Menu Close
Le vaccin développé par l’Université d’Oxford et AstraZeneca présente plusieurs avantages. Shutterstock

Covid-19 : pourquoi le vaccin d’Oxford-AstraZeneca, autorisé par le Royaume-Uni, pourrait changer la donne

Le Royaume-Uni est le premier pays à avoir autorisé l’utilisation du vaccin d’Oxford-AstraZeneca afin de lutter contre la Covid-19. Ce vaccin est le deuxième à avoir reçu une autorisation des autorités sanitaires britanniques, après le vaccin de Pfizer, utilisé depuis début décembre. Les premières vaccinations avec ce second vaccin doivent avoir lieu cette semaine.

Le gouvernement britannique en a commandé 100 millions de doses, soit assez pour vacciner 50 millions de personnes (ndlr :le Royaume-Uni compte 66,65 millions d’habitants). D’autres États vont suivre avec intérêt cette campagne de vaccination : c’est par exemple le cas de l’Australie ou du Canada, qui ont commandé respectivement plus de 50 millions doses et 20 millions de doses. Au total, ce sont plus de 2,5 milliards de doses qui ont été précommandées partout sur la planète. AstraZeneca espère pouvoir fournir d’importantes quantités de son vaccin durant le premier trimestre de l’année.

Chaque habitant du Royaume-Uni qui se fera vacciner recevra deux doses entières. Cette posologie a permis aux personnes qui ont participé aux essais cliniques d’éviter de développer la maladie dans 62 % des cas. Cette stratégie a été privilégiée à celle consistant à injecter d’abord une demi-dose, puis une dose entière, bien que les résultats initiaux des essais cliniques suggéraient que cette seconde approche puisse prévenir la survenue de la maladie avec une efficacité de 90 %.

Que va changer la disponibilité du vaccin d’Oxford-AstraZeneca ? Pourquoi l’autorisation accordée par le gouvernement britannique est-elle importante ?

The Conversation a interrogé Michael Head, expert en santé globale à l’Université de Southampton.

Pourquoi a-t-on besoin de ce vaccin ?

À Noël dernier – le moins joyeux de l’histoire récente –, le vaccin de Pfizer, hautement efficace, nous est apparu comme une lumière au bout du tunnel, lorsque son autorisation a été accordée et que les premières doses ont été disponibles au Royaume-Uni. Mais son éclat a été atténué par divers facteurs limitants, en particulier concernant le niveau de production nécessaire pour répondre à la demande, qui a émanée de divers pays.

Pour prendre une image évocatrice en ce moment, tout se passe comme si les dirigeant du supermarché voisin – fermé – venait subitement d’annoncer qu’ils allaient ouvrir le magasin durant quelques créneaux horaires limités, et que vous vous précipitiez pour retirer votre commande avant que l’un de vos voisins ne s’en aperçoive. Dans ces conditions, chacun veut être le premier à entrer pour être certain de pouvoir se procurer le dernier lot de papier toilette avant la rupture de stock – ou, dans le cas qui nous intéresse, le lot de vaccins qui permettra de protéger sa population.

En outre, les contraintes logistiques liées au stockage et au transport du vaccin de Pfizer, qui doivent se faire à très basses températures limitent aussi la vitesse de son déploiement au niveau national.

Un réfrigérateur médical
L’un des avantages clés du vaccin d’Oxford est qui’il peut être stocké dans un réfrigérateur normal. frantic00/Shutterstock

Pour ces raisons, nous avons besoin de multiples candidats vaccins si nous voulons réussir à satisfaire la demande. Et nous en avons besoin rapidement. La disponibilité du vaccin d’Oxford-AstraZeneca pourrait s’avérer très utile pour accélérer l’extension de la couverture vaccinale – en particulier alors que les priorités ont changé au Royaume-Uni, puisqu’il s’agit maintenant de distribuer au plus grand nombre de personnes possible une première dose de vaccin.

Cependant, il reste encore des inconnues, concernant par exemple l’efficacité de ce vaccin chez les personnes âgées, ou l’augmentation d’efficacité qui pourrait être induite en allongeant le délai entre l’administration des deux doses.

En quoi ce vaccin est-il différent ?

Les trois principaux vaccins délivrent tous une partie du matériel génétique du coronavirus SARS-CoV-2 dans les cellules de l’organisme, ce qui conduit ces dernières à produire des copies de « morceaux » du virus – il s’agit de la protéine Spike, la « clé » qui lui permet d’entrer dans les cellules qu’il infecte – contre lesquelles le système immunitaire va ensuite réagir. Le vaccin d’Oxford-AstraZeneca emploi un vecteur adénoviral, tandis que les vaccins de Pfizer et Modernasont basés sur des ARNm.

