Menu Close

« Les événements actuels sont le résultat d’une crise profonde »

Manifestation le 15 juin 2024 contre la montée du Rassemblement national. Place de la République, Paris. Sameer Al-Doumy/AFP

Comment comprendre l’accélération de la vie politique et le tourbillon qui bouscule la France depuis l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron, le 9 juin ? La crise politique actuelle était-elle inéluctable ? L’historien Mathias Bernard, spécialiste de la Ve République, revient sur les principaux enjeux de cette séquence inédite.


Dans une analyse précédente, vous expliquiez que les crises politiques sont inhérentes, voire constitutives de la vie politique de la Ve République. Mais comment la séquence actuelle – dissolution puis législatives anticipées, fort vote RN, déperdition des voix de la majorité – met-elle en exergue un ensemble de mécanismes sociaux, économiques et publics qui, jusqu’alors, étaient restés a priori « contrôlés » ?

Les événements actuels sont en fait le résultat d’une crise profonde, qui se déploie sur une longue durée et dont différents événements, au cours des dernières décennies, ont été soit des accélérateurs – la crise économique de 2008, la vague de terrorisme islamiste au milieu des années 2010, la crise sanitaire de 2020-2021…- soit des révélateurs : qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle de 2002, « gilets jaunes », mouvements contre la réforme des retraites.

Cette crise de longue durée s’est enclenchée dans les années 1980, dans un contexte où une série de facteurs économiques (désindustrialisation, chômage de masse), socioculturels (avènement de l’individualisme hérité notamment de Mai 68, développement des nouveaux médias indépendants du pouvoir politique), politiques (banalisation des alternances) et géopolitiques (fin de la guerre froide et avènement d’un monde multipolaire) ont profondément déstabilisé des structures collectives et des repères qui avaient façonné nos sociétés industrielles au cours des XIXe et XXe siècle.

Dès les années 1980, se manifestent les symptômes d’un mal politique dont nous constatons encore aujourd’hui les effets, de façon exacerbée : progression de l’abstention et des forces politiques contestataires, crise de légitimité qui affecte la représentation politique et le modèle parlementaire, volatilité d’un électorat de plus en plus sensible aux thématiques sécuritaires et identitaires – et, bien sûr, émergence et progression de l’extrême droite autour du Front national.

La France a profondément muté elle aussi, avec, on le voit, un vote d’extrême droite considérable, mais aussi des changements sociétaux inédits (féminisme, droits des minorités sexuelles, prise de conscience des différents systèmes d’oppressions et de discriminations). Le système politique français actuel est-il encore adapté à ces mutations ?

Poser cette question est bien révélateur de la culture politique française : on a toujours tendance à vouloir apporter une réponse institutionnelle à des problématiques qui sont d’un autre ordre.

Il existe aujourd’hui, au sein de la société française, une véritable tension entre l’aspiration à une certaine forme de verticalité, dont se nourrit d’ailleurs aussi bien le RN autour des thématiques régaliennes que le macronisme dans sa manière de conduire les réformes, et la recherche de formes plus participatives de démocratie, davantage ouvertes à l’expression des minorités, des proximités. À mon sens, cette tension doit d’abord être résolue en termes politiques avant de rechercher des solutions institutionnelles.


Read more: Emmanuel Macron : la verticale du vide ?


Emmanuel Macron, a-t-il, par ses actes, par son hyperprésidentialisation du pouvoir, complètement transformé la fonction présidentielle (à défaut d’avoir réussi à mener de véritables réformes institutionnelles) ?

La présidentialisation du pouvoir est un processus bien antérieur à la présidence d’Emmanuel Macron. Elle est inscrite dans la logique de la Ve République et a été accentuée à la fois par le rôle croissant des médias audiovisuels (qui favorisent l’incarnation des discours par une personnalité) ainsi que par des évolutions institutionnelles, notamment, en 2000, la réduction à 5 ans du mandat présidentiel et l’inversion du calendrier électoral.

De 2002 à 2022, l’élection présidentielle a pris le dessus sur l’élection législative et a conduit à faire du président élu le véritable chef de la majorité, le premier ministre et son gouvernement étant ravalés au rang de « collaborateurs », comme l’indiquait Nicolas Sarkozy à propos de François Fillon.

C’est d’ailleurs Nicolas Sarkozy qui, dans sa communication comme dans sa pratique de la gouvernance, a accéléré cette hyperprésidentialisation. À ce titre, Emmanuel Macron est son héritier. Mais il a poussé cette logique à son comble, dans la mesure où, contrairement à Nicolas Sarkozy qui devait composer avec un parti (l’UMP) regroupant des sensibilités et des personnalités diverses, il disposait d’une majorité qu’il avait totalement façonnée et au sein de laquelle personne n’a pu réellement jouer le rôle de contre-pouvoir.

