Menu Close

Les jeunesses rurales face aux études supérieures : au-delà du déterminisme territorial, le milieu social et le genre

Des étudiants qui vont au restaurant universitaire sur un campus en Franche-Comté
La géographie de l'offre de formation influence les projets d'études des jeunes. © France Universités – Université de Franche-Comté / Thomas Hazebrouck

À résultats scolaires égaux, voire meilleurs, les bacheliers originaires des espaces ruraux se dirigent en moyenne moins vers les filières prestigieuses et l’enseignement supérieur que leurs homologues urbains. Connu depuis un certain nombre d’années, ce phénomène a suscité différentes explications. Il serait lié à une offre locale insuffisante, à une composition sociale plus populaire en moyenne, mais aussi à une « auto-censure » et un « manque d’ambition ».

Cette dernière approche a fait l’objet de diverses appropriations. Ainsi, certaines associations ambitionnent d’« informer, motiver » les lycéens pour contrer ces difficultés d’accès. Un objectif porté également par le programme expérimental « Territoires éducatifs ruraux », piloté par le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, qui entend « développer l’ambition scolaire et la mobilité des jeunes des zones rurales éloignées ».


Read more: Inégalités scolaires : les élèves des territoires ruraux manquent-ils vraiment d’ambition ?


Prendre en compte la dimension spatiale de ce phénomène social constitue sans nul doute une avancée importante dans le débat. Néanmoins, ce diagnostic d’un « déficit d’ambition » des jeunes ruraux présente deux écueils. D’une part, le risque est grand de tomber dans une forme de déterminisme spatial aveugle aux effets d’autres variables comme l’origine sociale ou le genre. D’autre part, en se focalisant sur la demande d’études supérieures, on minimise le rôle, pourtant essentiel, des politiques publiques qui construisent l’offre universitaire et se doivent d’en assurer l’accessibilité matérielle au plus grand nombre.

Les contraintes spatiales de l’offre universitaire

La question de la géographie de l’offre d’études supérieures et de ses effets sur les parcours scolaires a fait l’objet, ces dernières décennies, d’une attention particulière, à la fois dans le champ académique et politique.

Ainsi, dans la continuité de la loi Savary de 1984, qui vise à démocratiser l’accès à l’enseignement supérieur, le plan « Université 2000 » (1991-1995) va donner naissance à la construction d’antennes délocalisées des universités et de départements d’IUT dans un grand nombre de villes moyennes. L’objectif est alors d’éviter la saturation des établissements existants, mais également de proposer une offre de proximité aux bacheliers éloignés des grandes agglomérations.

Retour sur les Territoires éducatifs ruraux (Vosges TV, novembre 2023).

Cette nouvelle offre va contribuer à répondre et à encadrer la demande, croissante, d’études supérieures des jeunes ruraux. Cependant, elle reste, malgré ces politiques de déploiement territorial, moindre que dans les grandes villes. Bien davantage que les effets d’une « auto-censure » ou d’un « manque d’ambition », il faut donc appréhender ces inégalités territoriales comme le reflet de la géographie contrastée de l’enseignement supérieur, caractérisée par une concentration des formations, en particulier les plus légitimes, dans les grandes villes.

L’institution scolaire participe, en outre, à façonner ces aspirations à la poursuite d’études supérieures en travaillant à les faire correspondre à l’offre locale, en particulier au sein des lycées professionnels où sont surtout scolarisés des jeunes de classes populaires. Cette tendance semble moins affecter les bacheliers généraux, plus souvent issus des classes moyennes et supérieures et qui ont donc pu bénéficier, à ce titre, d’une socialisation à l’émigration étudiante.

Le coût de l’éloignement vers les grandes agglomérations

Si l’offre locale de formation et d’emploi joue un rôle non négligeable dans la façon dont les aspirations des jeunes se construisent, cette influence est indissociable du milieu social de ces jeunes. En effet, ce sont avant tout les enfants des classes populaires, surreprésentées dans ces territoires ruraux, qui sont écartés de la poursuite d’études. Le déterminisme spatial opposant « jeunesses des villes » préparées à des études universitaires particulièrement rentables et « jeunesses des champs » doit donc être reconsidéré au regard des rapports sociaux de classe qu’il tend parfois à masquer.

Les freins que rencontrent ces jeunes sont d’abord d’ordre matériel, dans un contexte où l’éloignement de l’offre d’enseignement supérieur implique généralement la décohabitation parentale. Les ressources modestes des jeunes de classes populaires favorisent un attrait pour les études supérieures courtes, rapidement rentables sur le marché du travail. Toutefois, malgré leur répartition sur le territoire, ces formations courtes, sélectives (BTS, DUT), impliquent souvent des déménagements.


Read more: « Une jeunesse, des jeunesses » : des diplômes pour imaginer l’avenir ?


