Menu Close

Dans le bassin arachidier du Sénégal, l’agroforesterie tente de retrouver sa place

Un agriculteur dans sa parcelle d’arachide en cours de reboisement grâce à la technique de régénération naturelle assistée (RNA). Les jeunes arbres qui poussent spontanément dans les parcelles sont sélectionnés, marqués et élagués afin de stimuler une croissance verticale, permettant le déploiement des cultures sous la canopée en saison des pluies. Raphael Belmin / Cirad, CC BY-NC-ND

Du 7 février au 15 mars 2022, la Dynamique pour une transition agroécologique au Sénégal (DyTAES) – réseau qui fédère l’ensemble des acteurs de l’agroécologie du pays – a entrepris une grande caravane pour rencontrer les agriculteurs et agricultrices du pays.

Après les Niayes et la zone sahélienne du Nord-Sénégal, la caravane DyTAES a parcouru le bassin arachidier, une vaste zone d’agriculture pluviale située au centre du pays.

Carte des 45 départements du Sénégal de 2008 à 2021. Amitchell125 / Wikipedia, CC BY

Au cours des cinq étapes réalisées dans la zone – Ndiob, Fatick, Kaolack, Koungheul et Bambey –, les personnes rencontrées ont souligné l’urgence de lutter contre la salinisation des terres et de replacer l’arbre au cœur des systèmes de culture.

Le bien nommé « bassin arachidier »

Quittant la zone sahélienne et pastorale, la caravane progresse vers le sud le long d’un gradient bioclimatique marqué par une pluviométrie croissante et des paysages de plus en plus arborés. Passé la ville sainte de Touba, s’ouvre le bassin arachidier, une zone d’agriculture pluviale où les communautés Sérères cultivent des céréales sèches (mil, maïs, sorgho) et des légumineuses (arachide, niébé) en intégrant des activités d’élevage.

Traditionnellement, l’arbre constituait le véritable pivot du terroir du bassin. Les champs étaient constellés d’espèces ligneuses de différentes familles (Mimosacées, Bombacacées, Combrétacées) qui fertilisaient les sols, guérissaient les populations et alimentaient le bétail.

En particulier, les acacias de l’espèce Faidherbia albida (appelés aussi Kaad) fournissent des gousses nourrissantes en saison sèche et stimulent le développement des cultures de mil et d’arachide en saison des pluies. Olivier Roupsard, chercheur au Cirad, étudie les propriétés de cet arbre depuis de nombreuses années :

« Faidherbia est l’arbre emblématique par excellence de l’agroforesterie des zones sèches : grâce à son cycle inversé, il garantit un fourrage très apprécié des animaux au moment crucial (en saison sèche) et n’entre pas en compétition avec les cultures en saison humide, ni pour l’eau, ni pour la lumière : au contraire, il les fertilise ! »

Une parcelle d’arachide dans la commune de Ndiob. Une fois les fleurs fécondées, l’arachide enterre ses gousses où se développent les précieuses cacahuètes. L’essor des exportations d’huile d’arachide à partir des années 1960 a fait du bassin arachidier la première région agricole du Sénégal. Raphael Belmin/Cirad
De haut en bas et de gauche à droite : Chandelles de mil prêtes à être récoltées au mois d’octobre. Pilage du mil pour séparer les grains du rachis. Récolte de l’arachide au mois d’octobre. À Niakhar, au cœur du bassin arachidier, une équipe de chercheurs Cirad-ISRA-IRD étudie l’impact du kaad (en arrière-plan sur la photo) sur les rendements du mil et de l’arachide. Conséquence de la pression démographique croissante, les kaad subsistent mais ne sont pas renouvelés. Raphael Belmin/Cirad

Le flan sud-ouest du bassin arachidier est bordé par les fleuves Sine et Saloum, dont les eaux rejoignent la mer au niveau du delta du Saloum. Classé patrimoine mondial de l’Unesco, ce delta est un refuge pour les oiseaux migrateurs venus d’Europe et l’un des plus grands réservoirs de mangrove d’Afrique. Il sert également de lieu de reproduction et de croissance juvénile pour de nombreuses espèces de poissons. À chaque marée haute, l’eau salée fait incursion dans les terres et se mélange à l’eau douce dans un dense réseau de chenaux, jusqu’à 100 km dans les terres. Les populations des villes de Fatick et de Kaolack exploitent abondamment le sel qu’ils commercialisent partout au Sénégal.

