Repérer les décharges sauvages grâce aux satellites

Surveillance spatiale des dépôts sauvages de déchets. Google Earth, Author provided

Plus d’un millier de décharges illégales voient le jour en Angleterre chaque année. Et ce ne sont que des chiffres officiels. En 2016, James Bevan, à la tête de l’Agence pour l’environnement britannique, qualifiait les ordures de « nouveaux stupéfiants ». Il déclarait ainsi à propos de la criminalité environnementale :

« C’est un peu ce que furent les drogues aux années 1980 : le système ne s’était pas encore rendu compte de l’énormité de ce qui se passait et tentait de rattraper son retard. »

La situation actuelle dépasse de loin le problème des décharges sauvages que l’on trouve sur les chemins de campagne. Le trafic de déchets peut ainsi prendre la forme d’une véritable criminalité organisée, et le Royaume-Uni possède aujourd’hui la plus grande décharge illégale d’Europe. Cette déchetterie, située à Derry en Irlande du Nord, contient plus d’un million de tonnes de déchets entreposés illégalement : soit plus de détritus que ce que produit le pays en un an.

Le gouvernement tente d’intensifier sa lutte contre cette criminalité. Afin de répondre à la menace, le secrétaire de l’Environnement, Michael Gove, a annoncé un examen complet des mesures gouvernementales. Cette démarche arrive à point nommé car l’intervention des autorités s’avère indispensable.

Ce type de criminalité environnementale pose également de plus en plus problème au niveau international. Selon Interpol, le trafic de déchets est l’une des branches du crime organisé connaissant l’expansion la plus rapide ; il peut potentiellement rivaliser avec le trafic de stupéfiants en terme d’échelle et de profits. Il coûterait aux pays européens la somme faramineuse de 72 à 90 milliards d’euros par an et concerne notamment la fraude fiscale à l’enfouissement des déchets, des pertes pour les entreprises responsables de leur traitement ainsi que des coûts d’assainissement. Mais ce n’est pas tout. En Grande-Bretagne, les pompiers dépensent chaque année 16 millions de livres pour éteindre les incendies qui prennent dans ces déchetteries sauvages.

Jusqu’à présent, l’Europe exportait ses déchets en grande quantité. En 2016, un cinquième de tous les déchets plastiques de l’Union européenne a été expédié en Chine. Mais, depuis janvier, Pékin refuse les gros volumes étrangers. Certains pays européens subissent depuis une crise dans la gestion des ordures. Cette situation contribue à faire augmenter la quantité de déchets se retrouvant dans des sites illégaux.

Les décharges illégales ne possèdent pas la sécurité adéquate et représentent une menace réelle pour la santé publique et l’environnement. À Derry, par exemple, la déchetterie est dangereusement située près de la rivière Faughan qui alimente la ville en eau potable. En Italie, dans la région de Naples, certains cancers liés aux déchets toxiques ont ainsi atteint des taux dépassant – parfois de 80 % – la moyenne nationale.

Problèmes en pagaille

Certains gouvernements européens ont préféré fermer les yeux. Localiser une décharge prend du temps et de l’argent : enquêtes, poursuites et nettoyages coûtent cher. D’autres gouvernements ont cependant accordé d’importantes ressources pour s’attaquer à ce problème. L’Agence anglaise de l’environnement a ainsi reçu 30 millions de livres supplémentaires pour intégrer la gestion de ce problème dans son budget 2017.

Décharge illégale à Kent, en Angleterre. Gareth Fuller/PA Images.

Malgré les efforts des autorités pour lutter contre cette criminalité, le problème n’a jamais semblé aussi difficile à régler. La détection des sites illégaux de déchets se révèle difficile, les organismes de contrôle comptant beaucoup sur les dénonciations. En outre, le déversement des ordures étant très rentable, il est organisé et volontaire. Les approches régulatrices traditionnelles ont souvent été critiquées pour leur manque de volontarisme dans l’identification de ces sites illégaux.

Pour résoudre ce problème, la technologie satellitaire s’avère prometteuse. C’est pourquoi, avec un professeur de l’observation terrestre et un analyste du renseignement militaire, j’ai co-fondé « Air and Space Evidence » (ASE), une entreprise qui a vu le jour à l’University College de Londres.

En utilisant des données collectées par des satellites et des algorithmes d’identification des décharges, nous sommes ainsi devenus la première entreprise au monde à proposer un service de surveillance depuis l’espace pour détecter ces déchetteries illégales.

Voir d’en haut

Ce système spatial constitue une petite révolution car il permet une surveillance régulière et à faible coût. La détection de décharges illégales peut ainsi être rapide, permettant aux autorités d’intervenir plus tôt. Il est également possible de catégoriser ces lieux selon les niveaux de risques : les autorités peuvent ainsi prioriser leurs inspections de terrain pour viser les sites les plus dangereux.

La décharge Waste4Fuel, à Cornwall. Environment Agency LIDAR, Author provided

Si l’utilisation de données satellitaires dans ce secteur reste encore limitée, cette situation pourrait bientôt évoluer puisque la taxe sur les décharges peut être aussi appliquée aux sites illégaux depuis avril 2018, et non plus uniquement aux décharges autorisées. Les sommes d’argent en jeu devraient être conséquentes.

Dans une zone test de 7 000 km2 en Grande-Bretagne, nous avons ainsi identifié 207 sites classés comme suspects. Un tel système de surveillance étendu à tout un pays permettrait de prélever des pénalités fiscales pouvant se chiffrer en millions de livres.

Au Royaume-Uni, toutes ces amendes vont à l’administration fiscale et non à l’autorité de réglementation environnementale. En Irlande, en revanche, c’est l’organisme régulateur qui touche l’argent ; ce dernier peut recevoir jusqu’à 80 % de l’argent des amendes concernant les sites de déchets illégaux. Il serait certainement logique que le HMRC travaille plus étroitement avec les organismes de réglementation pour lutter contre la criminalité environnementale et toucher une partie de l’argent récolté.

Les satellites modernes – déjà utilisés au Royaume-Uni pour détecter les fraudes aux subventions agricoles et les déversements de pétrole – sont capables d’identifier des objets aussi petits que des bouches d’égout. Les autorités pourraient vraiment tirer avantage de ces progrès technologiques pour éliminer la pollution croissante relative aux décharges sauvages.

This article was originally published in English

Help us bring facts and expertise to the public.