plus il se tourne vers les petites et moyennes villes, plus son score est élevé.

Les villes moyennes dont la définition évolue – elles concentrent généralement entre 20 et 100,000 habitants – ont été longtemps oubliées des politiques gouvernementales et des démarches scientifiques comme le rappelle le chercheur Frédéric Santamaria.

Si beaucoup sont encore sujettes à des difficultés économiques et sociales, elles constituent également, par les pratiques habitantes qui s’y déploient, des territoires de créativité alternatifs au modèle dominant des grandes métropoles.

Des villes fragilisées par la concurrence des métropoles

Appréciées pour leur cadre de vie mais redoutées pour les faibles opportunités qu’elles proposent, les villes moyennes ont la vie dure.

Depuis que la France a choisi de s’orienter, à la sortie de la Seconde Guerre mondiale vers une économie de services, des inégalités nouvelles ont émergé, dans l’accès aux emplois, aux opportunités sociales et culturelles, et aux réseaux qui s’inventent par l’international.

Relativement enclavées, nombre de villes moyennes ont été prises dans l’étau de l’intense désindustrialisation de la France et des récentes politiques de métropolisation.

Comment peut-on vivre à Paris ? (INA, 1967).

Entre 1962 et 2012, la proportion d’ouvriers est passée de 39 % à 23 % des actifs. L’industrie a perdu 71 000 emplois par an, soit deux millions d’emplois entre 1980 et 2007, participant d’autant plus à la paupérisation de l’emploi industriel.

Une grande partie des emplois industriels s’est réfugiée vers les entreprises de services situées dans les grandes villes. Par leur capacité à attirer une plus grande diversité de public et certains secteurs d’activités jugés pertinents pour les filières de demain, elles concentrent la plupart des opportunités et associent, dans les imaginaires, leur taille à la notion de progrès. Alors dans nombre de villes moyennes, les difficultés se concentrent, le chômage s’embourbe, les quartiers se paupérisent, le bâti se délabre, les commerces ferment, et les jeunes partent vers des avenirs plus radieux.

Olivier Razemon reçu sur Xerfi Canal, 2017.

La course à la métropolisation

Pour sortir de ces impasses, les mairies des villes moyennes proposent des recettes qui ont fait autrefois le succès des métropoles, ce qu’on nomme aussi phénomène de métropolisation : dynamiques d’embellissement de la ville, avantages fiscaux aux entreprises qui s’installent sur le territoire, développement de grandes zones commerciales et déploiement des hubs du numérique visant à attirer les talents.

À titre d’exemple, la ville d’Alès développe actuellement un pôle automobile autour de plusieurs professions d’excellence : ingénieurs, chercheurs et sportifs de haut niveau.

La Roche-sur-Yon se veut nouvelle ville balnéaire, tout en profitant de sa relative proximité de Paris, 3h30 en moyenne par train, pour attirer les classes créatives, graphistes, architectes, designers, journalistes professions caractérisées par leurs forts capitaux sociaux et intellectuels.

Le « crassier » d’Alès, ancien terril de la mine de Rochebelle (Gard), 2009. Wikimedia

Saint Étienne, 171 924 habitants, elle, a misé sur la valorisation des emplois du design architectural.

Autant de secteurs d’activités qui permettent aux villes moyennes d’espérer vivre une nouvelle croissance démographique tout en tirant parti des filières d’excellence du moment.

Vers de nouvelles inégalités

Cette course à la métropolisation fragilise cependant les villes moyennes en participant à l’émergence de nouvelles injustices et inégalités. À Alès, les classes populaires anciennement ouvrières, ont tendance a être oubliées car les politiques de chasse à l’investisseur coûtent souvent très chères et concernent majoritairement les personnes qui ont d’ores et déjà d’importants capitaux sociaux ou économiques.

La trésorerie des pouvoirs publics n’étant pas infinie, ces choix ont tendance à laisser pour compte les personnes peu diplômées, à faible capital culturel qui composent pourtant, dans certaines communes, la majorité des habitants. Face aux budgets limités, les actions sociales restent trop souvent de l’ordre du symbole : quelques plantes pour embellir les quartiers, des subventions pour rénover les façades, mais rien qui puisse offrir de réels débouchés sociaux ou économiques aux familles fragilisées.