Une pirogue s’enfonce dans un dédale de boolong formé par les palétuviers. Les mangroves du Sine Saloum abritent une diversité exceptionnelle d’espèces d’oiseaux et poissons. Elles protègent également les terres contre les intrusions marines et l’érosion côtière. Raphael Belmin/Cirad ; Marie-Liesse Veirmeire/Cirad

Déforestation, surpompage et salinisation… une note salée pour le bassin arachidier

Les personnes consultées par la DyTAES ont souligné une régression significative des savanes arborées et des mangroves du bassin arachidier. Avec l’augmentation de la population, les besoins en bois-énergie et en terres cultivables ne cessent de croître. La dégradation des ressources forestières a été amorcée par la politique d’intensification de la culture de l’arachide menée par l’État sénégalais à partir des années 1960 : abattage des arbres, recours à la monoculture et aux engrais minéraux… ces changements ont entraîné une importante dégradation de la fertilité des sols et une vulnérabilité accrue face au changement climatique.

Dans les zones attenantes au delta du Sine Saloum, la montée des océans a provoqué des intrusions marines qui ont transformé des pans entiers du territoire en zones stériles. Dans l’arrondissement de Tattaguine, le pourcentage de terres salinisées atteint plus de 40 %. Le déficit vivrier qui s’est installé a engendré une pauvreté et un exode massif des populations vers les centres urbains.

Dans la région de Fatick, le surpompage a provoqué la baisse et la salinisation des nappes phréatiques. Les sols salés occupent plus de la moitié des terres arables. Mal utilisée, l’eau devient source de déséquilibres. Raphael Belmin/Cirad

À partir des années 1990, la crise du secteur de l’arachide a conduit le gouvernement sénégalais à construire de nombreux forages et à promouvoir le maraîchage dans le bassin arachidier. Cette politique de diversification économique et alimentaire a abouti à la multiplication de petits périmètres irrigués en marge des zones habitées. Le recours au maraîchage a apporté une indéniable amélioration du cadre de vie des populations, en particulier des femmes. Il dépend toutefois d’une ressource en eau dont l’avenir se révèle plus qu’incertain. Hamet Diallo, chef de projet pour l’ONG Gret, nous alerte :

« Dans 25 ans, il n’y aura plus d’eau pour l’agriculture si nous continuons ainsi. »

Le surpompage entraîne une baisse progressive des nappes phréatiques et par endroit leur salinisation, diminuant ainsi l’accès à l’eau dans les périmètres irrigués. Un diagnostic réalisé par le Gret a estimé que la consommation en eau des populations des communes de Notto Diobass et Tassette dépasse de 593 % ce que le rechargement naturel des nappes permet.

En marge des cultures pluviales, des périmètres d’agriculture irriguée se développent autour des 1200 forages qui composent le bassin arachidier, comme ici à Pout Ndoff, près de la ville de Thiès. La privatisation récente des forages étatiques a abouti à une augmentation du prix de l’eau agricole. Cela a conduit un nombre croissant de producteurs et productrices à réduire, voire abandonner, leur activité. Raphael Belmin/Cirad
Visite par la DyTAES du périmètre maraîcher agroécologique de Nderep (département de Bambey). Dans ce périmètre de 4 hectares, l’ONG AgriSud International accompagne 123 productrices et producteurs en transition vers l’agroécologie. Parmi les techniques promues par l’ONG, on peut citer les haies d’acacia melifera, le compostage, l’intégration des arbres fertilitaires, l’utilisation de biopesticides, les pépinières sur pilotis (en bas à gauche) et l’utilisation de filets anti-insectes (en bas à droite). Laure Diallo/Enda Pronat, Thierno Sall/Enda Pronat

S’appuyer sur la « régénération naturelle assistée »

Pour reconstituer les parcs agroforestiers du bassin arachidier, plusieurs projets ont recours à une technique appelée « régénération naturelle assistée » (RNA).

La RNA consiste à encourager les communautés à mettre en défens et accompagner la croissance des jeunes arbres qui apparaissent spontanément dans les parcelles cultivées. Oumar Sylla, représentant de l’ONG Symbiose, a présenté une expérience en RNA réalisée dans les départements de Nioro et de Kaffrine :

« Nous avons abandonné le reboisement qui mobilisait beaucoup de ressources et avait un taux de réussite très faible, pour adopter la RNA. »

De 2016 à 2021, le projet a permis de protéger 10 000 arbres sur une surface de 998 ha, avec moins de 800 euros par ans. Le retour de l’arbre dans les terroirs s’accompagne de nombreux effets bénéfiques : amélioration de la fertilité des sols, diminution de l’érosion, régénération de la biodiversité et retours des pluies.

