Menu Close
Peinture de l'artiste tsigane Ceija Stojka exposée en 2011 à La Maison Rouge à Paris Flickr/Yannick, CC BY-NC-ND

Corps gitans, rêves d’ailleurs

Ce podcast vous est proposé dans le cadre de notre série mensuelle « Les couleurs du racisme », un nouveau rendez-vous pour analyser les mécanismes de nos préjugés raciaux et leurs reproductions.

Dans le cadre de notre série «Les Couleurs du racisme», nous recevons aujourd’hui Cécile Kovacshazy , professeur de littérature comparée à l’Université de Limoges.

La représentation de la ‘gitane’ dans la traduction française du ‘Club des 5’ laisse percevoir les préjugés de l'époque. Decitre

La production littéraire regorge de stigmates et de qualifications discriminantes à l'égard de nombreuses minorités, et façonne de façon insidieuse nos imaginaires.

Ainsi, le corps des populations Roms aussi appelées tsiganes, manouches, gitans a souvent été l'objet de rejet ou d'exotisme.

Du Club des 5 à Carmen, la figure de la gitane ou du Bohémien laisse songeur mais imprime durablement dans les esprits une idée faussée d'altérité. Or, la représentation des Gitans par eux-mêmes, notamment en littérature, peut ouvrir d'autres perspectives, à l'instar de figures littéraires comme Jean-Marie Kerwich, décédé en 2018.

Listen on Soundcloud Listen on Apple Podcasts


Références sonores

Références bibliographiques:


Conception  et réalisation : Clea Chakraverty. Production : Romain Pollet.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 125,100 academics and researchers from 3,982 institutions.

Register now