Menu Close
Un travailleur hospitalier dans un centre d'évaluation Covid-19 pour le personnel de l'hôpital Lions Gate, à North Vancouver, le 19 mars 2020. Darryl Dyck/Canadian Press

Coronavirus : le point hebdomadaire sur la couverture internationale de The Conversation (5)

Le monde s’est arrêté en mars. Les écoles, les industries, les sports amateurs et professionnels, les spectacles et les événements culturels, ainsi que la plupart des entreprises, grandes et petites, ont cessé de fonctionner, un scénario encore inimaginable il y a quelques mois.

Le mois d’avril, de son côté, a commencé par l’acceptation du fait que ces efforts pour contenir la propagation de Covid-19 doivent se poursuivre. Des millions de personnes ont été confrontées à la réalité de devoir payer des factures, des loyers et des hypothèques malgré les licenciements et les fermetures d’entreprises. Et le 2 avril, la pandémie elle-même a franchi une nouvelle étape : plus d’un million d’infections confirmées et 50 000 décès dans le monde.

Un homme portant un masque sur la tête passe devant un graffiti mural à Toronto le 25 mars 2020. Nathan Denette/Canadian Press

Ce sont les travailleurs de la santé qui font face à la réalité de ces statistiques mondiales stupéfiantes, alors que les populations tentent de contribuer à contrôler les chiffres en restant chez elles et en pratiquant la distanciation sociale.

Cette cinquième chronique hebdomadaire de notre couverture internationale de la pandémie met en lumière plusieurs des articles récemment publiés par le réseau d’experts de The Conversation.

Héros vulnérables

Sur les photos, les personnels soignants sont souvent anonymes derrière leurs tenues de protections, affublés de masques et de gants, tels des super héros anonymes.

Mais sur l’ensemble de la planète, c’est bien le manque de matériel adéquat pour les docteurs et les infirmiers qui fait débat.

Une couturière coud des manches dans le cadre de la production de tenues médicales à la société SP Apparel de Granby, au Québec, qui fabrique normalement des uniformes de sport, le 1ᵉʳ avril 2020. Paul Chiasson/Canadian Press
  • Pénurie de ventilateurs. Il est également très probable que les travailleurs de la santé seront confrontés à des décisions difficiles concernant les patients qui recevront des ventilateurs et des lits de soins intensifs. Anthony Wrigley, de l’Université de Keele, en Angleterre, explique les choix éthiques qu’implique l’allocation des ressources en situation de crise.

  • Pénurie de personnel. Avec tout le monde sur le pont dans les hôpitaux, certains établissements encouragent les personnes encore en formation ou les travailleurs de la santé de tous les secteurs à apporter leur aide. Cependant, comme le soulignent Nicole Blay, de l’université de Western Sydney, et Christine Duffield et Michael Roche, de l’université de technologie de Sydney, nous devons nous assurer que les personnes qui aident à faire face à la pandémie sont suffisamment qualifiées.


CC BY

Notre point hebdomadaire d’informations expertes sur le coronavirus. Composé d’associations à but non lucratif, The Conversation est un média qui travaille avec des milliers d’universitaires à travers son réseau mondial. Ensemble, nous publions des analyses basées sur les faits et la recherche académique. Les articles sont gratuits – il n’y a pas de paywall – et peuvent être republiés.


Le travail de plus en plus difficile

Le coronavirus continue à se propager de manière exponentielle dans le monde entier, et pose des problèmes inédits jusque-là.

  • Vitesse de la transmission. Christian Yates de l’Université de Bath, en Angleterre, explique le calcul à l’origine de la propagation exponentielle du virus.

  • Examen du taux de mortalité élevé en Indonésie. Dans de nombreuses régions, le pire est encore à venir. Alors que le nombre de cas dans l’hémisphère nord augmente, le premier cas en Indonésie n’a été diagnostiqué que le 2 mars. Depuis lors, le taux de mortalité en Indonésie est devenu le plus élevé d’Asie du Sud-Est. Cependant, Henry Surenda, de l’unité de recherche clinique Eijkman-Oxford, explique trois raisons pour lesquelles ce taux de mortalité ne reflète pas la réalité sur le terrain.

Le personnel inspecte l’équipement médical le 23 mars 2020 dans un hôpital d’urgence Covid-19 installé à Jakarta, en Indonésie. Hafidz Mubarak/AP
  • Des questions uniques en Afrique. Le SARS-CoV-2 est arrivé en Afrique plus tard qu’en Asie et en Europe, tout comme le SARS en 2003 et le H1N1 en 2009. Elena Gomez Diaz, de l’Institut de parasitologie et de biomédecine López-Neyra, et Israël Cruz Mata, de l’Instituto de Salud Carlos III, expliquent pourquoi la pandémie de Covid-19 en Afrique est si préoccupante.

  • Dépistage. Doyin Odubanjo, secrétaire exécutif de l’Académie des sciences du Nigeria, explique pourquoi le dépistage est au cœur de la lutte contre le Covid-19 et évoque certains des nombreux facteurs dont les pays africains doivent tenir compte lorsqu’ils prennent des décisions sur la manière d’aborder le dépistage.

  • Qui est en danger ? Dans le même temps, les régions déjà durement touchées par le virus commencent à analyser l’impact du virus. Jean‑François Toussaint, de l’Université de Paris, et Guillaume Saulière, de l’Institut national du sport de l’expertise et de la performance, décrivent les conséquences de Covid-19 sur les populations âgées vulnérables.

Un point sur les traitements

  • Développement de vaccins. La meilleure façon de combattre le virus serait de trouver un vaccin. Kylie Quinn, de l’Université RMIT, et Damian Purcell, de l’Institut Peter Doherty pour l’infection et l’immunité, à Melbourne, offrent un point complet sur les efforts pour développer un vaccin contre le SARS-CoV-2.

  • Études sur la chloroquine. En termes de traitements, on espérait que la chloroquine, médicament contre le paludisme, pourrait être un traitement utile pour le Covid-19. Mais comme le rapporte Arsène Zongo de l’Université Laval, au Canada, les études publiées n’ont pas prouvé son efficacité.

Image au microscope électronique du virus qui cause le Covid-19, provenant des instituts nationaux américains. NIAID-RML/AP

Restez informé, restez chez vous

Pour la grande majorité d’entre nous qui ne sommes pas des chercheurs ou des personnels desanté ou qui ne fournissons pas de services essentiels, la meilleure façon d’aider est de rester informé, de rester chez soi et de se tenir à distance.

  • Glossaire Covid-19. Vous pouvez améliorer votre compréhension des analyses scientifiques grâce à cette fiche pratique sur les coronavirus, fournie par Lindsay Broadbent de l’université Queen’s de Belfast.
Piccadilly Circus à Londres, totalement déserte alors que les gens restent chez eux pour aider à prévenir la propagation du Covid-19. Matt Dunham/AP
  • Règles de distanciation sociale. L’équipe de The Conversation en Australie a obtenu des réponses sur ce que l’on peut faire et ne pas faire en période de distanciation sociale, grâce à une analyse de Brendan Gogarty, de l’université de Tasmanie, et de Ros Vickers, de l’université Charles Darwin.
Graffiti sur le thème des coronavirus, peint à la bombe sur le sol de Munich, en Allemagne, le 16 mars 2020. Sven Hoppe/AP

This article was originally published in English

Want To Write

Write Description

Register now