Tous hacktivistes

La décolonisation du GAFAMonde est engagée !

Action Quadrature du Net.

Mark Zuckerberg : roi de la collecte abusive des données, et empereur des excuses !

Attention, il ne s’agit pas de tirer sur l’ambulance. Si Mark Zuckerberg est sur la sellette au regard des agissements de sa firme, si ses excuses à répétition ont été moquées au Congrés américain. Les autres GAFAM comme de nombreux États gagneraient à faire profil bas : les sénateurs américains qui se moquent ont la mémoire bien courte et sont visiblement toujours aussi mal informés des agissements douteux de leurs services de renseignement.

Quant à la France, l’État, appuyé par sa représentation nationale, prend depuis quelque temps des libertés alarmantes vis a vis des données personnelles de ses concitoyens : la surveillance de masse sans transparence est en passe (à nouveau) de s’intensifier, dans le même temps un projet de loi sur le secret des affaires « fait des étincelles » au sénat… et pour ce qui est de certaines méthodologies électorales des partis politiques, ne mériteraient-elles pas un débat public ?

Donc, n’accablons pas plus que de raison la firme de Mark Zuckerberg et encore moins l’homme. Il ne s’agirait pas d’en faire un bouc émissaire, un arbre – bien pratique pour d’autres – qui cacherait la forêt d’un appétit boulimique de domination partagé par d’autres de ses coreligionnaires. Posons-nous plutôt d’autres questions : quels seront les prochains secteurs victimes de ces Entreprises-État en passe de devenir hors de contrôle ?

Amazon dont les analystes financiers prédisent un chiffre d’affaires se situant au-delà des 500 milliards de dollars de chiffre d’affaires – à un horizon de 10 ans – est tout aussi préoccupant : « Et si Amazon était le plus puissant – et le plus dangereux – des GAFA ») interroge à juste titre Sylvain Rolland

La Quadrature du Net déclare la guerre aux GAFAM et vous ?

Sur un terrain économique #DeleteFacebook a montré tout son potentiel au niveau mondial et l’incidence que peut avoir la voix des usagers lorsqu’elle décide de s’exprimer. La puissance d’une contestation et de mobilisation de la population qu’elle soit politique (cf. #JeSoutiensLesCheminots) économique ou autre, qu’elle soit nationale ou mondiale a investi de nouveaux territoires.

S’engager pour une cause que l’individu pense juste, apporter son nom et son soutien à une pétition en ligne, user de sa possibilité de participer, de soutenir, de s’engager – fut-ce de son canapé – n’est pas neutre. C’est un engagement qui est en passe de remplacer un fatalisme déprimant et une phrase trop souvent entendue : « qu’est ce que je peux y faire ? ».

Pour ce qui est de la décolonisation du GAFAMonde, certains oeuvrent pour que tout le monde puisse, s’il le souhaite, agir : à l’instar de l’action actuellement menée en France par La Quadrature du Net :

« Nous avons lancé hier notre campagne d’actions de groupe contre les GAFAM. Jusqu’au 25 mai (jour du dépôt des plaintes devant la CNIL) toute personne vivant en France peut nous rejoindre sur gafam.laquadrature.net. C’est sur la base de ces premières actions que nous pourrons, sur le temps long, déconstruire méthodiquement le monde qu’ils tentent de nous imposer. »

Aujourd’hui la prise de parole des citoyens et la possibilité de remise en cause de la légitimité de décisions du politique, du comportement d’entreprises… se fait en temps réel.

Certains d’entre nous – vous-même peut-être qui lisez ces mots – consacrent chaque jour de leur temps pour que tous les citoyens puissent exercer un pouvoir et un droit inaliénable : celui de penser par lui-même et le pouvoir de l’exprimer.

À suivre