Menu Close

« Le pour et le contre » : Faut-il s’inspirer du système de crédit social chinois ?

Dans certaines régions de l’empire du Milieu, plus la note que les algorithmes attribuent aux citoyens est élevée, meilleurs sont leurs droits. Greg Baker / AFP

Read more: Comment écouter les podcasts de The Conversation ?


Dans « Le pour et le contre », Julien Pillot (Inseec) dresse l’inventaire, non exhaustif, des arguments favorables et défavorables que donne la recherche académique sur une question de notre temps. Une boîte à outils qui vous aidera à vous positionner face aux grands sujets de société, à quelques semaines de l’élection présidentielle.


Dans un épisode majeur de la série dystopique Black Mirror intitulé NoseDive, la société du futur y est dépeinte comme régie par les notations que les individus attribuent à l’ensemble de leurs interactions sociales. Autrement dit, plus votre score social est élevé, meilleurs sont vos droits.

En Chine, la réalité a dépassé la fiction, puisque dans les plus grandes régions du pays, ce système de crédit social s’applique. Pourrait-il faire des émules en Occident ? Pourrions-nous nous acheminer vers une convergence de la gestion des individus via des algorithmes, comme le laisse penser Jean-Marie Guéhenno, professeur à Columbia et ancien secrétaire général adjoint des Nations unies ?

Dans ce cinquième épisode de notre série Le pour et le contre, Julien Pillot, enseignant-chercheur en économie à l’Inseec Grande École (groupe OMNES Education), détaille ce que dit la recherche de cette question. À vous de vous faire votre opinion.

À écouter aussi
Episode #1 - Faut-il continuer à organiser des méga-événements sportifs ?
Episode #2 - Faut-il mener une politique de « ruissellement » des richesses ?
Episode #3 - Faut-il augmenter les droits d’inscription à l’université ?
Episode #4 - Faut-il interdire les véhicules thermiques ?

Références citées dans le podcast (liste non exhaustive)


Crédits, conception, Julien Pillot et Thibault Lieurade. Réalisation, Romain Pollet. Chargé de production, Rayane Meguenni.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 185,100 academics and researchers from 4,980 institutions.

Register now