Sept pistes pour enrichir le vocabulaire de votre enfant

S'il a l'habitude de dialoguer avec les adultes qui l'entourent, un enfant aura plus de facilités à traiter des informations. Shutterstock

Si vous voulez que votre enfant ait une vie riche et épanouissante, l’une des meilleures choses que vous puissiez faire est de l’aider à étoffer son vocabulaire. La recherche a montré que de solides capacités d’expression sont liées à tout un éventail de réalités positives, comme le bonheur, les amitiés, les liens familiaux, la réussite scolaire et professionnelle.

Inutile d’attendre que votre enfant soit en âge d’aller à l’école pour renforcer ses compétences linguistiques. En effet, le vocabulaire se développe très rapidement. De leur naissance au CE1, les enfants assimilent en moyenne 5 200 mots.

La rapidité avec laquelle un tout-petit interprète des mots à l’âge de 18 mois peut déterminer l’étendue de son vocabulaire plus tard dans l’enfance.

En CE2 puis en CM1, le vocabulaire d’un enfant est aussi étroitement lié à sa capacité à comprendre ce qu’il lit. C’est dû en partie au fait que c’est un bon indicateur de sa connaissance du monde.

En tant que chercheur, explorant les meilleures voies pour développer la compréhension écrite et orale des enfants, voici sept pistes qui me semblent utiles aux parents et aux éducateurs pour renforcer le langage et le lexique des enfants.

Parlez à l’enfant de ce qui l’intéresse

Parlez à votre enfant de ce qui retient son intérêt. Si une mère s’aperçoit que son bébé de 8 mois regarde fixement un gros chat, elle peut lui dire : « Oh regarde ce joli chaton. Il a de si jolis yeux et une fourrure douce ».

De telles interactions peuvent aussi se produire quand un enfant pointe quelque chose du doigt et commence à essayer d’en parler, manifestant un vif intérêt. Ces échanges sont des occasions privilégiées pour les adultes de nommer, de décrire et d’expliquer des choses.

Ces épisodes où les parents et les enfants discutent de choses auxquelles ils assistent ensemble sont des moments extrêmement instructifs. Les mots sont alors associés à des objets, à des événements et des émotions.

La recherche a établi des liens entre la fréquence avec laquelle les enfants pointent des choses du doigt à 18 mois et le développement de leur langage à 42 mois, ce qui montre l’importance de ces échanges.

Multipliez les conversations

La quantité de langage que les enfants entendent pendant leurs conversations avec les adultes durant les 18 à 24 premiers mois de leur vie compte beaucoup. Les zones du langage se développent rapidement dans le cerveau de l’enfant.

La capacité à traduire les sons en mots s’améliore vite. La rapidité avec laquelle les enfants attribuent un sens aux mots est fortement liée à la quantité de langage entendue lors de conversations avec des adultes.

Nourrissez les échanges

Lorsqu’un enfant atteint l’âge de deux ans, ce n’est pas seulement la quantité mais aussi la qualité des conversations environnantes qui compte. À ce stade, si vous voulez vraiment favoriser le développement de son langage, ne soyez pas dans l’urgence – prenez le temps de parler à vos enfants d’objets ou d’événements en particulier.

Ce n’est pas forcément la durée qui importe. Mais il faudrait qu’il y ait au moins huit à dix répliques entre le parent et son enfant. Quand les enfants ont une sensibilité verbale, ces allers et retours sont très précieux.

En effet, on constate que les enfants d’âge préscolaire bénéficiant de conversations plus longues ont un développement cérébral plus important et un meilleur traitement de l’information.

Discutez des histoires que vous lisez

L’une des plus riches activités à partager est la lecture. Dès leur première année, les bébés apprécient ce type d’échanges. Voilà qui offre des possibilités infinies d’objets, d’animaux et d’actions à nommer. C’est une expérience que l’on peut renouveler sans cesse.

L’activité donne aussi le temps aux parents de tisser des liens avec leurs enfants tout en parlant de leurs images, événements et histoires préférées.

Variez les mots au fil des découvertes

Les enfants élargissent leurs connaissances lorsqu’ils acquièrent de nouveaux mots qui font référence à des concepts plus complexes. Au fil du temps, ces mots seront utilisés lors de conversations autour de nouvelles idées ou expériences.

En visitant un aquarium, un enfant peut par exemple découvrir des créatures fascinantes à mesure que ses parents lui citent les différents animaux, évoquent les différentes parties de leur corps – les nageoires et la queue, par exemple – et décrivent leur manière de se déplacer.

Ou bien, lors d’un passage à l’épicerie de quartier, on peut énumérer les produits, discuter de leurs caractéristiques, dire d’où ils viennent et d’autres choses encore.

Parlez d’événements passés

Le langage nous permet de voyager dans le temps. Quand ils parlent d’expériences passées, les parents ont tendance à se servir de nouveaux mots et leurs enfants, à leur tour, se sentent encouragés à les utiliser.

Le parent pourra dire par exemple : « Te souviens-tu de notre visite à l’aquarium ? », ce à quoi l’enfant répondrait : « Oui, c’est là que nous avons vu cet énorme poisson avec des ailes ». Et le parent renchérirait alors : « Oui, c’était une énorme raie ». La régularité de ce type de conversations favorise l’apprentissage de vocabulaire.

Participez à ses jeux d’imitation

Le langage permet aux enfants de construire et d’évoluer dans des mondes imaginaires. Au fur et à mesure qu’ils jouent leurs personnages, le dialogue les conduit à élargir leur vocabulaire.

Prenons le cas où deux enfants jouent avec des figurines liées au monde de l’hôpital. Un enfant tient la figurine du docteur tandis que l’autre se met à la place du blessé. « Soyez tranquille, je vais vous examiner avec mon stéthoscope », dirait le médecin. « OK, c’est l’objet que vous utilisez pour écouter mon cœur ? », répondrait l’autre. C’est ainsi qu’un enfant se retrouve à enseigner de manière informelle un mot sophistiqué.

Ces méthodes ne sont que quelques-unes des façons dont les parents peuvent aider les enfants à élargir leur vocabulaire et leur connaissance du monde, mais toutes s’appuient sur des résultats de recherche probants.

This article was originally published in English