La crise médiatique qui accompagne, voire entretient cette situation, est-elle, elle aussi inédite ? Que dit-elle du changement de paradigme politique ?

Ce que vous appelez « crise médiatique » recouvre en fait deux évolutions qui n’ont ni la même signification ni le même effet politique : le développement des médias de l’immédiateté (chaînes d’information en continu, Internet, réseaux sociaux) d’une part, l’instrumentalisation massive de ces nouveaux médias par les droites radicales et identitaires d’autre part.

Depuis une quinzaine d’années, le développement de ces nouveaux médias a, bien sûr, accéléré l’évolution de la communication politique, enclenchée dès la massification de la télévision dans les années 60 : priorité à l’image, peopolisation de la vie politique, recours à l’émotion et au storytelling bien plus qu’au discours rationnel et qu’au débat argumenté. Mais il a aussi profondément modifié le rapport des Français à la politique, avec une offre médiatique qui est segmentée selon leurs appartenances culturelles, sociales, idéologiques.

Se constituent ainsi, au sein des réseaux sociaux mais aussi via certaines chaînes d’information en continu (notamment CNews), des « communautés » mus par des valeurs communes qui communiquent en vase clos et n’ont plus accès à une information pluraliste. Les médias ne jouent plus le rôle de cohésion nationale qu’ils remplissaient jusqu’aux années 1990, quand la plupart des Français suivaient le journal télévisé de 20h. Ils contribuent à la segmentation de l’offre politique.

La manière dont Trump a utilisé les réseaux sociaux, ainsi que la chaîne d’information Fox News, pour asseoir sa victoire aux présidentielles américaines de 2016 a exercé une influence importante en France, aussi bien sur le RN et les groupes d’extrême droite (que l’on a appelé la « fachosphère ») que sur des personnalités comme Vincent Bolloré ou Eric Zemmour.

Donald Trump n’a-t-il pas déclaré, dans une interview à Fox News le 15 mars 2017 :

« Sans Twitter, je ne serais probablement pas là. J’ai près de cent millions d’abonnés sur Twitter, Facebook et Instagram. J’ai mes propres médias. Je n’ai pas besoin de m’en remettre aux faux médias ».

Le recours à ces médias est une arme qui permet à la droite radicale de mener une véritable guerre radicale, d’imposer une certaine vision du monde et, au moment des élections, de marteler une ligne politique. Au cours de cette campagne, le positionnement de CNews en faveur de « l’union des droites », c’est-à-dire du RN et de LR, est affirmé sous différentes formes, à longueur d’antenne, par les présentateurs emblématiques et les principaux intervenants de la chaîne de Vincent Bolloré. Ces médias ne s’inscrivent plus dans une démarche de contre-pouvoir, ils participent d’une stratégie de prise de pouvoir.

Quels sont les contre-pouvoirs existant aujourd’hui et suffisamment solides et légitimes pouvant empêcher la France de basculer dans l’illibéralisme ?

Les contre-pouvoirs sont nombreux en France, et certains d’entre eux sont garantis par la Constitution. L’opposition a des droits à l’Assemblée nationale et le Sénat peut jouer un rôle modérateur, comme il l’avait fait dans les années 1980 au moment de l’alternance et de l’arrivée de la gauche parlementaire. Le Conseil constitutionnel, depuis 1974, peut être saisi par l’opposition et peut censurer tout ou partie des lois votées par le Parlement – on l’a vu récemment avec la loi immigration.


Read more: Bilan de la mandature 2019–2024 de l’UE : face aux crises, les prémices d’une Europe puissance ?


La société civile (syndicats, organisations professionnelles, associations…) peut aussi opposer une force de résistance à des mesures illibérales, tout comme d’ailleurs les collectivités territoriales, dont les compétences ont été fortement accrues par la décentralisation des années 1980, elle-même constitutionnalisée lors de la révision constitutionnelle de mars 2003.

Des corps sociaux comme les juges ou les universitaires ont, par leur statut, une certaine indépendance par rapport au pouvoir gouvernemental. Enfin, la presse écrite reste pluraliste et, en France, exerce une influence non négligeable.

On peut toutefois craindre que l’ensemble de ces contre-pouvoirs, dont les positionnements et les intérêts peuvent parfois être divergents, ne parviennent pas à jouer pleinement leur rôle. Et dans ce cas, c’est à la rue que certaines oppositions risquent d’avoir recours pour contester le pouvoir.


Propos recueillis par Françoise Marmouyet et Clea Chakraverty.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 186,900 academics and researchers from 4,998 institutions.

Register now