Les données publiées précédemment indiquaient que l’efficacité globale du vaccin d’Oxford-AstraZeneca est de 62 % lorsque deux doses sont administrées. C’est inférieur aux 94 % du vaccin de Moderna et aux 95 % de celui de Pfizer. Cependant, l’administration initiale d’une petite dose, puis d’une seconde dose complète pourrait améliorer son efficacité. Les données préliminaires de l’essai de phase 3 indiquent que cette stratégie pourrait permettre d’atteindre une efficacité d’environ 90 % chez les populations les plus jeunes.

Toutefois, selon l’agence britannique de régulation des médicaments et des produits de santé (UK Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency – MHRA), ces résultats n’ayant pas été « confirmés par une analyse exhaustive », il sera nécessaire d’approfondir cette question.

En se basant sur des données non encore publiées, la UK’s Commission on Human Medicines, une commission de la MHRA, suggère désormais que l’administration d’une dose unique conférerait une protection de 70 % après 21 jours. Une seconde dose augmenterait l’efficacité du vaccin, la faisant passer à environ 80 %. Cette seconde dose doit cependant être administrée 12 semaines après la première.

Un homme âgé recevant une dose de vaccin contre la Covid-19
Le vaccin a été principalement testé chez les moins de 55 ans, il faut désormais savoir quelle est son efficacité chez les seniors. Vasilis Asvestas/Shutterstock

Le vaccin d’Oxford doit être conservé à faible température, alors que celui de Pfizer doit être conservé à très basse température (-75 °C) et celui de Moderna à environ – 20 °C. La gestion et la distribution du vaccin d’Oxford-AstraZeneca serait donc facilitée, ce qui constituerait un avantage, en particulier pour les pays à faibles ou moyens revenus. En effet, si les professionnels de santé qui exercent par exemple en Afrique subsaharienne ou en Asie du Sud-Est sont très compétents lorsqu’il s’agit de mener des campagnes de vaccination auprès de populations difficiles à atteindre, ils se heurtent au manque d’infrastructures permettant maintenir les températures ultra basses requises par les vaccins de Pfizer et de Moderna.

Qu’est-ce que cela signifie pour le reste de la planète ?

À 2 ou 3 dollars par injection, le coût à la dose du vaccin d’Oxford est beaucoup moins élevé que celui des autres vaccins de pointe. Pour les gouvernements, il pourrait donc s’agir d’une option de long terme, utilisable pour lutter contre le coronavirus une fois que cette période de lutte contre l’épidémie « quoi qu’il en coûte » sera derrière nous. Au niveau mondial, les commandes pour le vaccin d’Oxford-AstraZeneca dépassent de loin celles de ses concurrents.

Les doses de ce vaccin sont fabriquées en Europe, et pour une bonne part, en Inde. Il s’inscrit dans le cadre de l’initiative COVAX, dirigée par Gavi, l’Alliance du Vaccin, et pourrait donc être le premier vaccin développé en Occident à être déployé à grande échelle dans les pays à faibles et moyens revenus en 2021.

Il sera également intéressant de voir comment les vaccins développés par la Russie et la Chine sont distribués au niveau international. La Chine a en effet investi des sommes considérables dans l’amélioration de l’accès aux soins de santé sur le continent africain, sans qu’il ne soit clairement établi si cette politique était menée par altruisme ou opportunisme.

S’il est souhaitable que le problème de santé publique mondiale représenté par l’épidémie de Covid-19 soit traité en tant que tel, il se pourrait que les vaccins soient instrumentalisés pour développer de nouvelles relations politiques ou réaffirmer celles qui existent déjà. Dans certaines régions du monde, certains vaccins pourraient être privilégiés par rapport à d’autres en raison de jeux d’influence politiques.

Le déploiement d’un vaccin à l’échelle mondiale sera incroyablement complexe, et divers facteurs contribueront inévitablement à son succès. L’avenir dira quel sera l’impact du vaccin d’Oxford. Quoi qu’il en soit, dans le contexte de morosité intense qui a caractérisé l’année 2020, le fait que plusieurs vaccins efficaces soient désormais disponibles est de bon augure pour cette année qui débute ».

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 119,900 academics and researchers from 3,852 institutions.

Register now