Menu Close

Articles on Nancy Pelosi

Displaying all articles

La République populaire estime que si elle prend le contrôle de Taïwan, ce sera une réunification. Mais l’unité des deux rives du détroit de Formose n’a été qu’une brève parenthèse dans la longue histoire de l’île… Shutterstock

Le casse-tête chinois de Taïwan

Taïwan, qui n’a en réalité que très peu appartenu à la Chine continentale dans son histoire, représente un contre-modèle démocratique que la République populaire de Chine veut absolument effacer.
Des soldats de l’armée taïwanaise lors d’un exercice de tir réel anti-débarquement dans le sud de Taïwan, le 9 août 2022. Sam Yeh/AFP

Taïwan : la stratégie indo-pacifique des États-Unis à l’épreuve

La récente montée des tensions entre la Chine et le duo américano-taïwanais contraint Washington à repenser sa stratégie régionale, qui vise à maintenir un équilibre de plus en plus précaire…
Des passants devant un panneau d’affichage annonçant la venue de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, à Taipei, à Taïwan, le 3 août 2022. (AP Photo/Chiang Ying-ying)

La visite de Nancy Pelosi à Taïwan provoque un accès de colère chez le gouvernement chinois

Les visites de législateurs étrangers à Taïwan sont courantes. Alors pourquoi la Chine a-t-elle réagi de manière aussi violente à la récente visite de Nancy Pelosi ?
Le 6 janvier 2021, Donald Trump s'adresse à ses partisans à Washington. Peu après, des milliers d'entre eux entreront de force au Capitole. Brendan Smialowski/AFP

Comment le discours populiste de Donald Trump a conduit à l’insurrection de ses troupes

Le discours que Donald Trump a prononcé le 6 janvier à Washington, et qui a incité ses sympathisants à investir de force le Capitole, constitue un parfait condensé de sa rhétorique populiste.
La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, le président de la Commission de la Chambre sur le pouvoir judiciaire Jerry Nadler (à gauche) et le président de la Commission des affaires étrangères de la Chambre Eliot Engel, lors d'une conférence de presse suivant le vote d'impeachment de Donald Trump, Wahington, le 18 décembre 2019. Sarah Silbiger/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Un vote d’impeachment contre Donald Trump : pour quoi faire ?

Les Démocrates savent parfaitement qu’ils n’ont aucune chance d’obtenir l’impeachment de Donald Trump. Leur objectif est de mobiliser leur électorat en vue de la présidentielle de novembre.
Trump est désormais dans une posture délicate en cas de non soutien de certains républicains. Saul Loeb/AFP

Trump : le scénario du pire ?

La procédure de destitution déclenchée par les démocrates met la pression sur les républicains qui soutiennent Donald Trump. Le président américain traverse une réelle épreuve politique.
La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis Nancy Pelosi et le président Donald Trump lors de son discours sur l'état de l'Union au Capitole des États-Unis, le mardi 5 février 2019, à Washington DC. D. Myles Cullen/Wikimédia

Où en est l’anti-trumpisme ?

Depuis le rapport du procureur Mueller qui réfute l'existence d'un accord entre Trump et les Russes lors de la campagne de 2016, le président américain profite d'une confiance retrouvée.
James Comey, le désormais ex-patron du FBI, le 3 mai dernier lors d'une audition du Congrès. Jim Watson/AFP

Après le limogeage du patron du FBI, Washington en état de crise

Les démocrates, qui évoquent le Watergate, n’accepteront jamais que l’agence chargée de l’enquête sur les liens entre le Président et la Russie soit dirigée par un conservateur ou un proche de Trump.
Donald Trump, le 6 avril 2017, annonçant les frappes américaines sur la Syrie. Jim Watson/AFP

Affaibli chez lui, Trump se campe en shérif à l’extérieur

Échecs à répétition sur le front intérieur, accusations de collusion avec la Russie, guerre des clans à la Maison Blanche : il était urgent pour le Président américain de réagir, et ce fut en Syrie.
Le président « élu », le 28 décembre 2016. Don Emmert/AFP

À Washington, tous derrière Donald Trump

Le Parti et le Congrès se sont rangés comme un seul homme derrière le président dès le 8 novembre. Tous savent que la réussite du mandat de Donald Trump conditionnera le maintien de leur siège.

Top contributors

More