Menu Close

Inflation : la volatilité des prix des matières premières se propage au reste de l’économie

Une main baisse le thermostat d'un radiateur.
Les ménages sont aujourd’hui appelés à économiser l’énergie dans un contexte de flambée des prix. Charly Triballeau/AFP

Lors de la crise du Covid-19, les prix des matières premières ont connu des mouvements haussiers et baissiers impressionnants, si bien que le cours du brut était même passé brièvement en territoire négatif en avril 2020. Depuis, la volatilité du prix du pétrole s’est sérieusement accentuée, avec notamment l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022 qui a conduit une explosion des prix de l’énergie.

Ces hausses brutales ont engendré de fortes tensions inflationnistes : en zone euro, la hausse des prix atteint même des records en septembre (10 % en rythme annuel, contre 9,1 % en août et au-dessus des projections du consensus de 9,7 %). Or, si l’on examine la core inflation, ou l’inflation de base qui exclut l’alimentation et l’énergie, elle a augmenté de 4,8 % sur un an, contre 4,3 % en août. Dans le même temps, les prix de l’énergie ont augmenté de 40,8 % en glissement annuel en septembre, contre 38,6 % en août, suivis par ceux de l’alimentation, de l’alcool et du tabac, à 11,8 %, contre 10,6 % le mois dernier.

La volatilité des prix des matières premières s’est ainsi transmise à l’économie réelle en générant de l’instabilité et de l’incertitude. C’est ce que les économistes appellent des effets de « spillovers » (débordements).

Des facteurs intrinsèques et extrinsèques

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces effets de spillovers des prix du gaz et du pétrole. Tout d’abord, des facteurs intrinsèques liés plutôt à la nature même de ces matières premières. Pétrole et gaz sont en effet considérés comme des biens de première nécessité et représentent des ressources indispensables pour bon nombre de secteurs et d’entreprises. En outre, la spéculation qui existe sur ces marchés des matières premières tend à gonfler les prix, avec notamment des répercussions sur les indices boursiers.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd'hui]

Ensuite, d’autres facteurs de transmission permettent de mieux comprendre les effets de spillovers des volatilités accrues des prix de commodités. Il s’agit des facteurs comportementaux liés à la réaction émotionnelle des agents économiques, eux-mêmes déterminés par des biais comportementaux, face aux dynamiques de prix de ces énergies.

On en veut pour preuve, par exemple, les phénomènes de paniques collectives des consommateurs (particuliers et professionnels) face au risque de pénurie d’essence lors de la récente grève des salariés des raffineries. Cette situation a déclenché une course folle à la demande – tendance traduite par de nouvelles fortes augmentations des prix des carburants dans plusieurs pays européens.


Read more: Pénurie d’essence : ce que nous enseignent les travaux des prix « Nobel » d’économie de 2022


Enfin, les défauts de coordination internationale (lorsque, mi-2022, l’Arabie saoudite a décidé d’augmenter unilatéralement sa production du pétrole) ont eux aussi contribué à la forte volatilité des prix du pétrole et du gaz, en générant une nouvelle pression sur les prix ainsi qu’en alimentant une situation géopolitique mondiale déjà instable.

La sensibilisation pour réduire les « spillovers »

Les tensions géopolitiques et leurs conséquences sur les prix de l’énergie se sont ainsi imposées avec force dans les débats politiques nationaux à travers l’Europe. Sécurisation des filières énergétiques, soutenabilité de modèles industriels fondés sur des prix de l’énergie (fossile) très bas… Toutes ces difficultés amènent aujourd’hui les États à se positionner sur le devenir des modèles économiques encore dominants mais aussi sur la soutenabilité des déficits publics.

Rappelons en effet que, depuis le début de la crise énergétique en septembre 2021, 674 milliards d’euros ont été alloués et affectés par les pays européens pour protéger les consommateurs de la hausse des coûts de l’énergie (573 milliards d’euros dans l’Union européenne, dont 264 milliards d’euros pour la seule Allemagne, 97 milliards d’euros au Royaume-Uni, 4,6 milliards d’euros en Norvège). C’est la stabilité des finances publiques de nombreux États européens qui est ainsi désormais en question.


Read more: Pouvoir d’achat : le bouclier tarifaire, un soutien de 100 euros par trimestre


Quelles pistes pour sortir de cette impasse ? Un travail de recherche récent apporte à ce sujet un éclairage très intéressant sur la relation entre éducation et consommation d’énergie. Nicholas Apergis, Michael Polemis et Simeoni-Eleni Soursou ont en effet montré que la sensibilisation aux problématiques énergétiques, qui consiste à expliquer au consommateur dans quelle mesure ses pratiques et son utilisation des appareils électriques (notamment) contribuent à la consommation totale, peut s’avérer d’une importance capitale pour parvenir à une réduction substantielle de la consommation d’énergie. En conséquence, cette sensibilisation pourrait avoir une influence favorable sur la sécurisation des filières énergétiques, et jouer ainsi un rôle dans l’aplanissement de volatilité des prix et de leurs effets de spillovers.

Un particulier ou une entreprise qui pourraient suivre en temps réel sa consommation d’énergie que son activité génère, et la comparer, en même temps, à celle d’autres utilisateurs similaires, serait notamment la plus à même de modifier ses pratiques. Les auteurs appellent donc à une généralisation des compteurs intelligents qui offrent au marché des services publics les avantages d’une fiabilité et d’une précision accrues, et aux consommateurs d’énergie la possibilité de mieux gérer leur consommation et de réduire les coûts.

Une autre piste consisterait bien sûr à tenter de combattre le mal à la racine : la spéculation sur les marchés énergétiques, et notamment les marchés dérivés (futures). En effet, comme souligné précédemment, un certain nombre de travaux académiques ont montré l'incidence des comportements spéculatifs sur la forte hausse du prix du pétrole lors de périodes d'instabilité comme, par exemple, en 2008.

Pourtant, alors qu'en octobre 2021, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a appelé à la fin de la « spéculation sur les marchés de l'énergie », peu d'initiatives concrètes ont été prises en ce sens. Sans doute faudrait-il se pencher sérieusement sur ce problème si l'on veut éviter, à l'avenir, de nouveaux accès de volatilité des prix des matières premières énergétiques.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 156,400 academics and researchers from 4,519 institutions.

Register now