Quand les forces francophones se rapprochent face au défi de la qualité

Agences signataires de la ‘Déclaration de Beyrouth’ le 8 novembre 2017. AUF

À l’occasion de son colloque annuel les 7 et 8 novembre, à Beyrouth (Liban) autour de la thématique « la Francophonie universitaire face au défi de la qualité : pour un rapprochement des forces », l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a réuni plus de cent cinquante acteurs francophones : établissements universitaires, représentants gouvernementaux, représentants des agences nationales, experts de l’assurance qualité. Jean‑Paul de Gaudemar, recteur de l’AUF, décrypte les enjeux de cette rencontre pour The Conversation France.


Le monde universitaire francophone a connu d’importantes transformations et un essor sans précédent depuis une vingtaine d’années. À l’exception de la France qui connaît une démographie estudiantine en hausse, cette dernière est plutôt stable dans la plupart des pays européens ou d’Amérique du Nord.

En revanche, dans la plupart des pays dits « du Sud » cette démographie a crû de manière exponentielle. Il y a ainsi aujourd’hui deux fois plus d’étudiants dans le monde qu’en 2000.

Loin de rester confiné à une élite, l’enseignement supérieur s’est démocratisé dans de nombreux pays illustrant de nouvelles aspirations au sein des sociétés, la montée des classes moyennes, ou le besoin de qualifications plus élevées pour le développement.

En revanche, cette croissance a souvent été accompagnée de politiques publiques insuffisantes et nous faisons aujourd’hui face à une offre universitaire démultipliée, globale mais très inégale.

Les conséquences peuvent être catastrophiques avec des jeunes diplômés mal préparés à la réalité de marchés de l’emploi peu capables de les absorber. Beaucoup se retrouvent alors vite marginalisés.

« Il faut éviter que la quantité n’étouffe la qualité »

La prise de conscience et la réponse des gouvernements sont souvent trop lentes. Pourtant il est nécessaire aujourd’hui d’éviter que la quantité n’étouffe la qualité. Pour cela, il faut que les gouvernements investissent davantage dans ce domaine essentiel et que les institutions d’enseignement supérieur et de recherche acceptent de véritables processus d’évaluation sur la qualité de leur offre éducative, basés sur des référentiels exigeants et permettant de souligner les changements nécessaires : c’est l’assurance-qualité.

En France cette question a été longtemps débattue avant que les autorités n’installent, il y a 10 ans, une agence d’évaluation de l’enseignement supérieur (AERES) devenue depuis le Haut Conseil d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES).

Beaucoup d’autres pays du monde francophone se sont engagés sur ce chemin et peu à peu, sont nées différentes agences d’assurance-qualité. À l’AUF cette question est au cœur de notre stratégie car la promotion de la francophonie universitaire ne peut passer que par une qualité démontrée. Au Liban et notamment à l’Université Saint-Joseph on est ainsi très attaché au dynamisme de la démarche d’assurance-qualité. Ce sont d’ailleurs des échanges tenus à Beyrouth l’an dernier tant avec nos membres qu’avec leur ministère de tutelle qui ont inspiré la tenue de ce colloque.

On nous a souvent posé la question : pourquoi l’AUF ne jouerait-elle pas ce rôle d’agence d’assurance-qualité auprès de ses membres ?

Mais ce n’est ni notre vocation ni notre domaine d’expertise. L’assurance-qualité ne s’improvise pas. Nous préférons nous concentrer sur l’accompagnement de nos membres dans cette direction et nous appuyer sur les acteurs spécialisés que sont notamment les agences pour porter les opérations d’évaluation, d’accréditation et plus généralement d’assurance-qualité.

Répondre aux besoins spécifiques des membres

L’AUF compte plus de 800 d’établissements d’enseignement supérieur répartis dans une centaine de pays. Leurs situations sont très disparates. Certes, de nombreuses agences existent, surtout anglo-saxonnes. Elles ont été les premières à s’engager sur ce terrain, créant un véritable marché aujourd’hui tourné vers les économies émergentes. Dans ce contexte, il est souhaitable que les opérateurs d’assurance-qualité francophones ou installés dans des pays où se trouvent des établissements de l’AUF, soient plus visibles, plus disponibles aussi pour répondre à une demande croissante et fournir ainsi une vraie alternative francophone.

