Technologies et éducation parentale, guerre ou paix des ménages ?

Une tablette de trop ? Markus Kwan/Flickr

Ce n’est un secret pour personne, nous sommes envahis par la technologie. Elle entretient nos foyers, nous aide à résoudre les problèmes les plus complexes et nous avons aujourd’hui dépassé les scénarios futuristes les plus fous imaginés par nos prédécesseurs. La technologie nous façonne, nous aide, nous habite. Ceci est d’autant plus vrai pour les digital natives, ces enfants nés dans l’ère du numérique dont on a l’impression qu’ils ont des processeurs en guise de cerveaux.

Mais alors comment les parents, derniers remparts entre leurs bambins et les écrans, réagissent-ils face à cet envahisseur ?

Mangez, bougez… et restez connectés !

Pas de temps mort… les 13-24 ans consomment des écrans toute la journée avec une préférence pour la télévision en soirée….

L’évolution du taux d’occupation des écrans par ¼ d’heure tout au long de la journée chez les 13-24 ans en 2013. On note une préférence pour la télévision en fin de journée.

D’après une étude du Conseil supérieur de l’audiovisuel, en 2013 les familles françaises possèdent en moyenne 9,6 appareils connectés. Aussi, 97 % des 13-24 ans vivent dans un foyer avec télévision, 95 % avec ordinateur et 75 % possédent un Smartphone.

En consommation effective, les 15-24 ans passent en moyenne 37 heures par semaine devant les écrans au début des années 2000. Les plus jeunes ne sont pas en reste car 86,1 % des 6-9 ans et 92,3 % des 10-14 ans interrogés en 2014 jouent aux jeux vidéo (Centre national du cinéma et de l’image animée, 2014).

Notons également que la télévision, objet central de nos salons, est boudée par nos enfants au profit des jeux vidéo, téléphones portables, ordinateurs et autres tablettes plus propices aux loisirs solitaires. Ce phénomène intrigue les sociologues qui n’hésitent pas à parler de la « culture de la chambre » remplaçant la « culture de la rue » de la fin du XXᵉ siècle. Il est vrai qu’un enfant aujourd’hui explorera plus volontiers les mondes infinis de Minecraft depuis son nid douillet que les rues désertées de notre enfance.

Or il ne faut pas oublier que ces chérubins, bioniques ou non, ne jouissent pas d’une liberté sans limites dans leurs comportements car ils agissent encore sous l’autorité de leurs parents.

Une enquête de terrain interrogeant les principaux concernés

Mais alors, comment ça se passe à la maison avec les technologies ? Pour le savoir, nous sommes allés poser la question à 19 parents (4 hommes et 15 femmes) de 34 enfants au total, dont 30 âgés entre 1 et 18 ans en 2015. Leurs propos ont été recueillis lors d’entretiens et ont subi une analyse lexicale (à l’aide du logiciel Iramuteq). Grâce à ce procédé, nous avons obtenu cinq « classes » de mots rassemblant les termes les plus fréquemment utilisés et leur proximité et nous avons attribué un thème à chacune.

  1. Classe rouge : téléphone portable

  2. Classe bleue : réseaux sociaux et communication

  3. Classe verte : les parents comme guides

  4. Classe violette : télévision

  5. Classe grise : jeux vidéo

Ces classes nous permettent d’approcher les pratiques éducatives des parents interrogés et leurs opinions vis-à-vis des différentes technologies citées lors des entretiens.

Représentation des termes des cinq classes finales obtenues à partir des propos des 19 parents interrogés dans un dendrogramme (une couleur = une classe de mots). Author provided

Télévision et jeux vidéo sous haute surveillance

On ne peut pas nier que certaines technologies « parasites » soient source de conflits dans les familles. Ainsi les jeux vidéo semblent mettre les parents en rogne puisque les mots « insister », « engueuler » et « crise » leur sont associés. Les classes « télévision » et « jeux vidéo » sont très proches et les allusions répétées au temps (« heure », « matin », « journée », « week-end », « de temps en temps », etc…), nous révèlent que les parents ont tendance à jouer la carte de la régulation pour ces technologies… Peut-être ont-ils conscience du risque de dépendance qu’entraîne une surconsommation de ces loisirs ?

« Une fois j’ai carrément revendu sa console tellement c’était insupportable. »
Témoignage d’une mère, aide-soignante, 51 ans, 2 garçons de 15 et 18 ans

Les réseaux sociaux comme outil de communication bien utile

Compte tenu de la mauvaise réputation des réseaux sociaux, on aurait pu s’attendre à ce que les parents les fustigent. En réalité, ces derniers les citent avant tout pour leur caractère mutualiste, en tant que facilitateurs de rencontres et gardiens du lien social (« rencontre », « social », « rencontrer », « relationnel », « communication », etc…). Il n’en reste pas moins que les personnes interrogées, en particulier les parents d’adolescents, sont bien conscients des dangers de la toile de leur rôle d’accompagner leurs enfants dans l’apprivoisement des technologies. Pour preuve, la proximité des classes « réseaux sociaux » et de celle évoquant le rôle de guides des parents centrée autour des mots « accompagner », « expliquer », « apprendre » et « évoluer ».

Le téléphone portable, un membre de la famille ?

Enfin il est une technologie tellement intégrée dans nos vies qu’on en oublie presque qu’elle en est une : le téléphone portable. Cet objet symbiotique est considéré comme utile et pratique, voire indispensable. Preuve de ce sentiment, plutôt que d’être nommé, ce dernier est évoqué par des verbes d’action et des activités tels que « chercher », « envoyer » et « sms », « appel », « recherche » ou encore « recherche Internet ».

« Ah non moi franchement je me sens toute nue sans mon téléphone. »
Témoignage d’une mère, employée de banque, 33 ans, 1 garçon de 13 ans

Comme si la question de l’interdiction ne se posait même pas pour cette technologie, sur le plan factoriel on retrouve la classe « téléphone portable » totalement à part. De même, aucun terme faisant référence à une quelconque régulation de la part des parents ne compose cette classe. Peut-être est-ce parce qu’eux-mêmes accros à leur téléphone, ils ne souhaitent pas faire subir une crise de manque à leurs enfants ?

Représentation des termes des 5 classes finales obtenues à partir des propos des 19 parents interrogés sur un plan factoriel (une couleur = une classe de mots).

En conclusion, n’oublions pas de relativiser notre étude en rappelant qu’elle ne concerne « que » 19 parents. Elle a cependant le mérite d’édulcorer les discours moralisateurs sur la consommation d’écrans et de rappeler à nos lecteurs que certaines technologies fédèrent davantage qu’elles ne divisent.

Facts matter. Your tax-deductible donation helps deliver fact-based journalism.