Sondage : les Français sans illusion face aux effets de la mondialisation

Sondage : les Français sans illusion face aux effets de la mondialisation

Pour sa 6e édition, le Printemps de l’économie a fait réaliser un sondage exclusif OpinionWay auprès de 1 000 personnes sur le thème « Les Français et la mondialisation ».


Ce sondage révèle assez nettement la perception négative et la désillusion que la mondialisation nourrit. Mauvaise opinion pour 60 % des Français interrogés, inquiétude pour l’avenir des prochaines générations à 71 %… la mondialisation est pour les sondés synomyme de pauvreté, de chômage, d’inégalités et d’uniformisation culturelle, selon le sondage que vient de publier OpinionWay pour le printemps de l’économie. Décryptage.

Sondage OpinionWay pour Le Printemps de l’économie.

Argent, commerce, économie, uniformisation et pauvreté arrivent en tête des mots que la mondialisation évoque et les termes négatifs (complot, arnaque, conflit, destruction…) l’emportent très largement sur ceux positifs (développement, chance, opportunité). 60 % des personnes interrogées ont une « mauvaise opinion de la mondialisation », fortement exprimée par les hommes (63 %), mais par une majorité de femmes aussi (58 %). C’est chez les 50-54 ans que cette opinion négative est la plus fortement exprimée (71 %) et chez les inactifs (63 %), contre 58 % pour les CSP+.

Sondage OpinionWay pour Le Printemps de l’économie.

Les « perdants » de la mondialisation ne sont pas les seuls à exprimer leur défiance. Par exemple, CSP+ et inactifs perçoivent de la même manière la puissance des multinationales, qu’ils placent devant les États et les banques comme étant les acteurs qui fixent les règles des échanges internationaux. Si les plus jeunes semblent croire un peu plus au pouvoir citoyen que les plus âgés, globalement tout le monde ou presque s’accorde à reconnaître que les citoyens ne sont guère en mesure de fixer les règles de la mondialisation.

Si l’Asie et l’Amérique du Nord sont perçues par une petite majorité comme les régions gagnantes de la mondialisation, pour l’Europe la perception des effets négatifs (47 %) l’emporte sur celle des effets positifs (39 %), surtout parmi les hommes et les plus âgés.

La mondialisation a beau être perçue comme un vecteur d’innovation, aucune majorité d’ensemble ne se dégage pour y voir un moyen d’élever le niveau d’éducation, d’améliorer la santé, de promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes, d’éradiquer la faim. Seule exception, les moins de 35 ans qui, en matière d’éducation et de santé, ont une perception nettement plus positive.

Sondage OpinionWay pour Le Printemps de l’économie.

Au niveau de la France, un tiers seulement des sondés perçoivent des effets positifs sur la croissance. Pour la majorité d’entre eux, la mondialisation a eu des effets négatifs sur le pouvoir d’achat, la préservation de l’environnement, l’emploi et les salaires. C’est d’ailleurs à ce niveau (salaire et emploi) que la différence d’appréciation entre hommes et femmes est la plus forte : les hommes sont les plus enclins à percevoir des effets négatifs (d’autant plus qu’ils sont âgés).

La majorité des sondés associent également la mondialisation à une uniformisation des pratiques culturelles (61 %), vestimentaires (60 %), alimentaires (53 %).

66 % des personnes interrogées seraient favorables à des règles plus strictes en matière d’échanges commerciaux, exprimant par là même une tentation protectionniste, très prononcée chez les plus âgés.

Sondage OpinionWay pour Le Printemps de l’économie.

Les personnes interrogées ne croient guère en la possibilité d’une mondialisation plus harmonieuse et perçoivent avec pessimisme les effets de la mondialisation sur l’avenir.

Aux gouvernants de prendre la mesure d’une telle désillusion, et d’œuvrer au maintien d’un monde ouvert où les gains de la mondialisation puissent être mieux partagés. Car, à n’en pas douter, la mondialisation en intensifiant les échanges produit des gains. Le problème est que ces gains sont fortement concentrés quand, au contraire, nombreux sont les perdants pour qui la mondialisation rime avec perte d’emploi, concurrence des bas salaires, effacement du local, perte d’identité culturelle.

Pour les gagnants de la mondialisation, le monde n’a pas de frontière et les opportunités sont vastes. Pour les perdants, l’espace se réduit à un territoire en berne, la mobilité est impossible et l’horizon bouché. C’est ce fossé que l’action publique doit combler en favorisant la mobilité des personnes au moins autant que celle des marchandises et en faisant vivre le local autant que le global. Sans cela continueront de fermenter les velléités de fermeture et de repli d’où viennent les heures les plus sombres de l’histoire.


Methodologie : Sondage OpinionWay pour Le Printemps de l’économie. L’étude « Les Français et la mondialisation » a été réalisée auprès d’un échantillon de 1 002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Les interviews ont été réalisées par questionnaire autoadministré en ligne sur système CAWI (« computer assisted web interview ») du 14 au 16 février 2018. Marges d’incertitude : 1,5 à 3 points au plus pour un échantillon de 1 000 répondants.

Support evidence-based journalism with a tax-deductible donation today.