Culture numérique

Culture numérique

Les contributions sur Wikipédia : repenser l’évaluation de nos étudiants

Groupe de membres du réseau Wikipédia en Finlande éditant des pages de l'encyclopédie en ligne. Wikimedia Finland, CC BY-SA

Depuis plusieurs années, j’ai décidé d’évaluer les étudiants qui suivent mes cours sur la base de leurs contributions à Wikipédia. Les examens sont remplacés par une série de travaux à mener sur l’encyclopédie en ligne.

Wikipédia : une alternative à l’examen

Habituellement, je demande aux étudiants de contribuer à des pages qui ont une relation avec la thématique du cours et de me fournir leur nom d’utilisateur. J’évalue ensuite leur travail en tenant en compte la qualité de leurs contributions, mais aussi leur compréhension des règles de Wikipédia et de son modèle éditorial, leur capacité à intégrer leur travail dans la dynamique communautaire et leur prise en main technique de l’écriture sur wiki.

Les étudiants disposent d’une relative liberté : ils peuvent choisir les pages sur lesquelles ils travaillent, et décider de la forme de leurs contributions. Je leur recommande simplement de ne pas se limiter à l’écriture de nouveaux contenus, mais de dédier une partie de leur travail à la discussion ainsi qu’à la correction et à la wikification des contenus existants.

Le portail « Édition numérique »

Cette année en particulier, dans le cadre de mon cours FRA3825, « Pratiques de l’édition numérique », j’ai demandé aux étudiants de travailler ensemble pour créer le portail de l’édition numérique.

Le résultat me semble plus que satisfaisant. Les étudiants, sans avoir aucune formation sur le sujet – cela faisait partie du défi – ont su prendre en main l’écriture sur Wikipédia (mais aussi des formes complexes telles que la production d’un portail, la gestion des tâches, etc.), créer le projet de portail, animer une discussion collective sur les sujets à traiter, améliorer plusieurs articles liés à ce sujet, mais aussi s’impliquer dans la communauté Wikipédia en proposant de nouveaux projets. Notamment, le projet de création d’un Wikichat pour donner aux utilisateurs la possibilité de discuter de façon synchrone sur un projet commun cf. ici. Le travail des étudiants a suscité l’intérêt de la communauté qui en a par ailleurs parlé dans le bulletin de Wikimédia cf. ici.

J’ai en outre demandé aux étudiants de publier, dans leur page utilisateur, un compte rendu de leur expérience, ce qui a été utile pour développer une réflexion critique sur leurs pratiques. Cf par exemple ici, ici et ici.

Plus de Wikipédia, moins de travaux inutiles

Je ne suis évidemment pas le seul à avoir expérimenté ce modèle – cf. notamment ici, ici et ici. Je suis convaincu que ce modèle d’évaluation devrait être généralisé, pour plusieurs raisons :

  • Les travaux académiques que l’on demande aux étudiants sont souvent des exercices inutiles qui n’ont aucun lien avec la réalité des pratiques d’écriture.

  • Les étudiants produisent de la connaissance lors de leur apprentissage et il me semble fondamental de rendre cette connaissance utile pour la communauté.

  • Wikipédia est une source d’information fondamentale pour un grand nombre de personnes : non seulement des étudiants, mais aussi des professeurs – en qualité de professeur, je suis fier d’affirmer que c’est un outil essentiel à ma recherche comme à la préparation de mes cours. Il est donc nécessaire que nous contribuions à sa production et à son amélioration.

  • L’université a une responsabilité sur la production du savoir : il est inacceptable, à cet égard, qu’elle ne soit pas l’une des principales protagonistes dans la production de l’outil de recherche d’informations le plus consulté aujourd’hui.

  • Il est indispensable que les étudiants comprennent le fonctionnement de Wikipédia pour en avoir un usage critique.

Notre rapport à Wikipédia est en effet schizophrénique. D’une part, c’est la plateforme sur laquelle se basent la plupart de nos pratiques de recherche. Quand nous cherchons une information, notre premier réflexe (les statistiques parlent de 90 %) est de se rendre sur Google. Or Google affiche très souvent Wikipédia comme premier résultat. Wikipédia est donc de fait notre première source d’information. D’autre part, le discours académique officiel n’affiche que du mépris pour cette encyclopédie. Pourquoi ne pas remplacer ce snobisme par une participation active à la construction de cet outil ?

Par ailleurs, pour un grand nombre d’utilisateurs – et les étudiants en font partie – les formes de production et de validation des contenus sur Wikipédia sont complètement inconnues. J’ai constaté que presque aucun étudiant n’avait jamais contribué – pas même à travers des contributions mineures, comme la correction d’une faute d’orthographe. Paradoxalement, on se plaint des erreurs au lieu de les corriger – ce qui pourtant ne demanderait que quelques clics.

L’université et la production de contenus utiles à la société

L’université a la responsabilité de produire des contenus utiles à la société. On se plaint souvent que les institutions traditionnelles ne sont plus les protagonistes de la production du savoir et que des entreprises commerciales comme Google ou Amazon sont en train de les remplacer.

Au lieu de nous plaindre, je crois que nous avons la responsabilité d’adopter de nouveaux modèles. Wikipédia offre cette possibilité.

Si nous n’investissons pas ce terrain en tant qu’universitaires, d’autres acteurs vont le faire. Ce n’est pas la faute des GAFAM si le web devient de plus en plus un espace privé dirigé par des intérêts commerciaux (cf. par exemple les analyses de Morozov). Ce n’est que de la faute de notre manque d’implication.

Des pratiques simples, comme celle de généraliser l’usage de Wikipédia dans le cadre des cours universitaires, peuvent constituer un premier pas vers la réappropriation d’un espace comme celui du web, qui doit nécessairement être en premier lieu un espace public.