Cet éloignement est plus important encore pour les licences qui sont prisées par une partie de ces jeunesses populaires et concentrées dans les grandes agglomérations. En l’absence de soutiens publics suffisants, nombreux sont ceux et celles qui doivent exercer un emploi salarié en parallèle de leurs études.

Ces coûts de l’éloignement vers de grandes agglomérations sont aussi d’ordre culturel et symbolique. Poursuivre ses études implique de s’éloigner de ses proches, mais aussi de renoncer à des activités et des sociabilités que ces jeunes ne retrouveront pas en ville. De même, l’expérience de la « grande ville » et l’aisance à s’y déplacer sont socialement situées, les jeunes étant inégalement familiers de ces espaces ?

Des étudiants pendant leur pause déjeuner sur un campus parisien
Partir étudier dans une grande agglomération comme Paris a un coût matériel et symbolique. Shutterstock

Par conséquent, certains cherchent à revenir sur leur territoire d’origine dès que possible et sont peu intégrés à des sociabilités étudiantes onéreuses. Les sacrifices personnels que représente la poursuite d’études fragilisent alors leurs parcours universitaires. Pour d’autres, dont le mode de vie est plus profondément transformé par l’émigration étudiante, le retour sur leur territoire d’origine peut être contraint par les difficultés matérielles à l’entrée sur le marché du travail et s’accompagne d’un réajustement à la baisse des aspirations professionnelles.

Les parcours de ces jeunes qui reviennent, leurs récits de conditions d’études particulièrement difficiles, ou d’études finalement peu rentables professionnellement, ont valeur d’exemple dans leur entourage. Ils participent à censurer les aspirations, en l’absence d’offre de proximité suffisante pour mener des études tout en bénéficiant de ressources locales (hébergement chez les parents, réseaux d’interconnaissance pour trouver un stage ou un emploi étudiant), ou d’aides publiques permettant de compenser les coûts associés à l’émigration étudiante (bourses, logements étudiants, etc.).

Une censure sociale genrée

La censure sociale qui pèse sur les parcours scolaires des jeunes ruraux de classes populaires est également genrée. En effet, les filles y poursuivent des cursus scolaires plus longs que les garçons du même milieu social. Ces aspirations scolaires fortes des filles de classes populaires sont indissociables des difficultés qu’elles anticipent sur le marché du travail en l’absence de diplôme, amplifiées dans les territoires ruraux. Dès le secondaire, les jeunes femmes de classes populaires y trouvent moins d’opportunités de formations professionnelles. Elles se retrouvent alors dans un plus petit nombre de filières, qui offrent moins de débouchés, à la fois en termes d’emploi et de poursuites d’études à proximité.


Read more: Parcoursup : les adolescents face au stress des choix d’orientation


Aspirant davantage à poursuivre leurs études, mais disposant de moindres possibilités à proximité, ces filles de classes populaires sont par conséquent plus nombreuses à quitter ces territoires ruraux, quand leurs frères atteignent plus facilement la stabilité professionnelle dans leur territoire d’origine. Ce sont donc elles qui sont en première ligne face à la dégradation des conditions de vie étudiante et voient leurs itinéraires encore fragilisés par une normalisation croissante des parcours, liée à la montée d’une logique de sélection à l’Université.

En outre, si l’émigration étudiante se fait au prix d’investissements conséquents, quel que soit le sexe de ces jeunes issus de familles populaires, le départ des filles est particulièrement coûteux en raison de leur participation à l’économie domestique. En effet, nombre de ces jeunes femmes restent fortement impliquées dans une entraide familiale genrée, y compris lorsqu’elles envisagent de s’installer à long terme dans leurs villes étudiantes. Indissociable du retrait de l’État de ces territoires, leur travail domestique constitue une puissante force de rappel, qui vient s’ajouter aux difficultés scolaires, matérielles et aux coûts affectifs de l’éloignement de ses proches.

[Déjà plus de 120 000 abonnements aux newsletters The Conversation. Et vous ? Abonnez-vous aujourd’hui pour mieux comprendre les grands enjeux du monde.]

Le discours sur « l’autocensure des jeunes ruraux » traduit donc les injonctions contradictoires qui pèsent sur une partie de ces jeunes, et en particulier les femmes des classes populaires rurales. Ces jeunes femmes expérimentent au quotidien les contradictions entre la norme des études longues, largement diffusée dans les classes populaires, et les contraintes matérielles qu’elles doivent surmonter pour mener à bien ces études.

Dans ce contexte, parler d’« auto-censure » peut présenter la vertu de souligner l’appropriation inégale de cette norme des études longues. Pour autant, ce vocable conduit également à responsabiliser les jeunes pour qui les contraintes matérielles font obstacle à la poursuite d’études et, en miroir, à laisser dans l’ombre la question de l’insuffisance des politiques publiques (bourses, logements CROUS, développement d’une offre de proximité…) dont la mission est pourtant d’assurer un accès inconditionnel à ce service public qu’est l’université.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 187,000 academics and researchers from 4,998 institutions.

Register now