Le rapprochement des forces francophones en ce domaine et les mutualisations correspondantes sont des éléments essentiels de réponse. C’est tout l’intérêt de la déclaration adoptée à Beyrouth par huit de ces agences que d’opérer ce rapprochement au sein du réseau dénommé FRAQ-Sup (Réseau francophone d’Assurance-Qualité pour l’enseignement supérieur). Il appartient à l’AUF de le soutenir pour lui permettre de constituer cette alternative francophone souhaitée par tant de nos membres.

Former, sensibiliser, préparer

Adopter une démarche vers l’assurance-qualité ne se fait pas du jour au lendemain. C’est ici que l’AUF a un rôle de facilitateur : il faut expliquer, afin de sensibiliser et proposer à nos membres de former leurs cadres à l’importance et à la culture de l’assurance- qualité, leur faire connaître le réseau d’agences d’évaluation dont ils ne connaissent pas forcément l’étendue du fonctionnement ni de leur impact possible.

Les 7 et 8 novembre 2017, le colloque de l’AUF a réuni des experts, chercheurs et institutions du monde entier autour de la démarche-qualité au sein du monde académique francophone. AUF

C’est ainsi que nous avons lancé ces dernières années un exercice d’auto-évaluation au Maghreb suivi par près d’une centaine de nos membres. De même dans quelques pays d’Afrique subsaharienne avec le concours du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES). Cela a permis aux acteurs locaux de mieux s’approprier des notions et des processus qu’ils ne maîtrisaient pas forcément voire qu’ils redoutaient parfois.

Il est important en effet de faire comprendre qu’évaluation ou assurance-qualité ne signifient pas contrôle administratif normatif mais désignent un processus d’amélioration continue adaptée à son contexte. On ne doit pas imposer « par le haut » l’assurance-qualité mais faire en sorte qu’elle soit appropriée par ceux qui en seront les bénéficiaires.

Les décisions gouvernementales sont essentielles car elles donnent une légitimité institutionnelle aux démarches d’assurance-qualité et aux acteurs qui y opèrent. Elles donnent aussi des contreparties positives aux progrès effectués. Mais elles ne trouvent leur pleine efficacité que si les établissements s’emparent de la démarche. Un de nos outils pour aider à cette compréhension est l’Institut de la Francophonie pour la Gouvernance Universitaire (IFGU) basé à Yaoundé.

Cet institut a pour mission de contribuer à la qualité de la gouvernance universitaire notamment en formant ses cadres : nous allons élargir son périmètre d’action en nous appuyant sur notre école de management de Sofia en Bulgarie mais aussi sur l’expertise de nos membres. Ainsi sur l’Université Senghor à Alexandrie (Égypte) ou encore sur le réseau G3 – qui regroupe l’Université Libre de Bruxelles, l’Université de Montréal et l’Université de Genève – prêts à apporter son concours.

Redonner le goût à la langue française par une éducation de qualité

Dans quel but oeuvrons-nous à améliorer la qualité des institutions d’enseignement francophones ? Pour nos enseignants, pour faire rayonner nos établissements, et à travers eux la francophonie universitaire, mais avant tout pour l’étudiant. C’est pour cela que sa place est cruciale au sein des processus d’évaluation. Cette tendance ne fait pas toujours l’unanimité au sein des établissements. En France, pays longtemps frileux en ce domaine les choses bougent doucement et c’est heureux.

Le soutien que nous voulons accorder au réseau FRAQ-Sup ne cherche pas à imposer un seul type de réseau d’agences ou d’expertise mais sa constitution peut contribuer à ce que la francophonie soit à nouveau synonyme d’excellence. Les jeunes générations francophones cherchent d’abord une formation qui leur assure un avenir. Nous devons leur apporter des réponses pour redonner goût à la langue française dans le futur.