Par ailleurs, si l’attractivité des classes créatives peut servir de levier pour redistribuer les richesses, il est rare que cela déploie des dynamiques d’investissements réelles dans la commune. À Saint-Étienne, les classes créatives vivent à moitié en Auvergne, à moitié sur la côte, lorsqu’elles n’ont pas choisi de résider dans la proche métropole lyonnaise.

Une autre voie semble pourtant possible. Bien que reléguées à l’arrière-plan de l’économie monde, les villes moyennes disposent d’atouts divers qui pourraient être autant sources d’innovations économiques et sociales que catalyseurs d’un nouveau vivre ensemble à l’échelle locale.

Des filières à développer, une diversité à valoriser

Les situations géographiques prometteuses, la typicité charmante mise en avant par les villes, activités de plein air et présence de ressources endémiques sont faciles à valoriser sur les marchés du tourisme et de l’entreprenariat.

Allant dans le même sens, le géographe et urbaniste AbdouMaliq Simone invite à prendre en compte l’interaction qui émerge entre des pratiques culturelles propres à chaque territoire et les défis économiques et sociaux auxquels ces derniers sont confrontés.

Partir de ce postulat invite à considérer chaque territoire, chaque ville, chaque quartier comme disposant d’une pluralité de modes de vie qui lui est propre et que cette pluralité traduit autant de trajectoires possibles pour déployer un avenir collectif.

Pour sortir des schémas de reproduction métropolitains, les élus territoriaux pourraient envisager les villes moyennes comme des lieux où les citoyens peuvent s’inventer des avenirs autonomes.

Développer les usages locaux

Prenons la commune d’Alès en exemple. À deux pas des portes de la ville, les Cévennes offrent un territoire paysager unique au monde où l’écotourisme pourrait prendre une place de choix. Plus spécifiquement, poussent dans les montagnes cévenoles de nombreuses fleurs endémiques aux propriétés intéressantes pour la gastronomie et pour l’industrie pharmaceutique.

Les élus territoriaux commencent à y porter regard en développant de nouvelles filières agricoles : les plantes comestibles et pharmaceutiques actuellement cultivées en Cévennes s’arrachent sur les marchés européens. En aval la filière créée de l’emploi pour différents niveaux de qualification (de la cueillette aux postes stratégiques) et revalorise un paysage agricole depuis longtemps laissé à l’abandon.

Les Gorges de la Jonte et la route départementale D996 dans le parc national des Cévennes, France. Marek Ślusarczyk/Wikimedia, CC BY

Davantage que de développer, comme partout ailleurs, les industries du numérique et autres marchés à la mode, valoriser les avantages intrinsèques de chaque territoire pourrait permettre aux villes moyennes de renouveler leurs économies.

Cet héritage cévenol se couple à une autre singularité d’Alès : son cosmopolitisme culturel, dû aux nombreux travailleurs venus de la France et de l’étranger (pays du Maghreb notamment) pendant l’entre-deux-guerres pour le charbon et la chaudronnerie.

Affirmer la diversité de cette commune par un dialogue permanent entre son ancrage territorial et sa mixité sociale ouvre des réflexions politiques pertinentes pour repenser les villes moyennes à la fois dans leur singularité et dans leur capacité d’ouverture à l’international.

Mine témoin (musée) à Alès.

De nouveaux objectifs pour les municipales

À la veille des municipales, nombreuses sont les villes moyennes qui ont la possibilité d’offrir un mode de vie autre que celui dit métropolitain, souvent synonyme de violences et de repli sur soi. Les élus et candidats aux élections l’ont bien compris.

Ces villes peuvent inciter les élus comme les électeurs à se tourner vers de nouveaux processus écologiques et sociaux : une démocratie locale plus forte grâce aux assemblées citoyennes, la construction d’une autonomie alimentaire rendue possible par une proche campagne, la capacité des habitants à vivre dans un paysage diversifié qu’il est possible de faire entrer dans la ville. Mais aussi le droit à chacun de vivre dans un logement décent, le droit à chacun de connaître son voisin, le droit à chacun de s’approprier la ville…

Les différents projets politiques en lice sauront-ils mettre à profit la richesse de ces villes moyennes ? Sauront-ils renouer avec la diversité des territoires ?


Blanche Ribaut a contribué à l’édition de cet article.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 99,700 academics and researchers from 3,196 institutions.

Register now