Face à l’afflux de touristes, une culture cubaine en mutation

Comment éviter que développement du tourisme à Cuba endommage le patrimoine et l'authenticité de l'île?

Depuis le début des années 1990 et la chute de l’Union Soviétique, Cuba a cherché à développer un tourisme international (qui était jusque-là proscrit, puisqu’il était perçu comme une intrusion). En effet, la disparition du principal partenaire économique et commercial de Cuba a entraîné le pays dans ce que l’on connaît comme « la Période spéciale en temps de paix », soit une période de grandes pénuries dans de nombreux domaines, notamment l’alimentation ou le carburant, au cours de laquelle des mesures telles que des coupures de courant, parfois durant plusieurs jours, étaient prises afin de sauvegarder l’économie et donc le système révolutionnaire. Quoi qu’il en soit, les efforts du gouvernement ne sont pas restés vains, Cuba est désormais une destination qui attire : en 2018, les Cubains accueillaient 4 millions de touristes internationaux.

Ce nouvel afflux de visiteurs pose question quant à la conservation du patrimoine matériel et immatériel, mais également social. En effet, le tourisme a provoqué des changements de comportements et des mutations sociales importantes. Ainsi, outre l’augmentation des vols à l’arraché dans les villes touristiques, on note la réapparition de la prostitution, qui avait été endiguée durant les premiers temps de la Révolution.

De plus, le tourisme a forgé une société à deux vitesses d’un point de vue économique, ce qui a modifié profondément les codes de vie en société. En effet, deux monnaies ont cours à Cuba, et une fois que le carnet de rationnement (« libreta ») que possède chaque Cubain est épuisé, il est très difficile de s’approvisionner en dehors des magasins pour touristes. Les produits doivent y être payés en CUC, monnaie à destination des touristes indexée sur le dollar états-unien, et non en pesos cubains. Pour obtenir des CUC, il faut travailler au contact des touristes.

Un tourisme culturel peu authentique

Même le tourisme dit « culturel » interpelle l’observateur, et l’on peut se demander dans quelle mesure il suppose une vraie rencontre entre les habitants de l’île et les voyageurs, comme je l’indique dans mon article « Cuba depuis le début de la Période spéciale : différents voyageurs pour de multiples impacts » : l’arrivée de touristes désireux de rentrer chez eux les bras chargés de souvenirs a entraîné une réactivation – sans doute pas un renouveau – dans ce domaine. On a ainsi vu se multiplier les échoppes d’artisans souhaitant profiter de la manne financière sous-tendue par le tourisme.

Le tourisme culturel permet donc la survivance de pratiques et traditions, autrement dit du lien identitaire qui unit les communautés, dès lors que le visiteur montre un intérêt pour le patrimoine du pays visité. Encore faut-il que l’artisanat ne concentre pas son offre sur la production de souvenirs uniquement « typiques » pour l’imaginaire européen ou occidental, à travers des objets « attendus » (cendriers à l’effigie du Che, objets décoratifs aux couleurs d’une célèbre marque de rhum…).

Il faut également évoquer la création de bars ou de boutiques de souvenirs dans des lieux tels que d’anciens baraquements d’esclaves dans les plantations de l’est de l’île. Cela fait craindre à de nombreux experts des dommages irréversibles pour les bâtiments historiques, qui deviennent finalement la scène d’une pièce de théâtre dans laquelle les Cubains jouent des rôles, devant un public constitué de visiteurs. Les Cubains ne sont alors plus maîtres de leur patrimoine, soumis aux desiderata d’étrangers en visite, qui ne contribuent pas à leur retour chez eux à diffuser une « autre » image du pays, mais contribuent au contraire à la perpétuation de stéréotypes.

Enfin, on note à La Havane le développement d’un tourisme « religieux ». Les pratiques ancestrales rencontrent alors la technologie moderne dans le but de satisfaire les touristes, quand l’Association culturelle yoruba le [terme « yoruba » désigne à la fois un groupe ethnique africain et les croyances religieuses de ce dernier, importées à Cuba par les esclaves durant la période coloniale de Cuba] créé un « musée-temple interactif » des Orishas [divinités de la religion syncrétique cubaine, la santería] à destination des touristes.

L’empreinte écologique du tourisme

D’un autre côté, le tourisme laisse une empreinte écologique indéniable dans l’Ile. Il faut reconnaître que le tourisme de « sol y playa » continue à être le plus répandu à Cuba, qui concentre des milliers de touristes dans des zones très limitées. La vétusté des infrastructures (égouts notamment) ou la rapidité de construction des hôtels laissent craindre de sérieux dommages pour la faune et la flore dans le futur. On peut également arguer que la réorientation du flux touristique vers de nouvelles zones, promue par les autorités depuis plusieurs années, revient finalement à déplacer les difficultés et à polluer de nouveaux espaces (le site web de l’Organisation touristique des Caraïbes propose ainsi de « visiter pour une journée une des îles inhabitées » de la Caraïbe, et de « pique-niquer au calme avec un iguane timide pour seule compagnie » !).

Ainsi, il semble que le défi à relever pour Cuba soit énorme. Tout en continuant à bénéficier des retombées économiques du tourisme, le pays doit effectivement promouvoir une réelle conservation du patrimoine, et une sauvegarde des lieux touristiques, sous peine de voir se dégrader des monuments, mais également de voir dévoyés certains pans de la culture cubaine, qui ne seraient plus exploités que dans le but de faire entrer des devises. Le tourisme donne lieu à une rude concurrence dans la Caraïbe, et Cuba se doit donc de rester « compétitive », afin de ne pas perdre l’une de ses principales sources de revenus, et de retomber alors dans une crise économique et sociale.

L’inclusion de la population dans la réflexion autour de cette question est sans doute la clé d’un tourisme bénéfique pour tous, respectueux des populations, des espaces et du patrimoine, bâti ou non, à un moment où les regards convergent à nouveau vers l’île et s’interrogent quant au devenir de la Révolution et de ses acquis. Dans certaines villes, telles que La Havane ou Camagüey, les citoyens sont invités à participer à toutes les étapes du processus de restauration des bâtiments des centres historiques.

En plus de la socialisation induite, cela permet de faire naître un lien fort entre les habitants et leur espace de vie. Sans doute faut-il que le patrimoine immatériel fasse lui aussi l’objet d’un inventaire et d’une mise en valeur par les autorités, même si le fait que ce patrimoine intangible soit susceptible de réunir différents acteurs de l’émergente société civile cubaine fasse craindre aux autorités que des foyers de contestation politique naissent. En effet, s’unir autour de l’identité et de l’héritage culturel peut amener à revendiquer un autre futur…