Menu Close

Articles on microbes

Displaying 1 - 20 of 41 articles

La fonte des sols gelés (ici, Sibérie) laisse ressortir des organismes anciens : mégafaune mais aussi virus. Sergey Shakuro/Shutterstock

La fonte du permafrost de l’Arctique libère d’anciens virus : faut-il s’inquiéter ?

Un virus a été réveillé en laboratoire après 50 000 ans passés dans le permafrost sibérien. Un phénomène qui peut se produire dans la nature suite au réchauffement climatique. Qu’en sait la science ?
Sur cette image obtenue par microscopie électronique à balayage (MEB), on peut voir deux amibes (Acanthamoeba polyphaga). L'amibe de droite est au stade de trophozoïte, capable de se déplacer. L'amibe de gauche est au stade kystique : entourée d’une paroi qui la protège, elle est en dormance. CDC/ Catherine Armbruster; Margaret Williams

Empêcher les amibes de se bunkériser pour mieux les éliminer

Quand les conditions deviennent hostiles, de nombreux microbes forment des kystes, des formes dormantes leur permettant de survivre jusqu’à plusieurs décennies. Un problème quand on veut les éliminer…
Les bleuetiers appartiennent à la famille des Éricacées, tout comme les rhododendrons ou la canneberge. (Simon Morvan)

Apprivoiser le bleuetier sauvage (et ses microbes !)

Le bleuet sauvage, cette petite baie bleue qui ravit les papilles est très populaire en raison de ses qualités gustatives, mais aussi de ses bienfaits pour la santé. Mais comment est produit ce fruit ?
Comprendre les étapes décisives franchies fin XIXe s. en microbiologie est fondamental pour comprendre la situation actuelle. fotohunter/Shutterstock

La révolution microbienne racontée par Hector Lebrun, témoin privilégié du XIXᵉ siècle

La crise du Covid a révélé les carences en culture scientifique – et en microbiologie. D’où l’intérêt de redécouvrir les travaux pionniers, notamment via le regard d’un expert du XIXᵉ, Hector Lebrun.
Outre le fait que manger une crotte de nez est dégoûtant, cela revient à ingérer des germes contenus dans le mucus, des métaux toxiques et des contaminants environnementaux. (Shutterstock)

Voici comment gérer vos crottes de nez, selon la science

En secret, dans la voiture ou sur des serviettes de table, nous le faisons tous. Et pour être franc, c’est très satisfaisant.
Les propriétés du sirop d’érable peuvent être influencées par différents facteurs, d’origine environnementale, végétale, microbiologique et technologique. (Shutterstock)

Les mystères du sirop d’érable : tout est dans la sève… et les microbes !

Le mystère entourant le goût du sirop d’érable réside entre autres dans la complexité chimique fine de cet aliment, qui est d’ailleurs très variable d’un sirop à l’autre.
Un blob Physarum polycephalum. Le Bernemi/Wikimedia

Camille : « C’est quoi un blob ? »

Quelle est cette étrange créature ? Pas un animal, ni une plante, pas non plus un champignon. Le blob fascine par ses prouesses.
Présents dans l’immense majorité des environnements, les micro-organismes peuvent améliorer l’efficacité de la production alimentaire. Shutterstock / Giovanni Cancemi

Les micro-organismes peuvent-ils nous aider à mieux nourrir la population mondiale ?

Les micro-organismes pourraient diminuer le risque de contamination des produits alimentaires, corroborer leur origine, leur authenticité, améliorer leur valeur ajoutée ou même réduire les déchets.
La Voie lactée. Si des civilisations humaines ou humanoïdes ont peu de chance d’exister, peut-il y avoir dans l’espace d’autres formes de vie qui pourraient survivre? Shutterstock

Voici comment les microbes pourraient communiquer avec des espèces extraterrestres

Une nouvelle étude soutient que nous devrions rechercher une vie microbienne plutôt que des extraterrestres de type humain.
Photographie de marée pourpre.

Quand les marées vertes virent au pourpre

Vous avez peut-être déjà été les témoins de marées vertes ou d'apparition de tapis pourpres sur nos littoraux. Comment expliquer ce phénomène ?
Les océans sont de grands réservoirs de virus. GRID-Arendal / Flickr

Le coronavirus de demain sera-t-il marin ?

L’océan constitue un immense réservoir viral. Quelles sont les conséquences des changements climatiques sur ce réservoir relativement mal connu ?
Sans la domestication des micro-organismes, nous n’aurions ni pain, ni vin, ni formage. Marco Mayer / Shutterstock

La preuve par trois : Ça fermente dans nos assiettes !

Le scientifique Christophe Lavelle vous propose un éclairage en trois parties sur la place essentielle des microbes dans le patrimoine alimentaire de l’humanité.

Top contributors

More