Entre 2016 et 2021, l’ONG Enda Pronat a accompagné la régénération naturelle assistée (RNA) de 944 hectares de terres dans trois communes du bassin arachidier (Tattaguine, Diouroup, Diarrere). Des conventions locales de gestion durable des ressources naturelles ont été mises en place afin que les populations protègent les arbres issus de la RNA.
À Ngouloul Sérère (département de Fatick), Diatta Diouf utilise des pneus recyclés pour concentrer les apports de fumier et d’eau au niveau des racines de ses pieds de piment. La cherté et la rareté de l’eau a conduit certains producteurs du bassin arachidier à innover pour économiser la moindre goutte d’eau. Raphael Belmin/Cirad

L’agroécologie comme projet holistique

Les caravaniers ont rencontré des pionniers qui abordent l’agroécologie dans sa globalité. Ils interviennent de façon coordonnée dans des domaines complémentaires – agriculture, élevage, énergie, formation – à l’échelle de leur ferme ou de leur territoire.

Lors de l’étape de Kaolack, l’agroécologiste Moustapha Mbow a offert une visite du Grenier du Saloum, une ferme-école qui forme les agricultrices et agriculteurs de demain à l’arboriculture fruitière, l’élevage (bovins, caprins, oies, poulets locaux…), le maraîchage, les grandes cultures (mil, maïs, arachide) et la transformation et commercialisation des produits agricoles.

À Ndiob, les caravaniers ont été accueillis par Oumar Ba, un maire qui a fait de sa commune une référence internationale en matière d’agroécologie. Oumar Ba a exposé clairement sa vision et son engagement :

« Je souhaite faire de Ndiob une commune verte et résiliente à travers un processus de développement endogène, inclusif et respectueux des droits des personnes vulnérables. »

La commune promeut un large éventail de leviers : RNA, reboisement, énergie solaire, fourneaux améliorés, « Tolou Kër », technique du « Zaï », unités artisanales de transformation de produits locaux et conventions locales de gestion durable des ressources naturelles. L’action holistique du maire de Ndiob a été primée à Rome par la FAO et à Marrakech lors du sommet Africacités.

À Fatick, les chercheurs de l’ISRA et du Cirad ont réalisé une prospective territoriale à l’issue de laquelle ils ont identifié 8 scénarios pour l’avenir du département. La méthode prospective s’appuie sur une vision systémique des facteurs de changement d’un territoire. Elle permet de replacer la transition agroécologique dans un processus de changement plus vaste.

Le Tolou Kër (ici à Tiaffoura, région de Fatick) est un modèle de ferme intégrée qui se multiplie au Sénégal, avec le soutien de l’Initiative pour la relance de la grande muraille verte. Sur une série de cercles concentriques, on trouve de l’élevage (poulailler central), du maraîchage, des cultures de plantes aromatiques et médicinales et de l’arboriculture (agrumes, arbres fertilitaires). Ces différentes composantes se complètent pour construire un écosystème riche et nourrir plusieurs familles. Raphael Belmin/Cirad
De haut en bas et de gauche à droite : Une femme transformatrice de Ndiob présente à la DyTAES les savons naturels qu’elle fabrique. La technique du Zaï permet de doubler les rendements du mil en semant ce dernier dans des poquets amendés avec du fumier. Oumar Ba, maire de Ndiob, a su attirer de nombreux financements extérieurs pour donner vie à sa vision d’une commune verte et résiliente. Lors de l’étape de Fatick, les caravaniers ont découvert les résultats d’une prospective participative menée par le Cirad et l’ISRA. La future DyTAES locale de Fatick s’appuiera sur ce travail pour construire un plan territorial de transition agroécologique. Raphael Belmin/Cirad ; Malick Djitté/Fongs

Des idées plein les têtes, la caravane quitte le bassin arachidier et continue sa progression vers le Sud. Prochaines et dernières étapes : la Casamance et le Sénégal oriental.


Laure Brun Diallo (Enda Pronat), Mame Farma Ndiaye Cissé (Isra), Banna Mbaye (Isra), Dienaba Sall Sy (Isra), Louis-Étienne Diouf (AgriSud International), Ousseynou Dieng (AgriSud International), Jean-Michel Sene (Enda Pronat), Thierno Sall (Enda Pronat), Mamadou Sow (Enda Pronat) et Malick Djitté (Fongs) ont collaboré à l’élaboration de cet article.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 184,400 academics and researchers from 4,972 institutions.

Register now