Institut d'Astrophysique de Paris

L'Institut d'Astrophysique de Paris (IAP) est une Unité Mixte de Recherche (UMR 7095) de Sorbonne Université et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). L'IAP est devenu un Observatoire des Sciences de l'Univers en décembre 2005, ce qui lui confère le rang d'Ecole Interne au sein de Sorbonne Université.

L'IAP est membre des Laboratoires d'Excellence Institut Lagrange de Paris et Exploitation Spatiale des Environnements Planétaires depuis leur création en 2011.

Laboratoire d'interface entre deux disciplines, l'IAP regroupe des astrophysiciens du secteur des sciences de l'Univers et des physiciens théoriciens du secteur des sciences physiques et mathématiques. Les recherches conduites à l'IAP portent sur les domaines de pointe de l'astrophysique : la formation des systèmes planétaires et la recherche de planètes extrasolaires, la physique stellaire, l'évolution des galaxies, les structures à grande échelle, la cosmologie observationnelle et théorique, la physique de l'Univers primordial et les phénomènes d'énergie extrême.

Les chercheurs de l'IAP sont des observateurs, des modélisateurs et des théoriciens. Leurs recherches s'appuient sur de grands programmes observationnels, des calculs numériques intensifs, ou des calculs analytiques poussés. L'IAP compte environ 150 chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs, post-doctorants et doctorants, et accueille régulièrement de nombreux stagiaires et visiteurs étrangers.

Il héberge le Master 2 spécialité « Astronomie, Astrophysique et Ingénierie Spatiale », ainsi que l'antenne de l'Ecole Doctorale d'Astronomie et d'Astrophysique d'Ile-de-France (ED 127) au sein de Sorbonne Université. Il entretient des liens de partenariat privilégiés avec l'Observatoire de Paris, situé sur le même campus. Depuis 1988, il héberge le secrétariat général de l’Union Astronomique Internationale (UAI). L'IAP participe activement à la diffusion de la science, en particulier par l'organisation de conférences publiques chaque premier mardi du mois.

Links

Displaying 1 article

Une simulation cosmologique, montrant la structure filamentaire de la matière noire dans la toile cosmique. F. Leclercq (Imperial College), G. Lavaux (IAP)

Vers une simulation de l’Univers sur un téléphone portable

Les structures visibles et invisibles de l’Univers forment la « toile cosmique », une gigantesque structure filamentaire. Les dernières avancées pour calculer et comprendre l’évolution de ce grand réseau.

Authors

More Authors